Amour(s) de Tess Alexandre et Camille Deschiens : la naissance des sentiments

Oui, Imane aimait Alba. Depuis le début, depuis les premiers regards émerveillés, depuis le premier éclat de rire partagé, depuis la première soirée passée ensemble, à l’abri de tout. Mais l’embrasser, être avec elle, le montrer au monde, c’était aussi accepter de se reconstruire entièrement. Et ça, Imane n’y avait pas pensé une seule fois avant de tomber amoureuse. C’était arrivé, c’est tout.

Imane. Lise. Gaël. Cléo. Fatia. Maä. Marco. Nine. Safia. Rebecca. Joshua. Solal. Jo. 1″ personnages qui viennent de tomber amoureux, découvrent les sentiments, le désir, se découvrent eux-mêmes et la force transformatrice de l’amour. Doutent, se posent des question parce que leur amour n’est pas celui qu’ils attendaient, celui que la société attendaient. Mais, toujours, ce ravissement.

Un magnifique album. Des textes courts, comme autant d’instantanés d’amour poétiques et vertigineux. Ici, les amours sont plurielles et vont au-delà des préjugés, et c’est infiniment beau. Les textes sont d’une grande douceur, et parviennent merveilleusement à mettre des mots sur ce qui nous traverse lorsque les sentiments naissent, qu’on est tout chamboulé et qu’on sait qu’après ça, on ne sera plus jamais le même. Quant aux illustrations, elles sont elles aussi d’une beauté infinie, et servent magnifiquement le propos.

Bref, une petite pépite à mettre entre toutes les mains (à partir de 15 ans) pour interroger l’amour, le désir et la sexualité.

Amour(s)
Tess ALEXANDRE et Camille DESCHIENS
Les éditions des éléphants, 2022

Les meilleurs livres sur l’amour et le couple…

La semaine dernière, j’ai entièrement relu Le Truc et Le Truc2, soit près de mille pages dans lesquelles mon projet est d’une part d’interroger le sentiment amoureux, ce que c’est, ce qu’en disent les philosophes et autres penseurs, et d’autre part de le saisir dans sa manifestation au jour le jour. Je ne sais pas ce que deviendra ce projet, mais pour le mener à bien, pour la partie « théorique », je me suis bien sûr immergée dans une bibliographie exponentielle, et j’avais envie de faire un peu le point sur ceux que j’ai trouvé les plus intéressants :

1. Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux : s’il ne devait en rester qu’un ce serait celui-là. C’est vraiment ma bible, il y a absolument tout dedans, d’une sublime exactitude, et je ne me lasse pas d’y replonger tant il m’inspire et me nourrit.

2. Le Choc amoureux, de Francesco Alberoni : là encore un ouvrage fondateur, sur lequel j’ai pris de nombreuses notes. Tout est d’une grande justesse sur ce moment merveilleux de l’innamoramento (j’utilise le mot italien, parce qu’en réalité, il n’y a pas moyen de le traduire de manière satisfaisante)

3. L’Art d’aimer d’Erich Fromm : un classique qui ne parle pas seulement de l’amour amoureux, mais contient deux idées essentielles qui sont à la base de mon travail : l’amour comme seul moyen de résoudre la douleur de la séparation originelle, et l’amour comme activité, comme art, qui demande un véritable engagement et une pratique assidue. J’étais un peu d’humeur chagrine lorsque j’ai rédigé l’article le concernant, mais après il a fait son chemin.

4. L’Amour de Platon à Comte-Sponville de Catherine Merrien : un « reader » de philosophie, qui a donc le mérite de passer en revue toutes les conceptions de l’amour à travers l’histoire, ce qui permet de construire sa propre pensée. A noter aussi la sublime préface de Comte-Sponville.

5. Petite Philosophie de l’amour, d’Alain de Botton : un texte très simple, mais qui dit vraiment des choses essentielles et permet de se questionner sur de nombreux points.

6. Mes alliances, histoires d’amour et de mariages d’Elizabeth Gilbert : l’un des derniers que j’ai lus, et que j’ai vraiment trouvé très intéressant car il pose de bonnes bases.

Bien sûr il y en a pléthore d’autres et sur le sujet, malgré mes efforts, je suis loin d’avoir tout lu, raison pour laquelle j’attends vos propositions !

Cartographie de l’âme

La résistance au bois n’est pas la même selon l’endroit où l’on enfonce le clou : le bois n’est pas isotrope. Moi non plus ; j’ai mes « points exquis ». La carte de ces points, moi seul la connais, et c’est d’après elle que je me guide, évitant, recherchant ceci ou cela, selon des conduites extérieurement énigmatiques ; j’aimerais qu’on distribuât préventivement cette carte d’acupuncture morale à mes nouvelles connaissances (qui, du reste, pourraient l’utiliser aussi pour me faire souffrir davantage). (Roland BARTHES, Fragments d’un discours amoureux)

Dans le chapitre « l’Ecorché » de ses Fragments d’un discours amoureux, Roland Barthes expose cette théorie d’une cartographie des sentiments et de la souffrance, qui fait que le sujet amoureux est particulièrement sensible aux blessures les plus légères, ou en tout cas qui apparaissent les plus légères, selon ce qu’il a vécu. Ce qui l’a blessé antérieurement. Et je réfléchissais l’autre jour à l’idée que oui, j’aimerais pouvoir distribuer mon mode d’emploi aux gens, cette cartographie de l’âme aussi importante que celle du corps, afin qu’ils évitent de me blesser sans forcément le faire tout à fait exprès. Eviter d’appuyer sur un point sensible mal guéri même si je croyais que si.

J’y réfléchissais parce que, l’autre jour, je me suis violemment disputée avec une personne, qui ne fait absolument pas partie de ma vie et dont le jugement, objectivement, m’importe peu, ce qui fait que celui qui m’a dit je ne vois pas pourquoi tu te mets dans un tel état pour ça a parfaitement raison. Mais voilà, j’ai pourtant éclaté en sanglots et sur le coup, j’ai pensé que c’était parce que ce qui avait été touché par cette personne qui me reprochait de mal faire certaines choses, c’était ma confiance en moi, largement défaillante. Et c’est vrai : malgré les apparences, je n’ai absolument pas confiance en moi, mais cette fragilité, je ne la montre qu’à très peu de gens. Et cette personne a donc donné un coup de poing dans une première plaie à vif.

Mais elle a aussi dit un autre truc, dont je n’ai compris qu’une semaine après que ça aussi, ça m’avait fait très mal : elle me reprochait de ne pas communiquer. Et oui, ça aussi c’est une de mes failles : la tendance au mutisme, surtout lorsque je suis en pleine période de doute. Là encore, ça ne se voit pas parce que lorsque je me sens en danger j’ai tendance à remplir le silence de piapiatages inessentiels.

Alors voilà, je suis fragile, pleine de doutes, je ne sais pas dire les choses, j’ai besoin qu’on me rassure, tout le temps, parce que j’ai peur. Peur qu’on ne m’aime pas, peur qu’on m’abandonne, peur de ne pas être assez ou d’être trop. Je ne dis jamais aux gens que j’aime que je les aime.  J’y travaille. Parce que c’est important. Mais je suis un être d’écrit et non d’oral. Et puis, surtout, dévoiler son âme, c’est se mettre en danger. Le risque de l’aliénation et du malheur. Et puis, je suis écrivain. Je suis hypersensible. Comme disait Flaubert, je suis doué[e] d’une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire.