En attendant Noël : décoration

C’est désormais la tradition : le 1er décembre, je fais mon sapin de Noël. Cette année c’était un dimanche donc ça tombait plutôt bien, et il faisait un temps tout moche (comme d’habitude) : tous ces trucs qui brillent étaient vraiment bienvenus. J’ai, encore plus que d’habitude, insisté sur le doré et les symboles solaires (je rappelle : Sol Invictus). J’en ai vraiment besoin : je suis au bout du bout question épuisement physique, nerveux, émotionnel, existentiel (je crois même que je tire trop sur la corde) et j’ai vraiment besoin de douceur et de lumière et de chaleur à défaut de pouvoir aller crapahuter dans les bois.

Je n’ai rien acheté de nouveau contrairement aux autres années. Le sapin en est à son quinzième Noël. Comme nouvelle décoration j’avais une jolie boule artisanale marquée à mon prénom que ma tante a achetée au marché de Noël de Strasbourg et qu’elle m’a offerte à Noël dernier, elle n’avait donc pas eu l’occasion de servir (et le miracle : elle est parfaitement assortie à l’ensemble). Et, toute à mes activités créatives du moment, j’en ai fabriqué : une petite guirlande avec des battons de cannelle et des tranches d’orange séchées ; j’ai essayé de faire des petites choses en pâte à sel, mais là ce n’était pas réussi ; par contre, j’ai tenté la pâte autodurcissante faite maison, et je suis totalement convaincue, c’est facile et ça permet de fabriquer des choses originales pas seulement pour Noël. Je referai. Et j’ai ajouté quelques feuilles de Ginkgo, ce n’était pas prévu mais l’idée m’est venue subitement en les voyant sur la table.

J’ai cette année choisi de faire trôner le sapin complètement au milieu des bibliothèques (d’année en année, je le décale), et sur une console plus haute que d’habitude. A côté il y avait un sombre bordel de livres à trier que je ne voulais pas mettre ailleurs, je l’ai donc camouflé sous du voile d’hivernage qui me restait, ça fait effet neige et constitue un vallonnement pour poser le joli calendrier de l’avent Gallison et quelques papillotes. Sur les bibliothèques : quelques guirlandes lumineuses dans des pots, des petites maisons et ours en peluche tout mignons. Il ne manque plus que les cadeaux (et cette année comme il y a les enfants (pas les miens hein, vous n’avez pas loupé de grande nouvelle) il va y en avoir beaucoup et ce sera joyeux, et vu ce que nous avons subi cette année ça ne sera pas de trop).

J’ai parfaitement conscience que l’ensemble fait parfaitement bordélique avec les bibliothèques en désordre derrière, mais en même temps c’est moi !

De plus près :

Et puis cette année j’ai innové aussi niveau calendrier de l’Avent, et je m’en suis offert un très joli chez mon chocolatier artisanal préféré, Sébastien Papion !

En attendant Noël : décoration
Calendrier de l’Avent

Dernière innovation : j’ai fabriqué une couronne pour mettre sur ma porte d’entrée. L’idée m’est venue subitement, et là encore j’ai tout fait moi-même, et je n’ai strictement rien acheté. Cet été j’avais fabriqué un cercle en bambou dans l’idée de faire un attrape-rêves, mais au final je n’étais pas satisfaite car ce n’était pas du tout rond et beaucoup trop irrégulier, j’avais donc renoncé mais gardé le cercle. Je l’ai donc repris, recouvert le haut de trois fausses branches d’eucalyptus que j’avais gardées d’un bouquet artificiel qui ne me plaisait plus et en bas, j’ai d’abord mis un ruban mais ça ne suffisait pas donc j’ai pensé à ces fagots de brindilles que j’avais conservés de bouquets de fleurs et mis dans mon « panier nature », je les ai défaits et enroulé avec le fil de fer qui les tenait, j’ai ajouté une guirlande en plumes que je mets d’habitude dans le sapin, quelques pommes de pin, des boules, et voilà ! La photo ne lui rend pas trop justice mais je suis contente de moi, c’est l’essentiel !

Couronne de Noël
Couronne de Noël

Et vous, Noël, ça se prépare ?

En attendant Noël : le sapin

C’est toujours une activité très importante pour moi, décorer le sapin de Noël. Pas seulement parce que cela apporte un peu de gaîté dans ces jours les plus courts de l’année, où il fait nuit tout le temps surtout quand il pleut, mais aussi parce que ça a quelque chose de très symbolique : comme j’aime à le rappeler, le sapin (contrairement à la crèche) est une tradition païenne, liée à l’antique fête du solstice d’hiver : ces « fêtes de fin d’année », où l’ancienne année meurt pour être remplacée par la nouvelle qui commence alors que le soleil gagne son combat contre l’ombre (les jours commencent à rallonger) s’étendent de Samain/Halloween devenu Toussaint jusqu’à l’Épiphanie voire la Chandeleur (Imbolc). Qu’il s’agisse du paganisme celte, nordique ou latin, c’est bien lui, le soleil, qui est à l’origine de nos traditions : le 25 décembre, c’est le Dies Natalis Solis Invictis (sol invictus pour les intimes), jour de naissance du soleil invaincu (le dieu, qui est mort, renaît du ventre de la déesse). C’est donc bien la lumière la divinité qui est fêtée.

