Introducing Claire

L’histoire de ma machine à écrire

Depuis toujours, j’aime les machines à écrire. L’objet. Comme quoi, on ne se méfie jamais assez des cadeaux qu’on fait aux enfants, parfois on fait naître une vocation : lorsque j’étais petite, j’en avais une en plastique (aujourd’hui sans doute disparue) avec laquelle j’adorais jouer*. Je jouais à être écrivain et journaliste dans ma chambre […]

Read More…

Romanesque, de Tonino Benacquista

Mais avaient-ils aimé un seul de leurs semblables plus qu’eux-mêmes ? Au point de perdre tout bon sens ? Avaient-ils connu l’ardeur et l’embrasement ? Avaient-ils atteint ce point d’incandescence au contact de l’autre ? Avaient-ils été dévorés d’impatience hors de sa présence ? Avaient-ils à la fois défié Dieu, les hommes et la mort […]

Read More…

Les Enfants de l’aube (Moia Bieda), de Patrick Poivre d’Arvor

Le lendemain, nos visages étaient lumineux comme des lampes survoltées, éclairés de l’intérieur. Nous avons refait l’amour dans l’ancienne salle de gymnastique. J’essayais cette fois de compenser mon inexpérience par une grande attention à elle, ce qui n’était pas dans ma nature. Je n’éprouvais qu’un plaisir rapide à l’éjaculation, mais j’aimais la pénétration et les […]

Read More…

Fabrique-nous un dieu ! de Georges Lewi

Je pense avec mon équipe que l’on va retrouver, ici à Shangai, l’âge d’or de l’humanité : doubler le temps actuel de vie et partir en paix et en bonne santé. Un peu à la manière de piles longue durée qui vont jusqu’au bout et s’arrêtent de fonctionner d’un seul coup ; le lapin marche, […]

Read More…
Le Testament de Marie

Le Testament de Marie, de Colm Tóibín

Ils croient que je ne comprends pas ce qui se trame dans le monde ; ils croient que le sens de leurs questions m’échappe, que je ne perçois pas l’ombre de cruauté sur leur visage et l’exaspération dans leur voix chaque fois que j’évite de leur répondre, ou que je leur réponds d’une façon évasive […]

Read More…
L'Aleph

L’Aleph, de Jorge Luis Borges

Selon la doctrine idéaliste, les verbes vivre et rêver sont rigoureusement synonymes ; de milliers d’apparences je passerai à une seule ; d’un rêve très complexe à un rêve très simple. D’autres rêveront que je suis fou et moi je rêverai au Zahir. Lorsque tous les hommes ici-bas penseront jour et nuit au Zahir, qui […]

Read More…

Vivre vite, de Philippe Besson

J’ai souvent repensé à ces jours et je me suis longtemps demandé si ceux qui vont mourir ont la prémonition que leur existence sera brève. Et si, du coup, cela conduit à la vivre plus intensément. Je n’ai pas trouvé la réponse. Dans La Peau de Chagrin, Balzac oppose deux manières de vivre sa vie : celle […]

Read More…

La Chair, la mort et le diable dans la littérature du XIXème siècle. Le Romantisme noir, de Mario Praz

Ce volume, pour sa grande part, se propose d’étudier la littérature romantique (dont le décadentisme de la fin du siècle dernier n’est qu’un développement) sous l’un de ses aspects les plus caractéristiques : la sensibilité érotique. C’est donc une étude d’états d’âmes, de singularité dans les mœurs ; elle est orientée dans le sens de […]

Read More…

Le mythe de Cléopâtre, à la Pinacothèque

Le personnage de Cléopâtre m’a toujours fascinée, et l’étude du passage de l’histoire au mythe était d’ailleurs ma première idée de sujet de thèse. Non validée par mon chef, malheureusement (il estimais, sans doute à raison, qu’il n’y avait rien de neuf à dire sur le sujet). Pourtant, j’avais déjà une base de travail : […]

Read More…

Le Kabbaliste de Prague, de Marek Halter

Je m’appelle David Gans. Je suis né à Lippstadt, en Wesphalie, en l’an 1541 du calendrier chrétien, soit l’an 5301 après la création du monde par le Tout-Puissant, béni soit-Il. Je suis mort à Prague, soixante-douze ans plus tard. Une pierre porte mon nom dans le vieux cimetière juif. Y est gravée une oie au-dessus […]

Read More…

La mémoire du monde II, de Stéphanie Janicot

Bérit avait symbolisé l’alliance de mon peuple, qu’on appelait désormais les Juifs, avec Dieu, Shlomzion avait été le désir de vivre dans un monde en paix, une Jérusalem idéale, à laquelle j’avais renoncé, Soph et Sophia marquaient ma naissance en tant qu’être libre et indépendant. Ils étaient la philosophie de la Grèce comme ma maison […]

