S'aimer comme on se quitte de Lorraine de Foucher : chroniques d'une mort annoncée

S’aimer comme on se quitte, de Lorraine de Foucher : chroniques d’une mort annoncée

Quarante ans plus tard, les sciences sociales et le journalisme abandonnent encore l’amour, la rencontre et la rupture aux magazines féminins, au tréfonds des forums Doctissimo et aux témoignages cathodiques de l’après-midi. Pourtant, l’encouplement, et son corollaire dramatique, la séparation, alimentent quotidiennement nos conversations, notre besoin de narration face à ces moments qui sont les […]

Read More…
Laissez-moi, de Marcelle Sauvageot : autopsie d'un amour

Laissez-moi, de Marcelle Sauvageot : autopsie d’un amour

Il y aura le réveil au petit matin, quand la souffrance est là encore impuissante et qu’on prie le Seigneur de vous laisser dormir encore. C’est comme une tumeur enveloppée d’ouate : et tout à coup un élancement violent se fait sentir. C’est une image petite, précise, qui, deux jours plus tôt, aurait paru inoffensive […]

Read More…
Pour te perdre un peu moins, de Martin Diwo

Pour te perdre un peu moins, de Martin Diwo

Je me souviens d’avoir crié. D’avoir crié comme jamais auparavant. D’avoir crié seul, pour moi. D’avoir crié car il n’y avait rien d’autre à faire. D’avoir crié parce que c’était naturel, humain. Parce que j’en avais besoin. Parce que c’était trop fort. Parce qu’il fallait que ça sorte.  Pour te perdre un peu moins est le […]

Read More…

Beaux rivages, de Nina Bouraoui

Quand il m’annonça qu’il avait rencontré une autre femme, je passai de la tristesse à la peur comme on alterne deux nages, l’une sur le dos, l’autre sur le ventre, pour rejoindre la rive sans me noyer. J’ai peu lu Nina Bouraoui. Pour être plus exacte, je n’avais lu jusque-là qu’un livre d’elle : Appelez-moi par […]

Read More…

Les Passants de Lisbonne, de Philippe Besson

Alors, d’un coup, ils ont le même regard, exactement, celui des abandonnés. Ils sont ceux qu’on a jetés dans le délaissement et qui tentent de s’en débrouiller, et qui sauvent la face. Mais toujours, ça leur revient, quand ils s’y attendent le moins ou quand ils se laissent aller aux confidences. Et ça fait comme […]

Read More…

Lettres de rupture, présentées par Agnès Pierron

Adieu pour la dernière fois. Je pars, et trouve autant de plaisir à m’éloigner de vous maintenant que j’en avais autrefois de m’en rapprocher. (lettre du marquis de Sade à Mademoiselle Colet, 25 décembre 1764) Lorsqu’ils sont amoureux, nos grands hommes (et nos grandes femmes) n’hésitent pas à mettre leur plume au service de missives […]

Read More…