Joyeux Noël

Nous y sommes. Noël. Un Noël particulier, cette année les festivités seront un peu spéciales, en petit comité, pas forcément comme on aurait voulu, mais on peut tout de même en faire un Noël magique. Retrouver le vrai sens de cette fête : se retrouver avec ceux qui comptent vraiment (même si certains qui comptent vraiment ne seront pas là), discuter, s’aimer. Se nourrir d’amour.

Alors, sans arrière-pensée, sans « malgré tout », sans « le plus possible », sans point d’interrogation, je vous souhaite un joyeux Noël.

En attendant Noël : le plus beau cadeau

En cette veille de Noël, j’avais envie de partager avec vous ce poème d’un auteur que je ne connaissais absolument pas, Raymond Richard. Un poème de Noël, donc, pour les enfants on va dire, mais dont le message m’a touchée !

Le plus beau cadeau

Noël ! Que nous apportes-tu
Dans tes bras si fragiles ? 
Un cheval ? Une automobile ? 
Un Pierrot au chapeau pointu ? 

Noël, que nous apportes-tu ? 
Nous apportes-tu dans ta hotte 
Des oranges, du chocolat, 
du pain d’épices, des nougats 
Des pralines, des papillotes ?
 

Qu’y a-t-il au fond de ta hotte ?
Des joujoux, bien sûr, c’est parfait 
Et c’est si bon les friandises ! 
Mais, dans tes menottes exquises 
Trouverons-nous d’autres bienfaits ? 
Noël, apporte-nous la Paix ! 

Raymond RICHARD

Je vous souhaites donc un réveillon de Noël aussi beau que possible dans les circonstances actuelles. Que Noël, Sol Invictus, nous apporte la lumière, la paix, et l’amour !

En attendant Noël : une seconde avant Noël, de Romain Sardou

Tu ne dois pas seulement inventer un personnage, tu dois créer un esprit de Noël, un esprit de fête et de communion entre les grands et les petits, entre les riches et les pauvres, c’est ce qui fait cruellement défaut au monde aujourd’hui. Noël ne signifie plus rien. Tu dois redonner du sens à cette date. Pour cela, il faut partir des enfants. C’est eux, la clé de tout. Ne te méprends pas, tu vas accomplir la première intervention des anges sur la Terre depuis très longtemps : eh bien, que cela par et pour les enfants.

L’autre jour, après avoir fait mes sablés, j’avais envie de lire une histoire de Noël installée devant mon sapin. Mais je voulais vraiment un conte, pas une comédie romantique. Et puis je me suis souvenue que depuis 10 ans, je n’avais toujours pas lu la dernière des trois histoires de Noël de Romain Sardou, faute d’y avoir pensé, et c’était exactement ce que je cherchais. Heureux hasard (!!!) elle vient juste d’être éditée en édition collector !

Il y a bien longtemps, tous les êtres magiques ont déserté la terre, ne laissant aux humains que les contes et légendes et Noël pour se souvenir de la magie. Tous ? Nous verrons que non, mais pour l’heure, réfugiés dans la constellation du Petit Cheval, ils surveillent la Terre, attendant que les humains grandissent et soient à nouveau prêts à les accueillir. Et ils sont inquiets : Noël est en perte de vitesse et les enfants ne croient plus en la magie. Il faut donc créer un esprit de Noël, redonner du sens à cette fête, grâce aux enfants. Et qui mieux qu’un enfant peut faire ce travail ? Cet enfant, ce sera Harold Gui, un petit orphelin anglais…

Une très jolie histoire. Le début néanmoins est abominablement triste : on est chez Dickens, avec un petit orphelin anglais au milieu du XIXe siècle, dans une petite ville minière sombre et sale, les enfants sont obligés de travailler et meurent de fin. Et c’est bien là que la magie de Noël opère. Le conte, par le biais d’un narrateur joyeux qui ne cesse de s’adresser au lecteur, nous transporte à l’origine du Noël que nous connaissons aujourd’hui : un gros bonhomme rouge qui vit au Pôle Nord et qui, la nuit de Noël, s’installe sur un traîneau volant tiré par des rennes magiques et distribue des jouets à tous les enfants, jouets fabriqués par des lutins. Et ça, c’est la plus belle magie, celle qui permet aux enfants de s’émerveiller et aux adultes de garder le cœur ouvert !

