lifestyle

J’ai testé pour vous… l’hypnose

HypnoseVous l’avez sans doute noté si vous me lisez régulièrement, la fin de l’année 2017 a été très compliquée, et le début 2018 l’est tout autant. Je ne sais pas si c’est que je suis en pleine crise de la quarantaine, ou si c’est autre chose, mais le fait est que je traverse actuellement une zone de turbulences, de chaos, bref une crise existentielle. C’est arrivé d’un coup, mais pas vraiment de foudre même si c’est (en partie) lié au sentiment amoureux. Je me suis mise, du jour au lendemain, à me poser un million de questions, à remettre en cause tous mes choix de vie (qui n’étaient pas vraiment des choix d’ailleurs, plutôt des renoncements) mais sans savoir ce que je voulais vraiment. Et puis de toute façon, j’étais persuadée que ce que je voulais m’ayant toujours été refusé, il n’y avait pas de raisons que ça change (d’où les renoncements). Surtout, je me rendais bien compte que j’étais en train de m’enfermer à nouveau dans une situation que j’avais déjà vécue, et que je m’étais pourtant jurée de ne jamais revivre (et j’avais bien réussi d’ailleurs, pendant très longtemps, à résister). Bref, j’étais perdue.

Du coup, début décembre, le même jour où j’ai fait un autre truc dont je ne sais pas pour l’instant où ça me mènera (et pourtant, là est la clé), mon inconscient m’a soufflé au creux de l’oreille que je devrais essayer l’hypnose. Alors ce n’est pas venu comme ça : déjà, j’ai toujours eu un rapport un peu particulier à mon inconscient, qui me « parle » beaucoup. Et j’ai d’ailleurs toujours été intéressée par l’hypnose. Ensuite, il se trouve que plusieurs personnes de mon entourage, pour des raisons ou d’autres, y ont fait référence. Je me suis dit que de toute façon, je ne risquais rien, au pire ça ne serait pas pire.

Alors il existe plusieurs types d’hypnose, je ne vais pas faire un cours théorique dessus (j’en serais du reste bien incapable), mais il faut vraiment s’enlever de la tête tout ce qu’on voit dans les films : s’il s’agit d’un état de conscience modifié, on reste toujours « soi » et on n’oublie rien, on se souvient parfaitement du déroulé de la séance (en tout cas dans l’hypnose Ericksonienne). Il s’agit simplement, en fait, d’implanter dans l’inconscient des idées nouvelles, des changements, qui modifieront l’air de rien nos comportements.

J’ai fait 3 séances (et je ne sais pas si j’en ferai d’autres, puisque la thérapeute que j’avais choisie déménage son cabinet, et j’y vois un signe qu’il faut que je termine seule).

La première séance a surtout été consacrée à parler de tout ce qui n’allait pas, mes peurs, mes expériences passées, mes blocages, afin d’identifier ce qu’il fallait que je modifie, suivie d’une courte « visualisation » pour lâcher le passé. En sortant, je me sentais bien, mais j’avais le sentiment que rien ne s’était produit. Et pourtant, à peine deux jours après, j’ai fait plusieurs choses dont je m’étais révélée totalement incapable jusqu’alors. Mais vraiment : lorsque je leur ai raconté, mes amies ont failli tomber de leur chaise. Cette première révolution a été suivie d’un truc bizarre : mon corps s’est mis à me parler. En gros, j’ai chopé plusieurs trucs totalement psychosomatiques, et comme j’ai un peu l’habitude de mon inconscient qui a un peu tendance à prendre des gros sabots, j’ai pu facilement comprendre le message (et ce qui est bien, c’est que dès qu’on comprend le message, le truc s’arrête).

Deuxième séance : on a fait le point. Résolument, c’était mieux, mais loin d’être encore ça. Cette fois, on a fait un long exercice de visualisation sur le fameux « lâcher-prise ». En outre, ma thérapeute m’a mis sur clé USB un exercice à faire chaque jour jusqu’à la séance suivante. Là encore, dans les jours suivants, je me suis rendu compte de changements notables dans mon comportement, dans mes pensées. Je me sens vraiment mieux, j’arrive à avancer.

Troisième séance : on fait à nouveau le point, on se rend compte que par rapport à ce que je disais au début le changement est réel, je sens que beaucoup de choses bougent en moi, que certaines de mes peurs se sont apaisées, bref que ça va mieux. J’ai encore certains réglages à faire, c’est évident, je ne peux pas encore me « lâcher » totalement, j’ai toujours une appréhension vis-à-vis de certaines choses et notamment en ce qui concerne la communication et la verbalisation des émotions, certains points sont encore sensibles, mais il y a réellement du mieux, j’ai compris certaines choses et le pourquoi de leur comment, je suis prête à aller de l’avant, et d’ailleurs les gens autour de moi le sentent. Après, le problème qui me reste à régler, ce n’est pas moi qui ai toutes les cartes en main, malheureusement…

Conclusion : j’étais un peu sceptique, mais j’ai réellement vu le changement, ce n’est pas de la magie mais cela apporte vraiment beaucoup, et je me dis que j’aurais dû faire ça beaucoup plus tôt dans ma vie, j’aurais peut-être gagné du temps ou évité d’en perdre !

(11 commentaires)

  1. J’ai essayé l’hypnose pour ma fille de 10 ans qui a des migraines. Peut-Être n’était elle pas prête, je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais le résultat a été catastrophique. Du coup on se tourne vers la sophrologie qui est plus adaptée a elle. Elle apprend a contrôler sa respiration et je pense qu’elle a besoin de cette sensation de contrôle sur elle. Il n’y pas de recettes toutes faites, il s’agit de trouver la sienne… Je vous souhaite un bon week-end.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai une amie qui a pu s’arrêter de fumer grâce à l’hypnose. Moi, je me pose des questions, parait-il que cela peut jouer sur les accouphènes… je vais d’abord consulter une sophrologue et on verra bien.

    Aimé par 1 personne

  3. Dingue…je suis très rationnel, incapable du lâcher prise et j’avoue que pourtant l’hypnose me fait peur quelque part, justement l’idée de perdre le contrôle de moi-même.
    Pour le reste, on ne se connait pas, mais c’est évident que tu es pleine crise de la quarantaine pour laquelle l’élément déclencheur est le plus souvent l’amour, enfin un sentiment amoureux. Oui lâcher prise, c’est dur , peut-être un jour tu y parviendras dans tes articles ou tes post sur FB…

    Aimé par 1 personne

  4. Comme Mind the Gap je suis quelqu’un de très rationnel même si j’écoute beaucoup mon intuition. J’ai énormément de mal à lâcher prise, et c’est le corps qui s’en ressent et donne des alertes. L’important c’est de savoir s’écouter.
    Si ces séances ont pu t’aider c’est ce qui compte. Perso je suis très sceptique. Je crois plus en l’introspection et au fait d’écrire quotidiennement les choses positives et négatives pour prendre du recul et analyser ce qui va et ne va pas. Après, évidemment, il reste à mettre en place des comportements pour aller de l’avant.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s