Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi, au musée Cognacq-Jay
Elle se promène

Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi, au musée Cognacq-Jay

Venise est une ville qui me fascine. Je ne serais d’ailleurs pas plus étonnée que ça que, depuis les tréfonds de mon inconscient, le prénom de Serena vienne de là, et pour un appel à texte j’avais d’ailleurs écrit une nouvelle s’y déroulant, au temps du carnaval, aidée par des amis qui la connaissent. Parce que … Lire la suite

Les Medicis, maîtres de Florence de Frank Spotnitz et Nicholas Meyer
Elle regarde la télé

Les Medicis, maîtres de Florence de Frank Spotnitz et Nicholas Meyer

All men are capable of murder, under certain circumstances. Une série sur laquelle je suis tombée par hasard, et qui contient les ingrédients de mon cocktail préféré : argent, pouvoir, politique, complots, trahisons, sexe (encore que finalement assez peu). Florence, 1429. Giovanni de Medicis vient de mourir empoisonné. Pour ses fils, Cosimo et Lorenzo, la … Lire la suite

La Naissance du sentiment, de Jean-François Kervéan
Romans

La Naissance du sentiment, de Jean-François Kervéan

Nous sommes avant Socrate, Platon et Aristote, dans l’Archaïsme présocratique. Une nouvelle guerre se prépare avec ce vague empire du Proche-Orient qui se prétend maître du monde — mais les Hellènes lèvent rarement le nez de leur nombril. Enfin, il y a un mystère : la Grèce est un pays pensant, petite humanité d’idées radicalement neuves. … Lire la suite

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar, d’Antoine Choplin
Romans

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar, d’Antoine Choplin

Tu vois Tomas, j’ai la conviction que la culture peut être un levier. Comme un outil de savoir et de plus grande conscience sur le monde. Mais tu parles que, ça aussi, Husak l’a bien compris. Regarde comme la culture est devenue moribonde, contrôlée, souvent interdite. Ça aussi, je l’ai écrit dans ma lettre et j’ai … Lire la suite

Les adieux à la Reine, de Benoît Jacquot
Elle se fait des films

Les adieux à la Reine, de Benoît Jacquot

Grabrielle de Polignac n’a jamais été gouvernée par le souci de me plaire. Et c’est cette liberté qui me plaît. Retrouvons donc Marie-Antoinette, Reine chère à mon coeur avec ce film que je n’avais pas vu ; je n’ai pas lu non plus le roman éponyme de Chantal Thomas. Et pourtant, le sujet m’intéresse au premier … Lire la suite