Habiter poétiquement le monde

Habiter poétiquement le monde (anthologie manifeste)

Il doit tenter d’exister avec le plus de réceptivité possible, en contemplant les beautés qui nous entourent, en s’en nourrissant, s’en inondant l’âme et les yeux, en essayant chaque jour de regarder plus attentivement le ciel, la mer, l’écume, les arbres, le sourire d’un enfant, avec les yeux et l’esprit du poète. Cette attitude poétique […]

Read More…
Pivoines roses

En mots et en images : Avril 2018

Les mots… En avril, ne te découvre pas d’un fil (en même temps, vu la météo ça ne me viendrait pas à l’idée) // Une semaine de cat-sitting ou deux animaux sauvages qui s’apprivoisent // Personal Branling : je suis dans Grazia // Réserver l’avion pour Vienne // Prendre du recul et faire un break […]

Read More…
Les rameaux noirs (Mnémosyne) de Simon Liberati

Les rameaux noirs de Simon Liberati

Le sentiment qui me vient lorsque je regarde mon enfance n’est pas du regret. Quelque chose de meilleur que du regret. Une perspective qui comprend à la fois le regret et l’objet du regret ; ce n’est pas un manque, une absence, mais un paysage qui s’est éloigné et que je vois toujours. Il est […]

Read More…
Fureur et mystère, de René Char

Fureur et mystère, de René Char

Fureur et mystère tour à tour le séduisirent et le consumèrent. Puis vint l’année qui acheva son agonie de saxifage. Si l’on me presse de dire pourquoi j’ai eu subitement envie de me replonger dans la poésie de René Char et de l’emmener* avec moi à Lisbonne pour le lire à petites lampées un peu […]

Read More…

Bloc Notes

Le Mainichi, le journal qui fleurit Une idée poétique comme seuls les Japonais peuvent en avoir : transformer un quotidien (et ses mauvaises nouvelles) en fleurs ! Non, je ne plaisante pas : c’est ce que propose vraiment le Mainichi, l’un des plus grands quotidiens japonais : après l’avoir lu, au lieu de le jeter, […]

Read More…

Le Cantique des Cantiques, aux éditions Diane de Selliers

Texte d’amour mystique, hymne à l’amour charnel, grandiose métaphore poétique de l’amour divin, ce poème, entré dans le corpus biblique au IIIe siècle, émeut, fascine et interpelle. Il nourrit les interprétations de la Tora : le Talmud (IIe siècle avant notre ère – VIe siècle après), le Midrach Rabba et le Zohar (XIIIe siècle). Il […]

Read More…
Ce qui reste de la nuit

Ce qui reste de la nuit, d’Ersi Sotiropoulos

La question est : qui peut écrire la meilleure poésie, songea-t-il, lui-même ou l’autre ? Lui-même, à la vie rangée, penché sur son bureau, timoré, l’esprit bombardé de désirs et des plus ardents fantasmes, fantasmes qu’il n’assouvira jamais et il le sait bien ? Ou l’autre qui se rue sur la vie sans aucune limite, […]

Read More…

Vous, de Dominique-Emmanuel Blanchard

Au début, l’histoire de l’autre on la veut, toute. On la veut tout entière. On veut tout savoir de l’autre. L’amour ça commence comme ça : dans une compréhension absolue, dans une écoute absolue. On se raconte parce qu’on ne sait pas trop quoi se dire peut-être. On triche beaucoup au début. On triche et […]

Read More…

Instantané #45 (pétales de pivoines)

Ce matin, j’ai eu la mauvaise surprise de trouver mes pivoines chéries toutes dépétalées (j’invente des mots si je veux !). C’était triste, et en même temps, tellement joli (et pénible à nettoyer, mais c’est une autre histoire). Et poétique. Du coup, cela m’a fait penser à ce poème d’Apollinaire, dans les Poèmes à Lou ! Pétales […]

Read More…

Phrères, de Claire Barré

Certains êtres ne sont tout simplement pas faits pour habiter la vie. Trop sensibles, intenses, poreux. Incapables de se contenter du plaisir simple d’exister. Dans la rage du monde, sa violence. Intrigant ce titre, n’est-il pas ? Reims, 1925. Ils sont quatre adolescents à constituer le groupe poétique des « phrères simplistes » : Lecomte, Daumal, Vailland […]

