La fin des idoles, de Nicolas Gaudemet

La fin des idoles, de Nicolas Gaudemet

La fin des idoles, de Nicolas GaudemetJe ferai prendre conscience aux candidats que courir après la célébrité les empêche d’être heureux. Je leur apprendrai à apaiser leur désir, à développer d’autres buts. Le jeudi après chaque prime, j’animerai un débat sur la société médiatique, avec des psychologues. 

Peut-on guérir les humains du désir, et notamment du désir de célébrité, et mettre fin à la société médiatique ? C’est en tout cas le but de Lyne Paradis, ancien mannequin devenue docteure en neurosciences. Et le moyen par lequel elle compte y parvenir est assez paradoxal : une émission de téléréalité. Mais il ne s’agit que de la première pierre du projet fou qui l’anime…

A la fois thriller et roman d’anticipation flirtant avec la dystopie, La fin des idoles est surtout le support d’une réflexion très riche et instructive à la fois scientifique et philosophique sur notre société, le besoin de se rassurer dans le regard de l’autre, les mythes et l’inconscient collectif, le signifiant médiatique, et le transhumanisme. Deux personnages, incarnant chacun un mode de pensée, s’affrontent violemment : d’un côté Lyne, qui ne jure que par la science et veut détruire la psychanalyse en même temps que le désir, sorte de Dr Frankenstein devenu gourou et qui expérimente ses travaux sur des gens qui ne lui ont rien demandé ; de l’autre, Gerhard Lebenstrie, gourou lui aussi mais cette fois de la psychanalyse, qui tient le désir pour le moteur du monde. Au centre, Paloma, bimbo de la télé-réalité victime de ses obsessions

C’est donc un roman qui, au fur et à mesure que les pages se tournent, nous plonge dans des abîmes de perplexité métaphysique, car il nous pousse à nous interroger sur le désir : le désir, c’est le manque, et il fait souffrir. Mais si nous avions la possibilité de l’anéantir, le ferions nous ? Sur ce point, je ne peux parler que pour moi, mais le fait est qu’aussi imbuvable que soit Lebenstrie, je lui ai donné raison du début à la fin. Pour moi, le désir est ce qui nous rend humains, ce qui nous pousse à nous surpasser, et parfois ça fait mal (oh que oui !) mais je préfère cette douleur qui me fait me sentir vivante à l’assèchement ataraxique. Mais encore une fois, je ne sais pas si en refermant le roman tout le monde aura les mêmes conclusions, et c’est ce que je trouve intéressant !

En tout cas, j’ai beaucoup apprécié cette lecture, qui m’a non seulement fait passer un bon moment (le côté thriller, mais aussi l’humour et les clins d’oeils) mais encore qui m’a nourrie, au sens où j’ai appris beaucoup de choses et où j’ai pas mal réfléchi !

La Fin des idoles
Nicolas GAUDEMET
Tohu Bohu, 2018

Une réponse sur « La fin des idoles, de Nicolas Gaudemet »

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.