En mots et en images : août 2021

Les mots…

Entre deux averses // Le jour des huîtres // Jolies promenades // L’inspiration des bateaux et un safari photo maritime // Les glaces sur la jetée et la beauté sauvage du Cap-Ferret // Dire aurevoir // Le début d’une collection de machines à écrire // Poésie du soir // La possibilité d’une île // Enfin le beau temps, la chaleur, se plonger dans l’océan // Et ces couleurs // La chasse aux coquillages et aux galets en forme de cœur // Le jour des huîtres, bis // La magie des couchers de soleil // Les champs de tournesols // Jacuzzi et soirées entre amis // La tradition et le plateau de fruits de mer du 15 août // A la maison // Batteries à plat // Vénus et la Pleine Lune // Astrologue // Mort subite (de mon ordinateur) // C’est bien, c’est plus rapide // Sortir la tête // Emerveillement // Plus précieux que l’air que je respire // Le dernier jour de liberté.

Les images

Les choses de l’été

Une coupure salutaire, prévue pour me ressourcer et nettoyer la fatigue. La météo n’a pas été très coopérative : il n’y a eu que peu de baignades, seulement deux séances de paddle, quelques-unes de jacuzzi. Mais des promenades, du farniente, des apéros et des huîtres. Je ne suis pas sûre que cela suffise : je fonctionne à l’énergie solaire et mes batteries sont loin d’être suffisamment chargées pour commencer une année qui s’annonçait déjà compliquée. Bon, on verra.

Quelques favoris de l’été, pourtant, ce qui rend heureux, met en joie, fait vibrer plus haut :

– Lorsque j’ai changé de téléphone en avril, j’avais gardé l’ancien pour un projet bien particulier, celui de faire des photographies dans l’eau. J’ai donc acheté une pochette étanche et j’ai pu m’amuser un peu avec, mais l’idée était vraiment de m’en servir lors des balades en paddle, ce que j’ai peu fait comme je le disais. Néanmoins je suis contente de mes essais. J’ai aussi fait quelques clichés dans le jacuzzi.

– Deux séries que j’ai découvertes lors d’après-midi pluvieux : Sex/Life dans lequel une femme, mariée, mère et a priori heureuse, se prend à regretter la vie sexuelle débridée de sa jeunesse et se demande si elle peut avoir tout ou si elle doit choisir ; cette série très hot m’a vraiment beaucoup intéressée et interrogée. La deuxième Atiye est un peu plus ancienne, et je me demande pourquoi Netflix ne me l’avait pas suggérée avant : dans cette histoire qui se déroule en Turquie, une jeune femme peintre découvre que le symbole mystérieux qu’elle dessine depuis qu’elle est enfant est aussi inscrit sur les parois d’un site archéologique qu’on vient de mettre au jour ; c’est très mystique et il y est question d’amour qui sauve le monde, vous pensez s j’ai accroché !

– Je suis toujours aussi fan des artisans qu’on trouve sur les marchés locaux : je me sis acheté deux paniers pour faire des cache-pots, plusieurs bijoux (à la même créatrice que d’habitude à Andernos, mais aussi à une autre pour laquelle j’ai eu le coup de foudre à Saint-Pierre d’Oléron) et je me suis retenue pour beaucoup d’autres choses. L’artisanat, c’est la vie !

– Comme toujours, me gaver de fruits de mer : moules, huîtres, crevettes, langoustines etc.

– Et puis, ce qui me fait plaisir pour pas cher : les coquillages. Que j’aime ramasser les coquillages ! Et cette année, j’ai enfin réussi à trouver des grains de cafés. J’ai aussi croisé deux oursins, ce qui ne s’était pas produit depuis plus de trente ans !

– Bien sûr, les gens aimés…

Voilà : on va garder le meilleur et oublier les choses plus chagrines. Et j’espère que vous avez passé un bel été !

En mots et en images : juillet 2021

Les mots…

L’Impératrice // Pas loin de périr d’ennui // L’odeur du chèvrefeuille et de la pluie // Une vibration comme une immense lyre. Le cœur qui s’agrandit aux dimensions de l’Univers // Libérée, délivrée // L’infini du désir // Monsieur et Madame ? // L’espoir // Devenir astrologue // D’âme à âme // Les petites tomates qui ne rougissent pas // Que d’eau // La promenade du dimanche // Apaiser la colère // Les valises // Jacuzzi o’clock // Plage, paddle, coquillages…

Les images…

Se ressourcer

Les autres années, je ne fais pas vraiment de pause estivale sur le blog, au sens où je programme mes articles avant de partir (je crois que le vide me fait un peu peur) mais cet été, j’ai décidé de lâcher prise. Encore que « décidé » ne soit pas tellement le mot, j’ai surtout totalement manqué d’énergie pour le faire, et c’est bien la raison pour laquelle cette pause est nécessaire : me ressourcer et remplir mon chaudron. Donc je vais aller nettoyer toute cette fatigue émotionnelle et psychique plus que physique générée par cette année compliquée en me déterritorialisant ici et là, en retrouvant mon élément vital, l’eau, en nageant, en barbotant dans le jacuzzi, en faisant du paddle, en mangeant des huîtres et des glaces, en paressant sur la terrasse et en buvant l’apéro. J’ai juste prévu le « en mots et en images » et peut-être un ou deux Instantané. Et je serai sur Instagram.

Donc je vous souhaite un très bel été, et on se retrouve normalement le 16 août !