Read More…

Roméo et Juliette, de Franco Zeffirelli

There was never such a woeful story than Juliet’s and her Romeo. Cela faisait évidemment bien longtemps que j’avais envie de voir ce film, adaptation filmique de ma pièce préférée de Shakespeare. A Vérone, Roméo et Juliette, blablabla, tout le monde connaît l’histoire. J’ai eu un véritable coup de coeur pour ce film qui est […]

Read More…

Instantané #7

C’était la première fois que je m’offrais un petit bout de ce qu’il est convenu d’appeler un mythe, sans doute très snob, mais je suis snob : un café à la terrasse du Flore, histoire de voir si par hasard une part du génie des habitués passés et présents ne serait pas contagieuse  (et si […]

Read More…

La Bible au féminin * – Sarah, de Marek Halter

Longtemps, pour moi, le cycle des saisons a tourné sur lui-même sans laisser de trace. Un jour suivait un autre, mon corps n’en portait pas la marque. Cela a duré des années et des années. Je ne m’appelais pas encore Sarah, mais Saraï. On disait de moi que j’étais la plus belle des femmes. D’une […]

Read More…

Déité symbolique de l’indestructible luxure

Il y a quelques semaines, je faisais l’éloge de la luxure. Mais de fait, c’est un sujet sur lequel je n’ai pas tout dit, et surtout sur lequel je n’ai pas fini de réfléchir (en fait, j’ai un texte qui est en train de se former et qui donnera je l’espère une nouvelle… mais laissons […]

Read More…

Des jours et des nuits ou le rire de Sara, de Gilbert Sinoué

C’était donc cela, l’amour ? Un irrésistible appel ? Le désir impérieux de se consumer jusqu’à tomber en cendres ? L’homme devait-il s’anéantir pour renaître grandi ? Ou alors, n’était-ce qu’un pur instant de damnation ; le regard d’Orphée sur Eurydice aux portes de l’enfer ? Enfin. C’est le mot que j’avais à l’esprit lorsque j’ai tenu […]

Read More…

Phaenix, les cendres de l’oubli

Un étrange sentiment de nostalgie me prit alors à la gorge ; une tristesse, un regret de quelque chose. Mais de quoi ? J’étais pourtant parfaitement heureuse, sous le ciel infini, l’étoile du berger qui venait d’apparaître à l’horizon, les grillons qui se réveillaient… Voilà une des publications jeunesse les plus attendues de la rentrée, […]

Read More…

La nuit de Valognes, d’Eric-Emmanuel Schmitt

Vous verrez, mon amour, au début, le bonheur est aussi fort qu’une douleur, cela déchire tellement qu’on souffre… C’est un coup mortel pour l’orgueil de se savoir autant lié à l’autre… Il faut consentir à aimer. En ce moment, avec mes Premières, je travaille sur le mythe de Don Juan (oui, je sais, cela n’est […]

Read More…

Une passion, entre ciel et chair, de Christiane Singer

Je veux parler d’amour dans ces pages, toutes ces pages. Tout ce qui a été écrit sur terre, dit, murmuré, hurlé, crié, parle d’amour. Même si, en apparence, il n’est question que de sésaccords, de stratégie, de malentendus, de guerres, de politiques et de pouvoir, le vrai sujet est l’amour. Même si ne s’expriment le […]

Read More…

où je réponds à vos interrogations de dimanche

Comme dimanche vous avez été nombreux à vouloir en savoir plus sur ces livres qui m’habitent, voici une petite liste des plus importants : 1. Belle du seigneur, définitivement. Lu il y a longtemps, il ne m’a jamais quittée depuis, façonnant ma vision « éthérée » de l’amour. Ce qui, je vous l’accorde, n’est pas forcément une bonne […]

Read More…

Vies de Job

Puisque ce que je trouve m’apprend ce que je cherche, je saurai à la fin pourquoi Job me hante depuis si longtemps, et par quel mouvement secret de l’âme et du coeur il obsède mes travaux et mes jours. Ma famille croit le savoir : « Tu te passionnes pour Job parce que tu te crois […]

Read More…

Mémoires d’une catin

Pâris ! J’imaginai son visage quand il riait, ses doigts carrés portant la coupe à sa bouche. L’envie de le revoir brûlait dans mes veines ; et mon coeur savait avec certitude que tout l’amour donné avant lui n’avait été qu’une préparation à cet amour-là. Diomède, Achille et mon fantôme sans nom avaient marché entre […]

Read More…

Antoine et Cléopâtre

Non, rien n’est plus certain, Iras : d’insolents licteurs Voudront nous attraper comme des catins, et de vils baladins Feront de nous des chansons criardes : les délurés comédiens Nous joueront au théâtre impromptu et représenteront Nos orgies alexandrines ; Antoine Sera produit ivre sur la scène, et je verrai Quelque piaillante Cléopâtre, un garçon, […]

Read More…