Bref, étant de plus en plus païenne, j’ai insisté particulièrement cette année, pour ma décoration du sapin (que j’ai un peu décalé spatialement pour le mettre davantage en valeur face à la fenêtre) sur les symboles cosmiques : la Lune, les Etoiles et bien sûr moult symboles solaires ronds et dorés (c’est déjà le cas d’habitude mais là c’est complètement assumé). Ce qui est bizarre, c’est que j’ai beau avoir mis les mêmes choses que d’habitude (j’achète une décoration par an) il me semble beaucoup plus consistant que d’habitude… Au sommet, j’ai mis un petit ange que j’ai acheté cet été, qui à la base n’était pas un sommet de sapin mais que j’ai un peu bricolé. Là encore, ça représente pour moi la lumière (et une protection dont j’ai bien besoin).

La bande originale, cette année, était une playlist hétéroclite, dans une odeur d’épices ; les nourritures terrestres : du chocolat chaud à la cannelle, et du Panettone traditionnel.

Les lumières de Noël

C’est un de mes moments préférés de l’année : décorer le sapin de Noël. D’ailleurs, dès que je me suis installée dans mon nouvel appartement (en mars, donc) c’est une des premières choses auxquelles j’ai pensées : où vais-je mettre le sapin ? A l’origine, je voulais le placer à côté du buffet, mais nonobstant qu’il aurait un peu gêné le passage, il se trouve que c’est là que se trouve ma monstera, qui porte bien son nom parce qu’elle pousse à vue d’oeil et que je suis régulièrement obligée de pousser le mini-bar. Du coup, j’ai décidé que le sapin trônerait dans le coin de la bibliothèque. Et je pense que c’est une bonne idée, sans vouloir me jeter de fleurs.

Pour les décorations elles-mêmes, peu de changements : toujours une dominante de doré et de champagne rosé (la couleur hein), un peu de violet, des étoiles et des pentagrammes pour une ambiance très païenne.

La bande originale, cette année, était la musique d’Amadeus (Mozart, donc) dans une odeur de champagne (la bougie) ; les nourritures terrestres : du thé de Noël, et du Panettone traditionnel.

Christmas is coming : décorations

Sapin de NoëlC’est quand même un peu mon moment préféré de Noël, faire le sapin. Et cette année, je m’y suis prise hyper tôt, puisqu’à force de voir plein de photos tentatrices, je l’ai fait le dernier week-end de Novembre (il paraît de toute façon que c’était à ce moment-là qu’il fallait le faire puisque c’était le premier dimanche de l’Avent, mais enfin, comme on sait, ce n’est pas ça qui me motive mais plutôt l’idée d’apporter un peu de chaleur dans mon salon). En réalité, je m’y suis même prise dès le mois d’août, en achetant quelques décorations sur le marché du Cap-Ferret. Acheter des décorations de Noël en robe de plage, c’est un concept, mais enfin, j’imagine que plus rien ne vous étonne venant de moi, n’est-ce pas.

Rien de très différent par rapport à d’habitude, à part que j’ai encore plus accentué le côté païen et me suis délestée de quelques ornements qui commençaient à s’abîmer pour en ajouter d’autres, notamment ce très beau disque House Doctor trouvé dans mon calendrier de l’Avent Exploratology (et qui est parfaitement en cohérence avec le reste) ainsi que des sucres d’orge (je n’aime pas ça mais je trouve cela super joli).

La bande originale cette année était une playlist classique (Peer Gynt, le choeur des Gitans dans Le Trouvère, la suite pour violoncelle n°1 de Bach par Rostropovitch, le choeur des hébreux de Nabucco…), dans une odeur de Pomander… Quant aux gourmandises : du chocolat chaud, des oursons en guimauve et du Panettone traditionnel artisanal !

L’autre originalité est qu’il y a déjà des cadeaux sous le sapin, avec mon calendrier de l’Avent Exploratology, donc.

Mais cette année, je ne m’en suis pas tenue au sapin ! D’abord il me restait quelques décorations que j’aime beaucoup mais que je ne voulais pas mettre dans l’arbre pour ne pas le surcharger, et ensuite j’avais envie de vrai sapin qui dégage une odeur de sapin. Du coup, j’ai coupé quelques branches pour agrémenter un peu le reste du salon.

D’abord, j’en ai placé quelques branches sur la desserte, ornées d’une deuxième guirlande lumineuse et de quelques petites boules rouges.

