Elle lit des romans

Cannibales, de Régis Jauffret

CannibalesA votre âge, vous savez sans doute que les amours sont des ampoules. Quand elles n’en peuvent plus de nous avoir illuminés, elles s’éteignent. Il serait sot et vain de vouloir leur ouvrir le ventre pour tenter de les ranimer. Autant chercher à réparer un coucher de soleil au lieu d’accepter la nuit et attendre l’aube du lendemain.

J’étais curieuse de découvrir ce roman depuis que j’avais interviewé Régis Jauffret lors du Forum Fnac Livres : il m’avait à la fois fascinée et amusée, et si j’avais lamentablement échoué, il y a quelques années, à entrer dans Claustria, beaucoup trop anxiogène pour moi, ce roman me paraissait au contraire tout à fait dans mes cordes. Et puis, il s’est retrouvé dans le dernier carré du Goncourt : je l’avais acheté la veille, il a grillé tout le monde.

Noémie à 24 ans, et vient de quitter Geoffrey, de plus de vingt ans son aîné. Elle aurait bien aimé qu’il se roule à ses pieds, mais il ne le fait pas. Alors elle écrit à Jeanne, la mère de Geoffrey, pour la convaincre du bien-fondé de cette rupture. Si les relations sont d’abord tendues et les lettres, du côté de Jeanne, peu amènes, elles se prennent vite d’affection l’une pour l’autre, et se lient autour d’un projet original : assassiner Geoffrey, et le dévorer…

Cannibales est un exercice de cruauté absolument brillant et délicieux, à la fois drôle et désespéré. Les hommes y sont assez maltraités : faibles, précaires, fragiles, ils sont, à l’image de Geoffrey (Jauffret ?), la proie de deux bacchantes (la mère/l’amante (la mante ?)) avides de leur chair : dans tout le roman, l’omniprésence du champ lexical du corps est évidente. Le sang, les organes, les viscères, les poils, les os, la viandes, les larmes, le sperme. L’homme est réduit à son corps et à ses fluides, quand les femmes dissertent, brillamment, sur la vie et l’amour : car c’est bien ce dernier qui est au centre de toutes les lettres, qui oscillent entre le lyrisme et le cynisme le plus effrayant. On oublie souvent que celui qui tient la plume est un homme, ce qui rend cette entreprise d’autant plus audacieuse et intéressante.

Un roman superbement écrit, parfaitement maîtrisé jusqu’à la fin qui semble pourtant partir en n’importe quoi, drôle, jouissif, caustique et plein d’esprit. Je ne serais pas étonnée qu’il ait le Goncourt, d’autant que j’ai eu un signe : l’autre jour, alors que j’étais plongée dans ma lecture, un rayon de soleil, filtrant à travers les pampilles de ma lampe de chevet, a projeté sur les pages un arc-en-ciel :

JauffretS’il a le Goncourt, vous pourrez m’appeler la Pythie !

Cannibales
Régis JAUFFRET
Seuil, 2016

challenge12016br10% Rentrée Littéraire 2016 – 37/60
By Lea et Herisson

En complément, mon interview de l’auteur :

(14 commentaires)

  1. Le dernier carré du Goncourt est en effet assez varié, Cannibals ne m’attire guère a priori, mais tu vois, ton billet n’est pas le premier favorable à ce roman… De toute façon, le livre est à la bibli…

    J'aime

  2. J’avais même pas fais gaffe que Régis Jauffret était l’auteur de Claustria, ce roman il m’a tellement marqué, comme son titre je me suis sentie emprisonnée et mal à l’aise tout au long de ma lecture. Cannibale on me l’a conseillé, du coup je pense l’acheter, mais j’attends qu’il sorte en poche pour ça.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s