A lire absolument en cette période (ainsi que les autres, ils sont indépendants mais sont tout de même liés).

Une seconde avant Noël
romain SARDOU
XO, 2020

En attendant Noël : petits sablés à la cannelle

Que serait Noël sans ses petits gâteaux ? C’est même la seule occasion ou presque où je fais de la pâtisserie, et cette année j’ai décidé de faire simple : des sablés à la cannelle, qui raviront le père Noël pendant sa tournée !

Qu’est-ce qu’il nous faut ?
– 250g de farine
– 150g de beurre
– 100g de sucre
– 1 sachet de sucre vanillé
– 3 jaunes d’œuf
– 1cc de cannelle

Comment on fait ?
– Mélanger la farine, la cannelle et le sucre
– Ajouter le beurre mou coupé en petits dés et mélanger jusqu’à obtenir une consistance sablée
– Faire un puits et ajouter le jaune d’oeuf (engarder un peu pour dorer les sablés) et pétrir jusqu’à obtenir une pâte non collante. On peut faire au robot mais moi qui ai une relation sensuelle à tout, j’aime bien faire avec les doigts !
– Former une boule et l’envelopper dans du film alimentaire. Mettre au frais 1h
– Bien étaler la pâte et découper des formes à l’emporte-pièce, les placer sur une plaque recouverte de papier cuisson et enfourner environ 8 min à 180° (en les surveillant, pas comme moi).

Ils sont très bon mais un peu trop cuits, donc, la prochaine fois je serai plus attentive. J’ai fait des formes de Noël, mais aussi une fournée spéciale love !

En attendant Noël : petits sablés à la cannelle
Chez Syl

En attendant noël : la liste des cadeaux

Cher Santa,
comme tous les ans je t’écris une petite lettre pour te faire part de mes petites envies. J’ai pensé ne pas le faire, mais j’ai décidé que c’était une jolie tradition et que plus que jamais on a envies de jolies choses. Alors bien sûr, mon envie première c’est que tout ce bordel prenne fin et que l’on puisse recommencer à vivre comme avant. Je voudrais aussi un nouveau travail et tu sais quoi bien sûr. Quant aux choses matérielles voici quelques idées :

1. Old world Italian, le livre de recettes italiennes de Mimi Thorisson : j’aime la cuisine italienne comme on le sait et j’ai envie d’apprendre plein de nouveaux plats, et Mimi est mon idole.
2. Un canapé en velours rouge. C’est ma nouvelle (enfin une de mes nouvelles) obsession.
3. Des bougies Diptyque. Même si j’ai découvert récemment une merveilleuse petite marque, Diptyque c’est autre chose, cela fait une éternité que je n’en ai pas acheté, c’est donc l’occasion. Parfum Pomander s’il te plaît, mon préféré.
4. De la jolie lingerie. J’ai craqué sur la très belle marque Ysé Paris, et en particulier pour le très bel ensemble « source d’amour » que je trouve… très symbolique ! J’aime également beaucoup leurs bodys.
5. Une enceinte bluetooth Marshall. Pas la grosse que tout le monde a, mais celle-ci me paraît parfaite pour aller dans ma bibliothèque !
6. Un pull tout doux, en l’occurrence le fameux et iconique (mais que pourtant je n’ai pas encore) gilet Gaspard de Sézane en rouge !
7. Un week-end ressourçant pour écrire et me faire du bien, lorsqu’on pourra se déplacer normalement et se promener sans masque. Je ne sais pas trop où, mais pas trop loin…
8. Un ex-libris de Morgane Rospars. Cela fait des années que j’en rêve et je me demande si je ne l’avais pas déjà mis dans une wish-list de noël…
9. L’an dernier j’avais commandé le cours de photos d’Anne-Solange Tardy, cette année je voudrais son cours d’aquarelle botanique (cette première session est complète mais je suppose qu’elle en refera). En attendant j’ai pris le cours sur les phases de la lune !
10. Une box « ma jolie papeterie » de Saperlipapier. Parce que j’adore la jolie papeterie !
11. Une jolie boîte mini-labo pour ranger plein de choses (je les trouve sublimes !!!)

