Sujet inconnu, de Loulou Robert : les maux et les mots

Sujet inconnu, de Loulou Robert : les maux et les mots

Je ne te vois plus mais j’écris. Je t’attends mais j’écris. Je me réveille, je te cherche mais j’écris. Je bois de plus en plus mais j’écris. Je vais mal mais j’écris. Chaque heure, minute, seconde ; j’écris. Tout est supportable puisque j’écris. Toujours au même café. Je ne sais pas vraiment de quoi je […]

Read More…
Je, tu, elle d'Adeline Fleury : une passion ravageuse

Je, tu, elle d’Adeline Fleury : une passion ravageuse

Elle reste la dernière sur la grève, la mer s’approche dangereusement des rochers, elle joue avec les limites, prend des risques, elle a remarqué que c’est souvent au remontant de l’eau qu’elle débusque les plus beaux spécimens, des coquilles bien rebondies, dorées, avec de belles stries. Une fois ou deux, elle avait songé à cette […]

Read More…

Est-il possible de rendre l’autre amoureux ? de Tobie Nathan : de la passion amoureuse comme expérience de possession

La passion amoureuse, c’est le rite de possession des mondes sans dieux… Dans le cadre des conférences de l’Université permanente de Nantes, l’ethnopsychiatre Tobie Nathan s’est intéressé le 26 février 2015 au thème de la passion amoureuse, et à cette question de savoir s’il est possible (et comment) de rendre l’autre amoureux. Conférence que j’avais […]

Read More…
Camisole-moi, de Martine Roffinella

Camisole-moi, de Martine Roffinella

Dans ce qu’écrit AT48, se dit FE58, il y a décidément une forme de réalité réinventée. Et surtout, il y a un point de départ fulgurant. Cette goutte de braise qui met le feu aux mots. FE58 redoute d’être, précisément, ce point de départ dévastateur, cette inspiration ravageuse qui clouera sans répit AT48 à son […]

Read More…
La nuit je mens de Cathy Galliègue

La nuit je mens, de Cathy Galliègue

La pluie a cessé de tomber et la nuit est arrivée. Le réverbère du boulevard envoyait une lueur douce sur la place que Guillaume occupait avant, sur ce divan devenu son radeau, là où était sa place. J’ai caressé le tissu en fermant les yeux. En remerciant la fatalité qui éloignait Gaspard de chez nous […]

Read More…

L’Eveil, de Line Papin

C’est drôle parce que ça a commencé comme ça, par moi fascinée qui découvre cet homme voilé ; et ça a continué, tout le temps, comme ça, avec moi fascinée qui soulève les voiles un à un sans trouver jamais, en dessous, aucun visage ; et maintenant me voilà seule face à cet homme ligoté […]

Read More…

On dirait nous, de Didier van Cauwelaert

Il y a des phrases anodines qui peuvent influencer le destin avec autant de brutalité qu’un serment ou un pacte. C’est ce que je me dis aujourd’hui, lorsque je repense à ce samedi de printemps où, enlacés devant la grille, nous regardions le couple de vieux qui partageait un éclair au café, main dans la […]

Read More…

Lunes de fiel, de Roman Polanski

On devrait se séparer quand la passion culmine. Ne jamais attendre l’inévitable déclin. J’avais vu ce film il y a une vingtaine d’années. Autant dire qu’il ne m’en restait pas grand chose, sinon un sentiment de malaise et de trouble, comme c’est souvent le cas d’ailleurs avec les films de Polanski. Fiona et Nigel Dobson, […]

Read More…

Le Poison d’amour, d’Eric-Emmanuel Schmitt

On ne choisit pas en amour, on est choisi par l’amour. La passion fond sur Juliette et Roméo comme un virus contamine une population. Venue de l’extérieur, elle les infiltre, elle creuse son lit, prospère, se développe. Ils la subissent, cette passion, ils se tordent de fièvre, ils délirent, ils laissent toute la place à […]

Read More…

Un roman russe, d’Emmanuel Carrère

Ces phrases, et d’autres encore qui relèvent à la fois de l’apologétique et d’une insistante auto-persuasion  rendent pour moi un son familier. Elles me rappellent une époque où, étant affreusement malheureux, j’ai essayé de devenir chrétien. J’y retrouve ce que j’ai connu : le même désir de croire, pour accrocher son angoisse à une certitude ; […]

Read More…

Lettre d’une inconnue, de Stephan Zweig

Je n’ai que toi, toi qui ne m’as jamais connue et que j’ai toujours aimé. Ce texte, cela faisait longtemps que j’avais envie de le lire, à cause de l’auteur bien sûr, Zweig, qui sait si bien analyser les tourments du coeur, et puis le sujet aussi. Alors vous pensez bien que lorsque le Livre […]

Read More…

Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme, de Stephan Zweig

Je déclarai que cette négation du fait incontestable qu’une femme, à maintes heures de sa vie, peut être livrée à des puissances mystérieuses plus fortes que sa volonté et que son intelligence, dissimulait seulement la peur de notre propre instinct, la peur du démonisme de notre nature et que beaucoup de personnes semblaient prendre plaisir […]

Read More…