Cachez ce sein que je ne saurais voir (et que d’ailleurs, on ne voit pas)

Tiens, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas énervée. Ça vous manquait, non ?

Donc voici l’objet du délit, et de mon ire (et quand je dis ire, c’est un euphémisme : je pense que la fumée me sort par les oreilles) :

CQohSW1UwAIjZZe

Cette jeune fille, qui s’appelle Eugénie Journée, vient d’avoir des problèmes à cause de cette photo.

Avec l’Arabie Saoudite ? L’Iran ? Le prétendu Etat Islamique ?

Non, le comité Miss France ! Figurez-vous qu’elle a été élue Miss Bretagne, avant d’être destituée à cause de cette photo jugée osée, dénudée, indécente.

Alors, évidemment, je n’ai jamais eu aucune considération pour le comité Miss France ni pour cette élection que je juge sans intérêt, dans la mesure où j’estime que non seulement l’élection est d’un kitsch bas de gamme à me donner des nausées, mais qu’en plus Miss France ne représente absolument ni la France, ni la femme française, et en tout cas certainement pas la femme que je suis.

Mais bon, j’entends ça dans C à Vous, je m’intéresse cinq minutes (mon poulet n’était pas tout à fait cuit) aux raisons de cette destitution. Et là, heureusement que j’étais assise. Vous connaissez cette réplique célèbre de Tartuffe, « cachez ce sein que je ne saurais voir » ? En l’occurrence, l’odieux personnage éponyme avait au moins le prétexte qu’il y avait bien un sein à cacher. Parce que là, Sylvie Tellier a fait mieux, plus fort, plus haut, plus ridicule et hypocrite : elle justifie la destitution de cette jeune fille par le fait qu’elle ne porte pas de soutien-gorge et que donc, même si on ne voit rien, elle est dénudée et donc la photo est osée. CQFD. OMG. WTF.

OK. J’attends donc qu’on impose le port de la burqa aux Miss France parce que là, on atteint des sommets de pudibonderie jamais atteints depuis bien longtemps. En gros, ce que nous dit Sylvie Tellier, c’est que le corps des femmes est par essence « osé », « indécent », même si on ne le voit pas, s’il est juste suggéré. Je me sens juste insultée, en tant que femme, par ces propos, en plus évidemment d’être outrée par le principe même des règles absurdes du Comité Miss France, à base de moralisme primaire et rétrograde, mais ça, ce n’est pas nouveau, j’ai l’habitude. Parce que pour considérer cette photo comme « osée », il faut tout de même être sacrément pervers !

Du reste, je m’interroge quand même sur la schizophrénie ou la tartufferie qui consiste à organiser une élection de Miss basée sur la beauté tout en haïssant à ce point le corps féminin. Pour la sexualité, je ne ferai pas de pronostic, mais je préfère être à ma place qu’à la leur, parce que ça ne doit pas être la fête du slip tous les jours !

Bref, si le ridicule ne tue pas, les membres du Comité Miss France devraient s’en sortir vivants. Par contre, battre Tartuffe lui-même niveau tartufferie, il n’y a pas de quoi être fier !