Evidemment, ce ne sont que quelques idées, je suis sûre que tu en auras plein d’autres pour me faire plaisir. Je te laisse donc en te souhaitant bon courage pour la confection de tous ces paquets et pour ta tournée nocturne.
Je t’embrasse
Ton Irrégulière préférée

En attendant Noël : décoration de la maison

Cette année, comme beaucoup, j’avais vraiment hâte de décorer mon sapin histoire de mettre un peu de magie parce que là, on ne peut pas dire, mais le réel il y en a vraiment marre. Alors j’ai un peu attendu, et je l’ai fait jeudi soir. Je voulais attendre dimanche, en fait, mais l’envie se faisait trop pressante. Donc j’ai déménagé une partie du salon (j’ai choisi de changer l’emplacement du sapin, cette année : je ne voulais plus le mettre devant les livres, je voulais un mur blanc pour qu’il soit mieux mis en valeur) et installé le roi des forêts dont on ne voit vraiment pas la verdure : l’an dernier j’avais trouvé que c’était vraiment limite niveau guirlandes lumineuses, donc j’en avais en fin de saison récupéré une ; et cette année, comme j’ai de la suite dans les idées mais pas trop de mémoire, j’en ai racheté une en octobre. Quand il est allumé, le sapin doit donc se voir depuis la lune et c’est tant mieux, car c’est bien l’idée de la tradition : mettre de la lumière. Et à part ces guirlandes, pas de nouvelles décorations en tout cas pour le moment (je voulais un nutcracker en bois pour mettre à côté, mais c’est loupé pour cette année), par contre j’ai eu le plaisir de retrouver celles que j’avais fabriquées l’an dernier avec mes petites mains et l’orange sent toujours l’orange c’est merveilleux.

Donc voilà le résultat :

J’ai aussi refait ma couronne pour mettre sur ma porte d’entrée. Evidemment, j’avais prévu des petits achats de matériel pour la faire plus jolie (et notamment un rond pour la base), mais j’ai été prise au dépourvu, donc j’ai refait avec ce que j’avais. En même temps, à part mes voisins de palier et les gens de l’équipe de nettoyage, à qui j’espère que ça donne le sourire, et moi quand je rentre, je ne pense pas qu’elle va être vue par beaucoup de monde. Mais quand même. Et la décoration surprise : il y a déjà plein de petits paquets sous le sapin, parce qu’il se trouve qu’en plus de mon calendrier de l’avent saperlipapier et de mon calendrier chocolats, ma maman, pendant le confinement (le vrai) m’en a confectionné un géant et j’ai vraiment hâte de savoir tout ce que contiennent ces paquets !!! Et bien sûr, ma petite lutine au milieu des plantes ! Et les bougies et les lumières déjà là en temps normal !

Instantané #119 (calendrier de l’Avent)

Nous avons tous besoin de douceur, en ce moment, et dès le mois de septembre j’avais envie de calendrier de l’Avent. Un avec des petits cadeaux, en plus de celui en chocolat de mon chocolatier. Les calendriers thé, beauté etc. ne m’intéressent pas du tout, je voulais plutôt quelque chose du style Exploratology d’il y a quatre ans, mais sans reprendre celui-là car j’avais peur des « redites ». Et hop, magie : je tombe sur celui-ci, proposé par la box papier Saperlipapier et la marque Mini Labo. Les deux proposant vraiment des choses tout à fait dans mes goûts, poétiques et douces, je me suis lancée et j’ai précommandé dès mi-septembre, entraînant d’ailleurs avec moi d’autres personnes (comme ça ça sera bien, on ouvrira nos petits paquets « ensemble ») (mais je ne suis pas sponsorisée). Et bien m’en a pris, car il s’est très vite vendu.

Je viens de le recevoir, et je suis déjà sous le charme de la boîte et des petits paquets (ce qui fait que ce sera un calendrier zéro déchets, car les emballages me serviront dans mes créations : je suis addict au kraft). Inutile de vous dire que j’avais déjà hâte de me mettre en mode Noël, alors maintenant… Je mettrai à jour l’article avec les petites surprises !

Et vous, calendrier de l’Avent ou pas ? Lequel ?