Read More…

Et ton absence se fera chair, de Siham Bouhlal

Je ne te voulais d’autre linceul que mon corps, te couvrir de roses, d’aloès, de myrrhe, de musc et de santal, te tailler une demeure en mon coeur, t’offrir des mots souterrains venus d’une opacité qui brillerait à ton contact, pénétrer le mystère et le noir de la mort avec toi, et accompagner encore ta […]

Read More…
Noireclaire

Noireclaire, de Christian Bobin

Des saints et des meurtriers me tirent par la manche. La maison est pleine de ces gens qui ont le prestige de ne pas exister, n’étant que des livres. Une semaine après ta mort je les ai mis dans des cartons, expulsés. Au bout de six mois ils sont revenus, poètes, mystiques, idiots en tous […]

Read More…
Les Clameurs de la Ronde

Les Clameurs de la Ronde, d’Arthur Yasmine

Se battre dans la ronde. Chercher à l’aimer pleinement. Nier tout dans le fracas des comètes. Dire oui par l’ouverture du ciel. Faire jaillir la parole comme un poignard. La faire briller comme un talisman. La mettre à l’épreuve de l’existence. Ecrire à nouveau. Vivre encore. — Être poète. — Pour tout ça. Parce qu’il n’y a […]

Read More…

Bienvenue au Moyen Âge, de Michel Zink

Mais surtout, elle nous vient d’un monde révolu. Comme dans les contes, tout paraît à portée de la main et rien ne l’est. Tout s’éloigne quand nous croyons le saisir. Rien de ce que le Moyen Âge exprime, rien de ce que nous croyons en comprendre, rien de ce qui nous touche ou nous rebute en […]

Read More…

L’Invention de la solitude, de Paul Auster

Avant même d’avoir préparé nos bagages et entrepris les trois heures de route vers le New Jersey, je savais qu’il me faudrait écrire à propos de mon père. Je n’avais pas de projet, aucune idée précise de ce que cela représentait. Je ne me souviens même pas d’en avoir pris la décision. C’était là, simplement, […]

Read More…

Lettres à un jeune poète, de Rainer Maria Rilke

Surtout, demandez-vous à l’heure la plus silencieuse de votre nuit : est-ce essentiel pour moi que d’écrire ? Creusez en vous-même à la recherche d’une réponse enfouie. Et si elle devait être affirmative et si vous pouvez affronter cette grave question en y répondant par un fort et simple « pour moi, c’est essentiel », alors construisez […]

Read More…

Le Cercle des poètes disparus, de Peter Weir

On lit ou on écrit de la poésie non pas parce que c’est joli. On lit et on écrit de la poésie parce que l’on fait partie de l’humanité, et que l’humanité est faite de passions. La médecine, le commerce, le droit, l’industrie sont de nobles poursuites, et sont nécessaires pour assurer la vie. Mais […]

Read More…

La Part des nuages, de Thomas Vinau

Il se demande pourquoi Noé et lui n’en ont pas encore eu l’occasion. Parce qu’ils ne l’ont pas saisie tout simplement. C’est assez simple en fin de compte. D’oublier de vivre. Cela faisait quelque temps que j’avais envie de découvrir l’écriture de Thomas Vinau, et la parution de son nouveau roman pour la rentrée littéraire […]

Read More…

Le godemichet de la gloire, de Théophile Gautier

Des déesses et des mortelles Quand ils font voir les charmes nus, Les sculpteurs grecs plument les ailes De la colombe de Vénus. Sous leur ciseau s’envole et tombe Ce doux manteau qui la revêt, Et sur son nid froid la colombe Tremble sans plume et sans duvet. Cela n’aura pas échappé à grand monde […]

Read More…

La Grande Vie, de Christian Bobin

Ce qu’on appelle poète n’est qu’une anomalie de l’humain, une inflammation de l’âme qui souffre au moindre contact — même à celui d’une brise. Avec Christian Bobin, j’étais restée sur un échec : après avoir été illuminée par Une petite robe de fête, j’avais été déçue par La part manquante, qui abordait des thèmes qui ne me touchaient pas. […]

Read More…

1929, de Louis Aragon, Benjamin Péret et Man Ray

  Ce petit ouvrage inaugure une nouvelle catégorie, qui sera consacrée aux livres (a priori, mais allez savoir ce qui me passera par la tête) mais ne sera pas de la critique littéraire : les « curiosités ». Des curiosités, je peux vous dire qu’il y en a de nombreuses dans ma bibliothèque, à commencer par ce […]

Read More…