Je serai demain matin/Plus vivant plus vivant qu’aujourd’hui

Je suis tombée l’autre jour sur ce poème de Desnos, et il m’a fait sourire parce qu’il m’a rappelé ma phrase pour l’année 2022. Alors j’ai eu envie de le partager avec vous !

Aujourd’hui est un autre jour

Je me lèverai demain matin
Plus tôt qu’aujourd’hui
Le soleil demain matin
sera plus chaud qu’aujourd’hui
Je serai plus fort demain matin
Plus fort qu’aujourd’hui
Je serai gai demain matin
Plus gai qu’aujourd’hui
J’aurai demain matin
Plus d’amis qu’aujourd’hui
Et bien que demain matin
La mort soit plus proche qu’aujourd’hui
Je serai demain matin
Plus vivant plus vivant qu’aujourd’hui

Robert DESNOS

Légende d’un dormeur éveillé, de Gaelle Nohant : d’amour et de poésie

A la différence de ses confrères, Robert a la ressource de pouvoir descendre en lui-même, écouter ses voix souterraines, affronter le vertige de la solitude, ce désert balayé par les ombres. Quand il remonte à la surface, ses yeux sont lavés et sa perception s’est aiguisée. Il distingue le moindre détail, les rides à la surface du bassin du Luxembourg, le gosse barbouillé de larmes que son père vient de talocher et traîne dans la rue des Abbesses, cette femme en manteau noir qui sort du cinéma de la place Clichy, avec sur le visage l’empreinte des émotions qui l’ont traversée durant la séance. Cette attention au monde fait de lui ce passant invisible, cette pellicule que tout impressionne. Ses mots tentent de capturer le frémissement, l’instant où quelque chose d’inédit se produit, un accident, une rencontre miraculeuse ralentissant la course éperdue de chacun vers sa mort. 

Dans ma dernière Kube, le libraire avait relevé le challenge de me proposer un livre parlant d’écriture et d’écrivain que je n’avais pas lu : Légende d’un dormeur éveillé de Gaelle Nohant. Ce roman me tentait depuis longtemps mais on me connaît, il me faut parfois un temps infini pour lire quelque chose qui a pourtant tout pour me plaire, et c’était le cas de celui-ci, que j’ai enfin sorti de la file d’attente.

Il s’agit d’une biographie romancée de Robert Desnos, de son retour de Cuba en 1925 à sa mort au camp de Terezin et même un peu après.

Un magnifique roman, émaillé d’extraits de poèmes, et qui nous permet la rencontre d’un personnage attachant, qui habite poétiquement le monde mais n’a pas pour autant, contrairement à Breton, de vision sacerdotale de sa mission et veut aussi agir pleinement sur le monde. Pourtant, lui-même est un voyant, qui croit à la force subversive de l’amour et du désir, comme une religion, qui croit à la force du rêve. Un personnage totalement inspirant, que l’on a plaisir à suivre au Flore et aux deux Magots avec quelques uns de ses amis surréalistes, ou tous ces artistes qu’il serait vain de vouloir tous cités.

Bref, une belle lecture envoûtante, pleine de belles réflexions sur la poésie, et qui fait beaucoup de bien !

Légende d’un dormeur éveillé
Gaëlle NOHANT
Héloïse d’Ormesson, 2017 (Livre de Poche, 2019)

De l’érotisme, de Robert Desnos

de l'érotismeAussi bien, quel homme préoccupé de l’infini, dans le temps et l’espace, n’a pas construit cette « EROTIQUE » dans le secret de son âme ; quel homme soucieux de poésie, inquiet des mystères contingents ou éloignés, n’aime pas à se retirer dans cette retraite spirituelle où l’amour est à la fois pur et licencieux dans l’absolu ?

L’autre jour, je me suis dit que tiens, pour commencer l’année, au lieu de lire une histoire coquine, j’allais plutôt lire un texte théorique sur le sujet. Oui, que voulez-vous, je suis comme ça. En fait, cela fait longtemps que je cherche une véritable histoire de la littérature érotique, et ce petit livre (vraiment tout petit), écrit par un poète, avait un peu l’air de ça, tout en proposant une véritable réflexion, comme l’indique son titre complet : De l’érotisme considéré dans ses manifestations écrites et du point de vue de l’esprit moderne.

Bref, ça avait l’air intéressant, je l’ai téléchargé.

Après un premier chapitre dans lequel Desnos s’attache à définir ce qu’il entend par l’érotisme, et qui pour lui est intrinsèquement lié à l’amour, il se livre dans les chapitres suivants à un historique de « l’érotisme » dans la littérature française (et un peu gréco-latine au début), historique entièrement organisé autour de Sade, qui constitue une charnière.

Cela avait l’air intéressant, mais en fait ça ne l’est pas tant que ça, ce qui est très regrettable : la définition est floue en plus d’être discutable, et l’historique se réduit à un catalogue d’auteurs auxquels Desnos distribue bons et mauvais points (Rabelais par exemple est rhabillé pour l’hiver, pas de souci, il ne prendra pas froid). Le seul passage vraiment analysé est celui sur Sade. Alors vous me direz qu’en 40 pages on ne peut pas en dire autant que dans une thèse, mais tout de même…

Très décevant donc…

De l’érotisme considéré dans ses manifestations écrites et du point de vue de l’esprit moderne
Robert DESNOS
Cercle des Arts, 1953 (La République des lettres, 2014)

Mardi-c-est-permisBy Stephie