Et rien d’autre, de James Salter

Il arrive un moment où vous savez que tout n’est qu’un rêve, que seules les choses qu’a su préserver l’écriture ont des chances d’être vraies. Ce roman avait toutes les chances de m’attirer : New-York, le milieu de l’édition, c’est un peu mes marottes. Du coup, il a assez vite fait partie de ma short […]

Read More…

Un monde flamboyant, de Siri Hustvedt

Dans sa lettre, Harriet Burden revendique la responsabilité de la création des œuvres qui ont été présentées lors de trois expositions personnelles à New-York : L’Histoire de l’art occidental d’Anton Tish, Les Chambres de suffocation de Phineas Q. Eldridge et, plus récemment, Au-dessous, de l’artiste connu sous le nom de Rune. Le motif qu’elle donne est […]

Read More…

Oona et Salinger, de Frédéric Beigbeder

Tout écrivain doit avoir un jour le coeur brisé, reprend Hemingway, et le plus tôt est le mieux, sinon c’est un charlatan. Il faut un amour originel complètement foireux pour servir de révélateur à l’écrivain. Ce roman faisait partie de ma short list de rentrée littéraire*. Si je ne l’ai pas lu plus tôt, c’est la faute […]

Read More…

Les soirées de Charles, d’Armand Aurèle

Je n’avais pas eu à trop argumenter pour convaincre Bérénice d’honorer l’invitation à la soirée concocter par Charles. Nous le connaissions tous deux depuis plus de dix ans et avions pu apprécier à maintes reprises son savoir-faire en matière d’organisation, l’art qu’il maîtrisait à la perfection de distiller tout au long de rencontres inoubliables sa […]

Read More…

Zou ! de Anne-Véronique Herter

Qui suis-je maintenant ? Comment dire d’où je viens et où j’aime aller si je n’ai plus la base de mon histoire pour m’y appuyer ? Quel sera mon objectif de l’été ? Ma plénitude quand je fermerai les yeux ? J’avais une place, un rôle dans cette famille, dans cette maison, un pan d’histoire […]

Read More…

L’écrivain national, de Serge Joncour

Lire, c’est voir le monde par mille regards, c’est toucher l’autre dans son essentiel secret, c’est la réponse providentielle à ce grand défaut que l’on a tous de n’être que soi. Je ne sais pas résister aux histoires d’écrivains. Et je ne sais pas non plus résister à Serge Joncour, qui avait éveillé ma curiosité […]

Read More…

Louise, de Julie Gouazé

Louise s’accroche au malheur de l’autre, elle y plonge. Pour ne pas voir celui qu’elle a sous les yeux, dans sa propre maison. Au lieu de s’envoler pour rire, chanter, danser, Louise s’évade pour aller contempler une autre détresse. Impossible de faire autrement. Se distraire aurait été indécent. Louise en veut toujours plus. Elle doit […]

Read More…

Madame Diogène, d’Aurélien Delsaux

Mais, recroquevillée dans son terrier, elle se sent parfaitement à l’abri. Rien du monde des hommes ne peut l’y atteindre. Elle sait que la lumière du jour, le bruit (les voitures, les coups), tout finira, bientôt. Les nuages viendront couvrir le ciel d’hiver, le flux des voitures entrant dans la ville tarira, le Gros partira […]

Read More…

Les Amants spéculatifs, d’Hélène Risser

Je connais des écrivains. Je connais leur logique. J’ai expérimenté leur rapport trouble au réel. Certains vivent pour les écrire, d’autres écrivent au lieu de vivre, d’autres encore jouent à Dieu avec leurs personnages — ce qui peut être dramatique quand ceux-ci sont réels —, mais j’attendais autre chose de la part d’une journaliste, dont le métier […]

Read More…

Charlotte, de David Foenkinos

Il existe un point précis dans la trajectoire d’un artiste. Le moment où sa propre voix commence à se faire entendre. La densité se propage en elle, comme du sang dans de l’eau. J’avais été assez sévère avec le dernier roman de Foenkinos. Mais c’est parce que, comme on dit, qui aime bien châtie bien, […]

Read More…

La Fractale des raviolis, de Pierre Raufast

Je comprends qu’un homme puisse sauter une femme par dépit, par vengeance, par pitié, par compassion, par désœuvrement, par curiosité, par habitude, par excitation, par intérêt, par gourmandise, par nécessité, par charité, et même parfois par amour. Par inadvertance, ça non. Pourtant, ce substantif vint spontanément à l’esprit de Marc, lorsque je le pris sur le fait […]

Read More…

Pétronille, d’Amélie Nothomb

Pourquoi du champagne ? Parce que son ivresse ne ressemble à nulle autre. Chaque alcool possède une force de frappe particulière ; le champagne est l’un des seuls à ne pas susciter de métaphore grossière. Il élève l’âme vers ce que dut être la condition de gentilhomme à l’époque où ce beau mot avait du […]

Read More…

La Part des nuages, de Thomas Vinau

Il se demande pourquoi Noé et lui n’en ont pas encore eu l’occasion. Parce qu’ils ne l’ont pas saisie tout simplement. C’est assez simple en fin de compte. D’oublier de vivre. Cela faisait quelque temps que j’avais envie de découvrir l’écriture de Thomas Vinau, et la parution de son nouveau roman pour la rentrée littéraire […]

Read More…