Végétaliser la ville

A Milan, je me suis souvent fait cette réflexion que, tout de même, les végétaux, dans une ville, ça change tout ! J’ai rarement vu autant de vert dans une ville : sur les toits, sur les murs, sur les trottoirs, dans le moindre espace, on plante, des arbres, des fleurs, des plantes ; les balcons sont envahis de végétation. Milan veut en faire encore plus, mais ils sont déjà en avance : végétaliser les villes, c’est un impératif absolu !

Bien sûr, le premier avantage est que c’est agréable et joli, tout ce vert, que ce soit les plantes (je ne reviendrai pas sur les bénéfices pour l’âme et pour le taux vibratoire de s’entourer de plantes vertes) ou les parcs et jardins. J’aime de plus en plus les parcs et jardins et l’une de mes nouvelles habitudes, dès que j’ai un coup de blues (souvent), est d’aller me promener un moment dans un espace vert plein d’arbres. Ça me fait du bien (alors que la ville m’oppresse de plus en plus : je ne supporte plus tout ce bruit et cette agitation, en tout cas en ce moment où j’ai besoin de calme). Je me suis acheté un livre sur les arbres, pour apprendre à communiquer avec eux. Donc voilà : plus de verdure dans la ville, c’est apaisant. Et si on ajoute que cela favorise le « vivre ensemble » (les gens se parlent dans les parcs, et n’oublions pas les potagers partagés), on a déjà beaucoup de bonnes raisons.

Mais tout aussi important est l’aspect écologique : certaines plantes aident à lutter contre la pollution en filtrant les particules, les arbres sont un formidable appareil pour lutter contre les émanations de CO2, et tout cela rafraîchit vraiment !

Végétaliser la ville est donc un projet qui devrait nous occuper tous : les municipalités bien sûr, mais aussi chacun de nous, à son échelle : lorsque je suis rentrée de Milan, un truc m’a sauté aux yeux, c’est que les gens ne profitent absolument pas de leurs balcons. Souvent ils sont absolument vides (alors que le mien est vraiment une pièce de la maison, avec une table et des chaises mais surtout mes plantes et légumes !). Alors il y a effectivement des règlements par endroits : mais peut-être est-il temps de les faire sauter pour le bien de tous, afin que les gens puissent, planter, cultiver, faire pousser et que le vert reprenne sa place ?

La play-lieux

Encore un petit questionnaire piqué chez Mind the Gap et qui cette fois tourne autour des lieux (comme son nom l’indique d’ailleurs).

1. Là tout de suite, vous pouvez vous télé-transporter quelque part, pour une semaine de vacances sans personne et sans aucune contrainte, vous allez où ?
Et bien là, tout de suite je me téléporterais bien au Cap-Ferret. Alors j’y serai en août donc j’ai juste besoin de patienter un peu, mais le fait est que je m’y ressourcerais bien quelques jours avant l’arrivée des touristes, tranquille, seule avec mon âme et la mer.

Cap-Ferret

2. Un endroit pour résider une fois que vous aurez arrêté toute activité professionnelle ?
J’aimerais avant. En fait, depuis quelque temps, j’ai des envies bizarres de m’isoler dans un petit village à la montagne pour écrire. Peut-être que ça me passera (puisque c’est lié à autre chose dans ma vie), peut-être que ça ne me passera pas, mais on va dire ça pour l’instant. La photo n’est pas contractuelle, vu que ce n’est pas là où j’ai pris la photo que je prévois de me retirer du monde dans une maison en pierre avec une cheminée (mais c’est là que se retire du monde le personnage principal de mon deuxième roman)

3. Le pays qui fait rêver tout le monde mais pas vous ?
Le Japon. Vraiment ce pays ne m’attire pas le moins du monde : j’ai la profonde conviction que tout cet ordre, toute cette discipline, ça oppresserait le feu-follet que je suis. Alors peut-être que j’irai un jour (parce que, quand même, les cerisiers en fleurs) mais j’ai des doutes sur le fait de m’y sentir bien !

4. Un voyage à offrir à quelqu’un que vous n’aimez pas ?
La Syrie, ou la Corée du Nord. J’hésite.

5. L’endroit pour aller roucouler quand  on tombe amoureux ?
Quand on est amoureux, n’importe quelle ville est romantique. Alors je passe sur Venise, beaucoup trop cliché et qui ne m’attire pas plus que ça, et je vais dire Prague, parce que c’est vraiment magique Prague…

6. Un coup de cœur en France ?
Je ne vais pas remettre le Cap-Ferret… Je vais faire classique, Paris, même si, de fait, j’ai de moins en moins envie (besoin) de Paris, en tout cas en ce moment ! Parce que, sinon, j’attends toujours le vrai gros coup de cœur, celui qui me fera dire c’est ici chez moi, c’est ici que je veux vivre.

Paris Pornview

7. Enfin une capitale européenne  qui vous a déçue ou disons pas emballé plus que ça ?
Aucune, j’ai aimé tous mes voyages, aucune ville ne m’a déçue car elles m’ont toutes apporté quelque chose de différent et d’unique !