En mots et en images : août 2020

Les mots…

Dolce farniente // La mer, le soleil, l’air, la plage et la forêt, marcher pieds nus, s’allonger sur le sol, plonger dans l’eau : se régénérer au contact des quatre éléments et recharger les batteries // Une femme sauvage // Et un peu de paddle histoire de pouvoir dire que j’ai fait du sport, et travailler mon équilibre // Le joli petit port de Biganos et ses cabanes colorées // Femme océanique, femme solaire, femme sauvage // Ramasser des coquillages // Lacanau par hasard // La femme océane // Paddle sur le lac (et c’est plus facile que sur le Bassin) // Campagne. Mirabelles, jacuzzi et grosse chaleur // Coucher de soleil // Respirer l’odeur de la nuit et regarder les étoiles // La Grande Ourse // A l’île d’Oléron // Glaces, coucher de soleil, plage, cocktail charentais et restaurant avec vue // Les fruits de mer du 15 août // Une dernière fois // Retrouver mon chez-moi // Défaire les valises, en sortir les petits trésors rapportés en souvenir, leur trouver une place. Nettoyer les coquillages et les galets // Des fleurs séchées dans un livre // ça va quand même être compliqué // Hot as Hell // Alors celle-là, elle est à la fois attendue et surprenante, et jusqu’à nouvel ordre je ne sais pas quoi en penser, sinon que toutes les possibilités me terrifient même celle que je désire absolument // (oui je suis une femme simple) // « J’ai hâte de connaître l’épisode suivant » // Choisir l’amour ? // Besoin d’avancer et de reprendre les choses en main, malgré l’incertitude et l’angoisse // Les baies de sureau qui commencent à passer : c’est le signe que l’été s’en va // Annulation de la promenade du dimanche // Retour forcé là où je n’ai plus ma place… mais avec une jolie surprise (qui n’en est pas une puisque je l’avais prédit mais je fais comme si j’étais surprise) // Jolie surprise ? C’est un euphémisme : j’ai l’impression que le monde reprend des couleurs malgré tout ! Et j’en suis infiniment reconnaissante (en vrai je saute partout de joie dans l’appartement) (rien à voir avec l’écriture, en tout cas pour l’instant)

 

Les images…

Régénération

Cela a fait du bien, cette parenthèse. Je me suis sentie, en quelque sorte, régénérée. Régénérée par les éléments.

Régénérée par l’eau, qui est mon élément essentiel (je suis Poissons) et qui me manque tant tout au long de l’année. Là j’ai profité du jacuzzi, et bien sûr de la mer, le bassin, l’océan, et puis un peu l’eau douce du lac de Lacanau (qui sera la découverte de l’année : je n’y étais jamais allée, et j’ai adoré la sérénité et les couleurs fabuleuses du lieu le matin). J’ai plongé dans les vagues, j’ai fait la planche (j’aime éperdument faire la planche, me laisser porter), je me suis allongée dans l’eau tiède du bord un peu boueux façon thalassothérapie. Et puis, une autre façon de profiter de l’eau : faire du paddle, surtout sur le lac de Lacanau (sur le Bassin, avec les vagues et le courant, c’est plus difficile, et je n’ai même pas essayé à l’île d’Oléron, trop de rochers).

Régénérée par le feu du soleil, mon deuxième élément essentiel (je suis ascendant Lion, qui est dans sa saison). S’allonger sur la plage et se laisser caresser par ses rayons, se nourrir de sa chaleur, en faire des provisions.

Régénérée par la terre, le sable sur lequel on s’allonge, marcher pieds nus l’essentiel du temps.

Par l’air, être dehors le plus possible.

Se promener dans la forêt, dans les ports, faire le plein de beauté, de jolis endroits, de doux moments. Admirer un coucher de soleil, un joli port, les goélands, les petites cabanes colorées à Biganos, une exposition de tableaux ou d’artisanat. Ramasser des coquillages et des jolis galets. Manger de bonnes choses, des fruits, des légumes, des fruits de mer, du poisson frais, un barbecue, des douceurs glacées sur le port, l’apéritif sacré. Ne pas penser à l’heure, improviser, vivre selon son propre rythme. Prendre soin de soi, lire dehors, faire la sieste sous les arbres, boire son café au soleil. Essayer d’oublier ce qui n’est pas normal, ce qui est angoissant. Le mettre un peu entre parenthèses.

L’été, c’est ce moment précieux dans l’année où on fait le plein de belles choses, ressources dans lesquelles on puisera dans les mois à venir. Où on se régénère.

Instantané #106 (Carte postale)

Coucou,

j’espère que vous passez, malgré tout, un bel été ! Cette semaine je vous envoie une petite carte-postale du Bassin d’Arcachon, ce qui va vous faire dire « comme d’habitude » mais en réalité pas tout à fait puisque je suis non pas au Cap-Ferret mais à côté d’Andernos. Ce qui me permet de faire un peu de tourisme aux alentours (Biganos et son très joli petit port, le lac de Lacanau où on fait très bien du paddle), même si dans les faits je suis aussi très souvent au Cap-Ferret (parce que l’habitude, parce que des histoires de marées, parce que les gens). Alors ce n’est pas « comme d’habitude », évidemment, mais on essaie de recharger au mieux les batteries en nageant (et ô combien l’eau m’a donné le sentiment de me régénérer et une certaine impression de sécurité), bullant au soleil, ramassant des coquillages, paddlant (j’insiste) ou ne faisant rien du tout. C’est différent, mais bien. Je fais le plein de douceur pour l’hiver.

La photo a été prise à Arès, en face de l’île aux oiseaux, un soir où j’ai été émerveillée par les reflets de l’eau.

Je vous embrasse !