Dos au mur, de Nicolas Rey

Dos au mur, de Nicolas Rey

J’ai quarante-quatre ans. Il m’a fallu attendre l’âge de quarante ans pour savoir à quoi pouvait ressembler le véritable amour. L’abnégation. Le don de soi. Le silence partagé. L’écoute attentive. Le plaisir de l’autre avant le sien. Le plaisir de l’autre qui devient le sien. La joie sincère lorsqu’il arrive à l’autre quelque chose de […]

Read More…

Les délices de 36, de Nicolas Rey

Gloire à la sieste ! 1936 ! Ne rien faire ! Ou l’inverse ! Faire des choses, enfin. Vivre. Respirer. Se balader sur la plage ou en haut d’une montagne. Cette année-là, une idée se promène un peu partout : « être payé sans travailler », et puis également « avoir droit au bonheur ». C’était une idée neuve. […]

Read More…

Les enfants qui mentent n’iront pas au paradis, de Nicolas Rey

Tu savais que la lubricité est l’invention d’un bourgeois très à droite. Les gens de gauche échangent tellement de théories, qu’ils en oublient de baiser. J’éprouve une certaine tendresse pour Nicolas Rey. Ce n’est donc pas les (très) mauvaises critiques que j’ai lues à son sujet qui allaient m’empêcher de lire son dernier roman, d’autant […]

Read More…

La Beauté du geste, de Nicolas Rey

Qu’est-ce qu’un roman ? Une longue lettre que l’on rédige parce qu’une fille vous a quitté et que l’on refuse de s’en remettre. L’histoire de ma lecture de ce livre mérite qu’on s’y attarde : je bullais devant la rediffusion de Ça balance à Paris quand est arrivé le tour de Naulleau de parler de son […]

Read More…

L’Amour est déclaré de Nicolas Rey

Je m’avance dans sa chambre avec la démarche de Marlon Brando dans Un tramway nommé désir. En fait, je m’avance dans sa chambre tout seul, comme je peux, un pas après l’autre. C’est déjà assez compliqué comme ça. Aller vers un lit où se trouve la fille qui vous rend dingue s’avère être une expérience […]

Read More…