En mots et en images : juillet 2019

Les mots…

Arpenter la vieille ville. Faire la touriste dans cette ville qui n’a jamais été la mienne et que je sens s’éloigner encore // Essayer de retrouver la joie et la légèreté malgré l’Univers qui semble vouloir me pousser à bout // Peindre puisque je n’arrive pas à écrire // Jupe qui tourne et petits hauts en soie // Madame tu es belle avec ta robe blanche // La langueur // Tristesse // Les épreuves de la vie. Mais la vie quand même… // Besoin d’évasion et de calme // Départ pour Milan // La dolce vita. Profiter // Des tomates à profusion. Rester gustativement en Italie // Chercher ma place, parce qu’il est certain qu’elle n’est pas là // Abîmes de perplexité existentielle // Fuir, là-bas fuir // Là, (où) tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté // Mon Cap-Ferret…

Les images…

En mots et en images : Août 2018

Les Mots…

Au Cap-Ferret // Une chaleur bienvenue // Essayer toutes les plages // Apéro(s) // Des heures à lire dans le hamac // L’eau, mon élément naturel // Lâcher-prise // La caresse du soleil et l’odeur des embruns // Dîner avec cette vue fabuleuse dont je ne me lasserai jamais // Un bain de minuit : le bonheur absolu. Et puis un autre le lendemain, parce qu’il faut en profiter à fond // Un coucher de soleil qui fait pshittt // Le corps en liberté // Y penser tout de même, tout le temps, à Lui, et avoir le cœur qui bat plus fort // Et écrire, aussi // Cette puissance d’amour qui par moments me terrifie // De l’eau de là-haut. Et l’eau qui est mon élément et dont j’ai autant besoin que de l’air, je la déteste lorsqu’elle tombe du ciel // Barbecue // Céder à l’appel des Stan Smith (mais rose) // Shopping deco // Et à nouveau profiter de l’eau // Manger des huîtres // Se faire offrir un verre de Lillet (le contenu et le contenant en souvenir) // Pierres de Lune // Le plein de souvenirs // Petit chat ♥ // Dernier bain de mer // Sur la route du retour avec ma cousine // Repas en familles // Les fruits et légumes du jardin ou Caroline à la campagne // Claquage (ça fait mal !) // Home (en clopinant, c’est pratique) // Reprendre doucement le rythme // Un peu ras le bol, là. C’est pénible de ne pas pouvoir avancer, ni au sens propre ni au figuré // Envie de rien, besoin de toi // Penser à Porto et à l’idée de m’échapper à nouveau, ailleurs, où je suis mieux // Tous les cris les SOS // Mantra // Ad abrupta…

Sur une idée originale de Moka

Les images…

En mots et en image : Mars 2018

Les mots…

Mars, mois du printemps et de mon anniversaire // Les figures du discours amoureux selon Barthes. Se sentir normal dans sa folie // J’aime // Soirée entre amis // Rires et joie // Il est où ton amoureux ? // Giboulées (dehors et dedans) // Jamais je n’ai autant écrit de ma vie // Home // Un autre titre (qui ne fait pas l’unanimité, mais passons) // Dans ma bulle // Amour et psychoses // Ecrire et aimer, (et lire), cela me suffit pour vivre // Ecrire dans mon lit grâce à mon nouvel ordinateur portable que j’aime à la folie // Obsession // 40000 mots // Comme un air de printemps avec quelques jours d’avance // Prendre soin de moi pour cette nouvelle étape // Un week-end fou // Du soleil, de la pluie et de la neige // Une inauguration pleine de (beau) monde // Une journée d’anniversaire toute douce, un petit déjeuner au Flore, les allées de Livre Paris, de belles discussions, des dizaines de messages mais surtout un, de l’aligot à gogo // Un tournoi des influenceurs // Un troisième Mazarine Book Day et un nouveau surnom, le trèfle à quatre feuilles. Espérer un grand chelem // Un joli petit restaurant à Odéon // Une nuit folle à la Coupole, du champagne, du gesticulage sur le dancefloor et s’amuser devant le photographe // Merci pour ces moments. C’était doux // Mon (roi) soleil // Des fleurs pour fêter le printemps // L’amour, roman // C’est que tu sois le couteau avec lequel je fouille en moi // Vous êtes sûrs que c’est le printemps ? // Une semaine épuisante…

moi après moisSur une idée originale de Moka

Les images…

 

En mots et en images : Septembre 2017

Les mots…

Retour en Enfer. Du coup, j’ai mis ma veste rouge Lucifer. Et ça rime // Bon, j’exagère un peu, mais je le vis de plus en plus mal. Arrivée au bout de quelque chose, envie de trouver enfin ma voie // Retenir encore un peu les beaux jours avec quelques huîtres et autres fruits de mer // De nouvelles cartes de visites // S’offrir quelques fleurs // Les dimanche matins comme ça. L’odeur des croissants chauds au four qui embaume la maison et fait oublier le gris du dehors. Prendre le temps // Celui qui n’allait pas tarder à dépasser les limites de ma patience et à apprendre à ses dépends que c’est en général une très mauvaise idée // Un week-end parisien follement excitant // Des petits déjeuner en terrasse // Un petit détour à l’Apple Store et repartir avec un i.phone neuf car ils n’ont pas pu sauver le précédent // Une chouette chambre d’hôtel avec balcon dans le Marais // Des livres et des écrivains partout // Du champagne, du vin et des amis // Une belle adresse à retenir // LA rencontre au sommet (j’en suis encore toute émotionnée) // Une belle interview dans un hôtel charmant // Ne pas oublier le Flore // La vie inimitable, quoi ! // La fin de l’été et le premier jour de l’automne. Heureusement avec le soleil… // Profiter d’un dimanche matin ensoleillé. Lire au creux des draps calée dans les oreillers // Profiter du beau temps pour flâner sur les quais au festival de Loire // Tomber par hasard sur un magasin de déco qui regorge de jolies choses. Me promettre de revenir après avoir pris quelques mesures // Un dimanche comme j’aime // Une bougie au champagne (on est snob ou on ne l’est pas) // C’est une proposition ? // De délicieuses figues fraîches cueillies dans l’arbre…

