Romans

Le dernier amour d’Attila Kiss, de Julia Kerninon

Le dernier amour d'Attila KissAu début, il la vit comme une Apache à la peau claire, mi-conquérante mi-fugitive, parce qu’elle était venue s’asseoir à sa table avec cette assurance déroutante — et puis, lorsqu’elle commença à parler, le premier soir, il discerna la fille en elle, non pas l’enfant mais l’infante, la descendante, la dernière d’une lignée, portant sur sa tête quelque chose de très lourd qu’elle ne pouvait ni voir, ni toucher. Après il découvrit la guerrière, l’orpheline, qui amenait avec elle l’amante merveilleuse aux yeux grands ouverts, et il fut séduit. Soulevant une à une les couches sédimentaires qui la recouvraient, la protégeaient, lentement il vit se dessiner l’héritière d’une fortune et d’un nom séculaires, avec ses failles et ses pics escarpés, ses habitudes cosmopolites — il vit la Habsbourg, la Viennoise, l’oppresseuse, celle qui avait grandi dans la brûlure de l’or, et il la détesta, il la craignit, il voulut sa mort pour toute la tristesse atavique qu’elle réveillait en lui qui était hongrois et démuni — et puis en l’espace d’un instant tout s’additionna et sembla ruisseler entre ses mains, et il se retrouva face à l’animal sauvage qu’elle était sans doute au fond, la fille enragée de musique, la personne qui essayait désespérément de grandir, celle qui croyait aux lendemains, l’étrangère qui serait son dernier amour.

Le premier roman de Julia Kerninon, Buvardavait été pour moi un véritable coup de coeur, et il était donc évident que celui-ci se trouverait à un moment ou un autre entre mes mains…

Attila Kiss (rien que ce nom est tout à fait programmatique) est un vieux peintre hongrois qui, pour gagner sa vie, trie les poussins dans une usine. Rien ne le prédestinait à rencontrer Theodora, jeune héritière d’une star de l’opéra et d’une illustre famille viennoise. Rencontre ? C’est plutôt d’une collision dont il s’agit…

Un roman court mais puissant, qui dissèque avec précision le sentiment amoureux et son mystère.  Tout en tensions, en antagonismes, il ne cesse d’opposer les contraires : la pulsion de vie et la pulsion de mort, le masculin et le féminin, l’ombre et la lumière, la jeunesse et la vieillesse, la richesse et la pauvreté, la Hongrie et l’Autriche. Parce qu’il est l’expérience confondante de l’intimité partagée avec l’altérité, l’amour se fait guerre, bataille, conquête, métaphore filée qui tisse tout le texte. Il y a un vainqueur et un vaincu. Chacun n’est plus seulement lui-même, mais le produit d’une histoire qui le dépasse : parce qu’il est pauvre et Hongrois, Attila se sent dépossédé de lui-même et de son libre-arbitre, conquis, soumis, dominé par la riche Autrichienne, ne cesse de se débattre pour reprendre le pouvoir. Mais l’amour, finalement, n’est-ce pas accepter de déposer les armes et embrasser l’irréductible altérité de l’autre ?

Admirable de maîtrise, Le Dernier amour d’Attila Kiss est à la fois sombre, car il met au jour les luttes de pouvoir en jeu dans l’amour, et lumineux par sa résolution. Avec ce roman, Julia Kerninon confirme son talent !

Lu par Jostein

Le Dernier Amour d’Attila Kiss
Julia KERNINON
Rouergue, 2016

13 réflexions sur “Le dernier amour d’Attila Kiss, de Julia Kerninon

  1. J’avais lu Buvard, Nantaise, il le fallait 😉 J’avais été emballée par le style mais le personnage principal m’était insupportable à un point .. En attendant, il m’a marqué. J’ai lu un autre avis plus mitigé de son nouveau roman, le tien fait de nouveau pencher l’aiguille dans l’autre sens 😉

    J'aime

  2. L’amour n’est-il pas de déposer les armes….très belle phrase. Encore faut-il avoir en face une attentive et douce Théodora.
    En tout cas, j’ai aimé aussi cette approche originale du sentiment amoureux et je lirai sûrement Buvard un jour.

    J'aime

  3. Je viens de terminer la lecture de ce livre. J’ai eu également beaucoup de plaisir à le lire ; on sent de la maîtrise dans l’écriture, et l’analyse de cette relation comme un art de la guerre est très subtile. Intéressé par l’histoire de la Hongrie, j’ai été ébahi par le résumé qu’elle en fait (p 75 à 78). Dans un style et une écriture très différents, et si vous aimez les romans ayant la Hongrie en toile de fond, je conseille vivement Le revers de la médaille, d’Olga Lossky, paru récemment

    J'aime

  4. Pingback: Challenge amoureux : dernier bilan avant liquidation | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s