Elle lit des romans

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits de Salman Rushdie

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuitsImaginons la race humaine comme s’il s’agissait d’un seul individu, proposa Ibn Rushd, l’enfant ne comprend rien et se cramponne à la foi parce qu’il ne dispose pas du savoir. La lutte entre la raison et la superstition peut être considérée comme la longue adolescence de l’humanité et le triomphe de la raison sera sa maturité. Ce n’est pas que Dieu n’existe pas mais c’est que comme tout parent fier de sa progéniture il attend le jour où son enfant peut tenir debout sur ses deux pieds, faire son propre chemin dans le monde et se libérer de toute dépendance à son égard.

Un des romans de la rentrée littéraire que j’attendais avec le plus de curiosité, et qui sera, je pense, ma dernière lecture de la saison. En plus, Rushdie le dédie « à Caroline », pas moi évidemment mais j’ai trouvé la coïncidence amusante !

800 ans après que Dunia, princesse des jinns lumineux, se soit unie au philosophe Ibn Rushd alias Averroès et lui ait donné une très nombreuse descendance, les Duniazad, qui ont essaimé à travers le monde, les sceaux qui séparent le mondent d’en-haut, le Péristan, royaume des jinns, et le monde d’en-bas, notre monde, se brisent à nouveau. Déferle alors sur terre une horde de jinns obscurs, menée par les quatre grands Ifrits, bien décidés à semer le chaos. C’est l’ère des incohérences, qui va durer deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, soit donc mille et une nuits, et qui débouchera sur la guerre des mondes, opposant le Mal et le Bien, incarné par Dunia et sa descendance…

Prodigieux, ce roman se lit comme un conte philosophique à la Voltaire, auquel il est d’ailleurs fait référence plusieurs fois, marqué par une vertigineuse réflexion théologique et philosophique, laquelle m’a d’ailleurs permis de me rendre compte que sans l’avoir lu, j’étais moi-même parfaitement en phase avec Averroès. Si Rushdie nous décrit un monde peuplé de Péris (les fées dans le monde arabo-musulman) de Jinns et de magie, tout cela est éminemment symbolique : le monde qu’il nous décrit, celui dans lequel les grands Ifrits sèment le chaos et, suite à une promesse faite à Ghazali, l’ennemi d’Averroès, par l’un d’eux, cherchent à terrifier les hommes pour les ramener vers Dieu, c’est le nôtre. Et la guerre des mondes, c’est la guerre à laquelle nous assistons actuellement : Averroès vs Ghazali, la raison vs l’intégrisme religieux, l’amour vs la haine. Le féminin vs le masculin. Le Bien vs le Mal. Et de ce chaos, de cette guerre, finit par naître une civilisation nouvelle. Finalement, Rushdie, prophétise la victoire de la raison et de la paix. Le Bien finit par sortir victorieux du chaos. Puisse-t-il dire vrai…

Un roman lumineux, passionnant, profond, prophétique je l’espère. Un coup de coeur !

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits
Salman RUSHDIE
Traduit de l’anglais par Gérard Meudal
Actes Sud, 2016

challenge12016br10% Rentrée Littéraire 2016 – 44/60
By Lea et Herisson

(12 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s