Sur une idée originale de Moka

 

Les images…

En mots et en images : Août 2017

Les mots…

Mon Cap-Ferret, mon autre chez moi, mon Paradis // Une journée de l’autre côté du bassin // Des vacances un peu trop pluvieuses, mais : une plage sublime, des vagues, des apéritifs, des huîtres, des promenades, des gaufres, des robes et des babioles // En mille ans je ne me lasserai pas de ces vues incroyables et de la sérénité qu’elles me procurent // Et bien sûr les livres, puisqu’ils sont mon sang. Lire des heures la rentrée littéraire dans mon hamac. Aller à un apéro littéraire. Prendre un café avec un auteur que j’aime. Faire coucou au camion qui livre. Entrer dans une librairie // Le corps bronzé, la tête pleine de souvenirs, et la voiture aussi // Repartir avec plein de nouvelles choses pour mes finitions de décoration // Un petit tour à la campagne. Promenade au jardin. Voir les amis. Récupérer Claire (la machine à écrire) et Jeanne (la dame… Jeanne) // La maison. Défaire les valises, trouver une place pour les nouveautés // Essayer de reprendre le rythme // Me lancer dans les finitions décoratives. Le plaisir de trouver des jolies choses et de les installer chez soi ! // Mon Paris. Une journée à flâner et musarder. Un déjeuner au calme dans les jardins du Palais Royal et rendre visite à Colette. Faire un tour à l’Écume des pages. Me poser au Flore avec un bon roman // Soulagement intense. C’est même limite indécent… // Profiter des derniers jours de liberté…

Sur une idée originale de Moka

Les images…

En mots et en images : juillet 2017

Les mots…

Il est où le soleil ? // Une envie de fleurs et de jolies choses // Les premières tomates de la saison // Aujourd’hui peut-être, ou alors demain… // Une autre robe rouge que j’aime d’amour parce qu’elle est totalement moi // Merci, madame Veil… // Nunc est bibendum. Fêter les vacances et le départ de certaines // Shopping Day // Une question d’organisation // Dans de beaux draps (au sens propre) // Regarde tomber la pluie (avec désespoir) // Regarde aussi les oiseaux dans le jardin. Ils sont rigolos quand ils se perchent sur la table et sautillent autour de l’assiette vide en faisant cuicui pour m’engueuler // Dans les valises, étape 1 // Me faire la réflexion que prendre l’avion est devenu aussi compliqué que de passer Normale Sup : à chaque objet je vérifie si j’ai le droit // Lisbonne. Coup de coeur pour cette ville exubérante au mille couleurs. Une semaine à me promener, à rêver, à écrire dans mon carnet, à lire en terrasse. Une semaine dans les pas de Camoes, d’Eça de Queiroz, de Pessoa, de Saramago. Me sentir si bien dans cette ville qui est comme un livre, et où je me verrais bien rester pour écrire… // Défaire les valises. Trouver une place pour les nouvelles choses qui embelliront le quotidien. Les livres dans la bibliothèque, les magnets sur le frigo, le mug Pessoa sur mon bureau, les affiches bientôt dans des cadres, le reste dans la Lisboa Box // Une jolie surprise pour mon ego // Déjà refaire les valises. Avec beaucoup de livres dedans. Bientôt la rentrée littéraire // Mon Cap-Ferret

Sur une brillante idée originale de Moka

Les images…

En mots et en images : juin 2017

Les mots…

Les dernières heures de cours de l’année. Champagne ? Ah ben non, il n’y en a plus // Une robe rouge et une chaise longue à fleurs. Et quelques autres petites choses // Chiller sur ma chilienne // Définitivement, je suis une fille de l’été, du soleil et de la chaleur // My heart belongs to London… // L’impossibilité de me projeter sur la rentrée et de faire mes choix, tant mon vrai choix serait d’être ailleurs… // Mais faire des choix quand même // L’impression d’être Sisyphe : un problème de réglé, un autre qui toque à la porte // Les jours lumineux qui annoncent l’été qui vient // Paris en coup de vent. Petit déjeuner de rentrée littéraire dans un endroit au nom parfait pour moi (le Purgatoire) et déjeuner à la maison (enfin, au Flore quoi). Les gens qui me disent qu’ils pensent à moi dès qu’ils passent devant // Quelques macarons et le new-yorker // Plus envie de discuter // En colère, et pas qu’un peu, et après beaucoup de choses (et de gens). La liste serait trop longue à faire // En révolution // Mettre les mots sur les choses // En mode Lucifer châtie les enquiquineurs. Enquiquineur 1 : check. Enquiquineur 2 : check. Enquiquineur 3… ça va être plus coton // Qué calor // Forfait // Solstice d’été // Dans la chaleur de la nuit // Ecrire…// Sisyphe, toujours : à croire que le monde entier conspire à me nuire (ou en tout cas à me faire perdre du temps) // Les jours qui passent et me rapprochent de Lisbonne // Ecrire, j’ai dit !

Sur une idée originale de Moka

 

Les images