Le Miracle Spinoza, de Frédéric Lenoir : éthique de la joie

Convaincu que la raison est capable d’appréhender les mécanismes qui nous déterminent, Spinoza propose une voie de libération fondée sur une observation minutieuse de nous-mêmes, de nos passions, de nos émotions, de nos désirs, de notre constitution physique qui, seule, nous rendra libre.

Je n’ai pas beaucoup attendu : après sa biographie intellectuelle de Jung, je me suis intéressée à l’ouvrage que propose Frédéric Lenoir sur Spinoza, un philosophe qui titille ma curiosité depuis quelque temps.

Spinoza : sa vie et sa pensée, expliquée avec beaucoup de pédagogie.

J’ai à nouveau aimé cet ouvrage que j’ai trouvé passionnant sur un philosophe dont la pensée est très moderne : précurseur des Lumières, Spinoza met la raison au centre de son système, étrille les dogmes religieux (reste le mystère de ses propres croyances : était-il athée ou non, le débat reste ouvert) et propose une éthique de la joie. Beaucoup d’éléments m’ont donc enchantée dans cette découverte. Reste que c’est une pensée assez coriace, et difficile, et que même si Frédéric Lenoir est très clair et pédagogue, certains passages m’ont laissée dubitative, et j’en ai conclu que si le fond de sa pensée me plaisait beaucoup, la forme, très logico-mathématique, n’était pas pour moi. Ce n’est pas grave : cet ouvrage est une excellente introduction, et cela ira très bien !

Le Miracle Spinoza.
Frédéric LENOIR
Fayard, 2017 (Livre de Poche, 2019)

Jung, un voyage vers soi de Frédéric Lenoir : une vie

Je suis pourtant convaincu que son œuvre visionnaire constitue l’une des plus grandes révolutions de la pensée humaine et que son importance va bien au-delà du terreau dans lequel elle a germé : la psychologie des profondeurs. A travers les grands concepts qu’il a élaborés — la synchronicité, les complexes, l’inconscient collectif, les archétypes, les types psychologiques, l’anima et l’animus, l’ombre, la persona, le processus d’individuation — , Jung apporte un regard sur l’être humain et son rapport au monde qui non seulement bouleverse les connaissances psychologiques, mais sollicite aussi la philosophie, l’anthropologie, la physique, les sciences de l’éducation, la théologie, l’histoire des mythes et des croyances.

Je ne suis pas toujours très fan des livres de Frédéric Lenoir ; par contre, je suis nourrie de Jung (plus encore même que ce que je croyais avant d’ouvrir ce livre), et j’ai été frappée par la synchronicité (concept jungien) de le trouver sous mon nez au moment même de la création du Voyage Poétique, qui est aussi un voyage vers soi. Et au fil de la lecture, c’est une émeute de synchronicités qui m’ont assaillie.

Ici, Frédéric Lenoir nous propose une « biographie intellectuelle » de Jung, dans laquelle il mêle (et démêle) ses grandes idées et découvertes au récit de sa vie. Mais surtout ses idées et découvertes, et c’est bien, soyons clair, ce qui est le plus intéressant.

Et cet ouvrage se révèle une excellente et passionnante introduction à la pensée jungienne, très claire et pédagogique : Lenoir parvient à trouver le moyen de « schématiser » (c’est positif ici, et pas du tout réducteur) une pensée en arborescence et même rhizomatique (il émet d’ailleurs l’hypothèse que Jung était Haut Potentiel, ce qui me semble assez probable en effet), ce qui permet de la saisir beaucoup plus aisément. Bref, cet ouvrage m’a donné beaucoup d’idées et de pistes à creuser pour mes propres recherches, et je le conseille à tous ceux qui ont envie de mieux comprendre en quoi Jung a totalement révolutionné la psychologie, mais aussi la spiritualité, en inventant au passage le « développement personnel » dans sa dimension positive.

Quant à moi, outre mon travail d’approfondissement, je pense que je lirai très bientôt l’ouvrage que Frédéric Lenoir a consacré à Spinoza, un autre philosophe qui m’intéresse beaucoup.

L’âme du monde, de Frédéric Lenoir : toute la sagesse universelle

Un sage prit la parole et dit : « L’amour nous lie sans nous attacher. L’amour nous engage sans nous enfermer. L’amour nous fait trembler sans nous mettre dans la crainte. L’amour nous fait pleurer sans refermer notre cœur. L’amour nous fait désirer sans posséder. L’amour nous enchaîne et nous rend libre. L’amour nous ancre et nous ouvre à l’univers entier. 

L’autre jour, au rayon spiritualité de je-ne-sais-plus-quelle librairie, je suis tombée sur ce roman et je me suis dit que tiens, ça faisait longtemps que je n’avais pas lu Frédéric Lenoir ailleurs que dans la presse, et que c’était l’occasion.

Salomon le Kabbaliste. Ansya la chamane. Le père Pedro, le moine catholique. Ma Ananda, la mystique hindoue. Maître Kong, le taoïste chinois. Cheik Youssouf, le soufi. Gabrielle, la philosophe néerlandaise : tous les sept sont « appelés » par des signes pressants à rejoindre un monastère tibétain, où ils comprennent que leur mission est de transmettre leur enseignement à deux adolescents, avant que ne survienne une catastrophe planétaire…

Un roman très intéressant en ce qu’il s’attache à montrer ce qui relie toutes les traditions spirituelles, au-delà des différences qui les fondent en religion ; et ce qui relie ces spiritualités, c’est la vie, et l’amour. La dimension dialogique du roman permet donc au lecteur de se poser des questions, et le fait réfléchir sur l’essentiel, et notamment les sept clés de la sagesse délivrées par les sept sages, qui à chaque fois parlent tour à tour mais sans qu’on ne sage jamais lequel dit quoi : le sens de la vie, le lien entre le corps et l’âme, la liberté, l’amour, les qualités à cultiver et ce qui est à rejeter, l’art de vivre et l’acceptation de ce qui est.

Un petit roman très inspirant donc, idéal pour les adolescents mais pas seulement…

L’âme du monde
Frédéric LENOIR
Nil, 2012 (Pocket, 2014)