Dans mon sac de fille…

Ce petit tag a circulé il y a quelque temps sur la blogosphère fille, et j’avais bien envie de le faire, parce qu’il me permet enfin de répondre à une question que tous ceux qui me côtoient se posent : « Mais bordel, qu’est-ce qu’elle met dans son sac pour qu’il soit aussi lourd ? ». Alors voilà, je ne sais pas, je suis sans doute une angoissée chronique, mais il m’est totalement nécessaire d’avoir toujours avec moi de quoi faire face à toutes les éventualités, ce qui donne donc…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

1. Le contenant : le Simple bag Gérard Darel. Bon, j’en ai d’autres, vous vous en doutez bien, mais après être restée très longtemps sur le 24h saint-Germain, c’est actuellement celui que j’utilise le plus.

Le contenu :

2. Dans la pochette fournie avec le sac : mon i.phone, un porte-cartes (CB, carte de tram, carte vitale) et mon porte-monnaie

3. Un petit sac de courses, au cas où de manière impromptue je voudrais passer faire des courses…

4. Un autre porte-cartes, celui-ci avec toutes mes cartes de fidélité diverses et variées…

5. Une petite trousse « médicale » : gel antibactérien, pansements, médicaments pour le mal de tête, le mal d’estomac, le mal de gorge, spasfon, tampons (ben oui…)

6. Trois paires de lunettes. Mais attention, différentes : mes lunettes de vue au cas où je perdrais une lentille, lunettes de soleil à ma vue au cas où je perdrais une lentille et qu’il y aurait du soleil, lunettes de soleil au cas où il y aurait du soleil mais que je n’aurais pas perdu mes lentilles… on ajoute les gants (je les enlève l’été, je vous rassure…)

7. Une pochette, reçue dans la little box de décembre, dans laquelle j’ai mis mes papiers et des stylos

8. Mon carnet Moleskine pour mes pensées profondes (j’ai un autre carnet dans la pochette 7 pour les trucs notés à la volée)

9. Une petite trousse avec mouchoirs, épingles de nourrice, baume à lèvres, tic-tac, correcteur de teint…

10. Mes cartes de visite

11. Un parapluie voyant (parce qu’ils ont tendance à disparaître au boulot, et que celui-là est assez clairement estampillé « moi » pour qu’on regarde à deux fois avant de me le faucher : le malotru serait rapidement repéré !)

Pas sur la photo : mes clés.

S’ajoutent, à l’occasion : mon i.pad, mon bonnet, des collants de rechange, un livre etc.

J’ai conscience que cela peut paraître pathologique et inspirer un sketch à un comique, mais le fait est que… tout sert !

Bon, par charité je ne taggue personne, mais si le coeur vous en dit, n’hésitez pas…

L’homme idéal (en mieux), d’Angela Morelli

1521764_789471707745091_352952093_nYa que toi pour trouver une nana dans une librairie. En même temps, le ratio joue en ta faveur, non ? Combien de mecs fréquentent les librairies ?

Quoi de mieux, en cette période de noël, qu’une petite comédie romantique qui se passe justement vers Noël, à la couverture délicieusement girly, et où l’on fait la connaissance d’un homme tel que j’aurais bien aimé en trouver un exemplaire dans mes escarpins Jimmy Choo hier matin ?

C’est l’histoire d’Emilie. Prof de lettres, elle est séparée de Diego depuis dix-huit mois, et les loyers parisiens étant ce qu’ils sont, elle s’est installée avec sa fille Elizabeth en collocation chez son amie Clara, qui tient une librairie. Et c’est justement dans cette librairie qu’elle croise Samuel, le père d’un de ses anciens élèves…

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman qui me donne autant la pêche. Ici, tout est délicieux, à commencer par le personnage d’Emilie, en laquelle je pense nombre d’entre nous se reconnaîtront. Adorablement maladroite, elle sème gants et écharpes comme le petit poucet ses cailloux, classe les livres de sa bibliothèque par ordre autobiographique et profère à longueur de journées des jurons d’une totale inventivité poétique, allant de « jarnidieu » à « par le marteau de Thor », en passant par « par la tête de saint Jean-Baptiste », ce qui, vous en conviendrez, est beaucoup plus original que le « putain » dont nous nous contentons souvent. Emilie et ses trois copines forment une bande qui n’est pas sans rappeler Sex and the city : totalement décomplexées, elles parlent des hommes en buvant des cocktails, possèdent une échelle Hugh Jackman de la bogossitude, donnent des prénoms à leurs sex toys et matent régulièrement Love Actually ; on a envie de les adopter. Quant à Samuel, il est tout simplement parfait, beau comme Bradley Cooper, intelligent et cultivé, gentil et attentionné, bref, l’homme idéal, rien de moins. L’histoire entre eux est mignonne comme tout, c’est plein de références littéraires (ou pas très littéraires), il y a bien sûr quelques scènes croustillantes à souhait et bien écrites, et je vote pour que ce roman soit adapté au cinéma. Voilà.

L’Homme idéal (en mieux)
Angela MORELLI
Harlequin, 2013 (pour l’instant uniquement en numérique, mais si ça marche il y aura une version papier).

Du même auteur je vous conseille également Sous le gui, à télécharger gratuitement jusqu’au 3 janvier !

Lu par Cuné, Cath Ulu, Karine, Stephie, Leiloona

Instantané #9

10868361806_714fcf7e4a_o

Mon royaume pour pouvoir cocooner au chaud sur mon canapé en buvant du thé ! J’ai froid, je suis fatiguée, je n’en peux plus… (un des seuls plaisirs de l’hiver : les bougies Diptyque à la tubéreuse, dont je suis toujours aussi adepte).