Surtout, j’ai placé des branches de sapin dans un pot de fleurs que j’ai ensuite rempli de pommes de pin (des petites dorées que j’avais achetées il y a quelques années pour le sapin et d’autres naturelles que je ramasse l’été au Cap-Ferret), j’ai ajouté le reste des boules rouges, et placé le tout sur la table basse !

Et voilà le travail… esprit de Noël, es-tu là ?

Lettre au Père Noël

Cher Père Noël,

cette année, j’ai été ni sage ni pas sage. Mais bon, de toute façon, je sais que tu es beaucoup trop intelligent pour t’arrêter à un critère aussi moralisateur. Et du reste, qu’est-ce qu’être sage, qu’est-ce que ne pas être sage, vaste question qu’il faudrait proposer au bac de philo. Pour certains esprits étriqués, publier des nouvelles érotiques ne saurait être considéré comme être sage, alors que pour moi, il s’agit d’apporter un peu de pétillance au monde, donc c’est bien. Tout est une question de point de vue, donc. Bref, ma petite liste :

noel-2

1. Anthologie historique des lectures érotiques, de Jean-Jacques Pauvert, dont je parlais la semaine dernière. Ce n’est pas comme si j’avais besoin de plus de livres, soyons honnête, mais enfin tout de même…

2. Un nouveau boîtier Reflex : parce que le mien commence à faire des caprices, niveau mise au point, et le logement de la carte tient avec du scotch. Du coup, il m’en faudrait un autre et j’ai jeté mon dévolu sur l’Olympus EM-10 parce que les objectifs que j’ai déjà vont dessus, qu’il est petit et léger, qu’il se télécommande avec le smartphone et qu’il fait des vidéos !

3. Une reproduction du manuscrit d’une Saison en Enfer à accrocher au mur. C’est les éditions des Saints-Pères qui font ça !

4. Un livre-lumière, une lampe modulable et transformable, avec des LED, en forme de livre ! C’est pas super joli ?

5. Un bracelet à souder L’Essenziale Atelier VM. Alors je n’ai pas trop compris où on pouvait trouver ça à Paris, mais tu es le Père Noël, je te fais confiance !

6. HedwigeComme je collectionne les chouettes/hiboux et que je voue un culte à Harry Potter, il faudrait voir à être logique…

7. Le mythe : un MontBlanc !

Voilà voilà.

Je te fais plein de bisous, la nuit du 24 je t’attends avec du champ’ et de la brouillade de truffe, ça te changera du lait et des biscuits que t’offrent les enfants !

Le jour du sapin

Cette année, j’ai fait mon sapin le jour de la saint Nicolas, ce qui n’a pas du tout été fait exprès mais comme je trouve la coïncidence sympathique, je le signale. En vrai, c’est surtout que j’avais le temps ce jour-là, et que comme je l’ai déjà souligné, je suis une véritable maniaque de la décoration du sapin : pour moi, c’est vraiment un véritable rituel pagano-mystico-magique et j’ai l’impression que ça ne va pas en s’améliorant (à chaque fois, j’imagine avec horreur que si j’avais des enfants je serais obligée de les laisser surcharger n’importe comment le pauvre sapin de boules et de guirlandes et… j’ai peur). Ambiance : bougie parfumée aux épices, thé de noël et airs d’opéra (les Carmina Burana de Carl Orff).

Cette année, je l’ai changé de place : au lieu de le mettre dans le coin comme les quatre ou cinq années précédentes, où il était un peu à l’étroit, je l’ai mis plus près de la fenêtre, entre les deux canapés : il peut beaucoup mieux étendre ses branches, et moi je peux le décorer entièrement au lieu de devoir me contenter d’un seul côté. Pas de guirlande lumineuse cette année : je me suis séparée de l’ancienne qui ne fonctionnait plus, mais j’ai oublié d’en racheter une, et quand j’ai ouvert le carton des décorations et que j’ai pris conscience de la chose, c’était trop tard, donc tant pis. En revanche, j’ai redécouvert avec plaisir quelques décorations que j’avais achetées dans les soldes et dont je n’avais donc pas pu profiter l’an dernier. J’ai aussi découvert avec horreur que j’avais cassé une de mes boules en verre en la rangeant ; une de mes préférées, évidemment.

Sinon, toujours pas de crèche…

Le sapin 2013, le sapin 2012

O Tannenbaum !

(C’est à peu près le seul truc que je sais dire en allemand, ce qui j’en conviens n’est pas très très utile dans la vie quotidienne mais me permet de faire style une fois par an).

Voici donc le sapin (qui est presque identique à celui de l’année dernière, mais les photos sont un peu moins loupées grâce à mon nouvel objectif donc je vous en mets plus). Bon, pour être honnête, il est plus que probable que je ne résisterai pas à l’achat d’une ou deux décorations de plus, et je voudrai essayer de faire des Gingerbread men et j’en mettrai un ou deux dans la déco au lieu de me goinfrer. Mais sinon, il est à peu près terminé.

serie1

serie2

challengechristmastimeBy Mya Rosa