Le Voyant, de Jérôme Garcin
Textes biographiques et autobiographiques

Le Voyant, de Jérôme Garcin

J’ai voulu écrire ce livre non seulement pour réparer une injustice et donner, dans mon énigmatique musée imaginaire, un frère spirituel à Jean Prévost, le stendhalien du Vercors, mais aussi pour tenter de comprendre ce qui, dans l’accomplissement de cette existence brève et empêchée, échappe encore à l’entendement. Autant pour l’éclairer que pour m’éclairer. Jérôme … Lire la suite

La nostalgie du crépuscule, d’Alessia Valli
Romans

La nostalgie du crépuscule, d’Alessia Valli

Peut-être est-ce pour cela, au fond, que j’écris : pour opposer des mots à la voracité du temps qui rend nos batailles et nos souffrances vaines, engloutit nos victoires, nos espoirs et nos rêves. Pour leur redonner vie, pour qu’il en reste une esquisse que rien n’effacera. Comment résister à une histoire dans laquelle l’amour … Lire la suite

Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie
Romans

Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie

Mais s’il gagne, il ne sera plus noir, de même qu’Oprah n’est plus noire, elle est Oprah, dit Grace. Si bien qu’elle peut se rendre sans problème dans les endroits où les Noirs sont détestés. Il ne sera plus noir, il sera seulement Obama. Qu’est-ce qu’être noir, aujourd’hui, aux Etats-Unis ? Qu’est-ce qu’être noir américain, … Lire la suite

Échapper, de Lionel Duroy
Romans

Échapper, de Lionel Duroy

Bien sûr ! Mais c’est ce que nous faisons en écrivant, non ? Transformer la réalité en une création artificielle, avec une esthétique, une poésie, une musique — à l’intérieur de laquelle nous trouvons notre place. Pourquoi écririons-nous, sinon ? Pourquoi écririons-nous si la vie réelle nous satisfaisait ? La vie réelle est affreusement contrariante, Curtis, … Lire la suite

J’aimais mieux quand c’était toi, de Véronique Olmi
Romans

J’aimais mieux quand c’était toi, de Véronique Olmi

Il me semble avoir en permanence un deuxième monde posé sur l’épaule. Ou oscillant au-dessus de ma tête. Ce n’est pas une menace. C’est une présence réelle, que je ne prie qu’au théâtre. En dehors du théâtre, je me dois de vivre dans une seule et commune dimension. C’est une trahison perpétuelle. Une impasse. Même … Lire la suite