J’ai deux amours, mon sac et Paris, de Fabienne Legrand

10420128064_bcbbd56f34_o

 

Bonjour, je m’appelle Prune, mariée, 3 enfants… J’ai 32 sacs à main dans mon dressing…

Je crois que Fabienne Legrand doit être mon âme soeur. Après nous avoir délectées il y a un peu plus d’un an d’un album où elle confessait son amour pour le Cap-Ferret, elle récidive avec cette fois les sacs à main et Paris. Disons que cela nous fait trois obsessions en commun, ce qui commence à faire beaucoup, non ?

Prune a donc 44 ans, elle aime les sacs à main (Longchamp) et Paris, passions qui semblent être partagées par toutes les femmes de la famille, de Mamita à Lola. Cette passion donne lieu à des situations parfois cocasses…

Je crois qu’il n’y a pas beaucoup de suspense concernant mon avis sur cet album : j’ai tout simplement A-DO-RÉ, à tel point que je l’ai déjà lu deux fois. C’est, honnêtement, à mourir de rire. Bon, très girly donc peut-être est-ce un humour de niche, on ne va pas mentir, mais le fait est que me suis reconnue presque à chaque page dans les situations parfois des plus… embarrassantes ? En outre, j’aime énormément le dessin de Fabienne Legrand, une alliance de couleur et de noir et blanc, à la fois très réaliste dans certains détails et très stylisé notamment dans les silhouettes ; les sacs évidemment sont à mourir de jalousie (exclusivement des Longchamp, choix que j’approuve même si j’avoue plutôt pour ma part un faible pour Darel). Quant au seul mâle de l’entourage de Prune, son mari Paul : je serais intéressée par l’adresse du vendeur de specimen aussi patients et débonnaires, parfait accessoire de toute fashionnista qui se respecte !

J’ai deux amours, mon sac et Paris
Fabienne LEGRAND
Cherche-Midi, 2013 (sortie le 24 octobre)

Logo BD Mango NoirBy Mango

Instantané #6

10020136693_6cdb99bede_o

Cette robe, mes amis, cette robe est une pure merveille qui donnerait presque envie de croire en Dieu tellement elle est parfaite !

Rêves…

Imaginons qu’un jour j’écrive un best-seller. Imaginons qu’il soit adapté en film à Hollywood. Imaginons que ce film soit sélectionné pour le festival de Cannes et/ou les Oscars.

Ben oui, vous avez trouvé : il me faudrait une robe. L’une de celles-ci par exemples, choisies parmi les collections haute-couture (tant qu’à faire). Comme d’habitude, j’ai craqué sur Elie Saab…

HC_automnehiver1314

1, 4 et 5 : Elie Saab
2 : Valentino (pas extrêmement facile à porter…)
3 : Dior
6 : Vionnet

(oui, en ce moment je suis maniaque du rouge…)

Dress code et petits secrets, de Marianne Levy

9056294077_a186037fed_o

Dans le guide Savoir reconnaître un signe, j’avais découvert l’importance capitale de croire en soi. C’est-à-dire à tout ce qui nous venait à l’esprit de manière persistante. Si je pensais trois semaines de suite à la chouette petite robe noire fondamentalement différente des onze autres que comptait déjà mon dressing, c’est qu’elle était faite pour moi. Gédéon revenait souvent dans mes pensées. Chaque fois que j’apercevait un costume noir, j’avais envie de courir à la librairie du Big Store dans l’espoir de le croiser. Moi qui détestait courir, je passais désormais le plus clair de mon temps sans talons. C’était bien un signe, non ?

Capucine, la trentaine, vit avec son riche mari dans un immeuble cossu de Saint Germain des prés. Adepte du shopping, elle passe le plus clair de son temps au Big Store. C’est là qu’elle rencontre le beau Gédéon, écrivain, et Karine, qui devient rapidement sa meilleure amie et avec qui elle décide de créer Chic, blogueuse qui devient vite une star et une icône du style parisien. Lorsque Chic est invitée à participer à un nouveau show télévisé intitulé Blog Story, tout se complique…

C’est (bientôt) l’été, et donc la saison des lectures légères comme le sable qui s’envole dans la brise (oui, je suis poète). Et cette petite lecture est parfaite lorsqu’on a des envies de comédies romantiques sans prise de tête : c’est très très drôle, émaillé de très bonnes trouvailles comme les conseils parfois farfelus des livres de développement personnel dont Capucine est adepte, c’est très fifille, et assez bien vu concernant d’une part la blogosphère mode avec la starisation de certaines filles, et d’autre part sur la télévision, avec le producteur odieux et se prenant pour le maître du monde, les coups bas et les poignards dans le dos. Marianne Levy est journaliste télé, ceci expliquant évidemment cela. Je me suis beaucoup attachée à Capucine, dans laquelle je me suis beaucoup reconnue. Après, c’est un premier roman, qui manque un peu de développement, certains épisodes étant à mon goût trop rapidement traités, notamment la fin. Peut-être aussi aurait-on aimé que soient intégrés quelques articles du fameux blog. Mais l’ensemble tient la route, c’est une agréable comédie romantique comme je les aime, qui permet de passer un bon moment.

Dress code et petits secrets
Marianne LEVY
ebook disponible sur Amazon, iBookstore, Kobo et Smashwords