Camisole-moi, de Martine Roffinella

Camisole-moi, de Martine Roffinella

Dans ce qu’écrit AT48, se dit FE58, il y a décidément une forme de réalité réinventée. Et surtout, il y a un point de départ fulgurant. Cette goutte de braise qui met le feu aux mots. FE58 redoute d’être, précisément, ce point de départ dévastateur, cette inspiration ravageuse qui clouera sans répit AT48 à son […]

Read More…
Le Mal des ardents, de Frédéric Aribit

Le Mal des ardents, de Frédéric Aribit

Combien d’histoires commencent dans un métro bondé avec une femme que vous ne voyez pas arriver, qui se retrouve soudain à côté de vous, contre vous, à la faveur d’on ne sait quelle bousculade, quelle recomposition hasardeuse de la foule, quelle nouvelle phase de l’immense Tetris social réagençant, arrêt après arrêt, le groupuscule dont vous […]

Read More…
La Chambre des époux, d'Eric Reinhardt

La Chambre des époux, d’Eric Reinhardt

J’ai travaillé pendant trois mois dix ou douze heures par jour. Sans fatigue. Porté par un élan inouï. Rien ne pouvait m’arrêter. Elle m’a donné la force d’écrire. Je lui ai donné la force de guérir. Elle a été ma force et j’ai été la sienne. C’est l’expérience la plus hallucinante que j’aie jamais vécue. […]

Read More…
Santa Clarita Diet, de Victor Fresco

Santa Clarita Diet, de Victor Fresco

Je te laisse seul cinq malheureuses petites minutes, et tu sympathises avec mon dîner ? J’avais très envie de voir cette série, qui revisite le mythe du vampire sauce zombie de manière totalement burlesque… Santa Clarita est une petite banlieue tranquille pour ne pas dire ennuyeuse, où Sheila mène une vie sans histoire d’agent immobilier, […]

Read More…
La nuit je mens de Cathy Galliègue

La nuit je mens, de Cathy Galliègue

La pluie a cessé de tomber et la nuit est arrivée. Le réverbère du boulevard envoyait une lueur douce sur la place que Guillaume occupait avant, sur ce divan devenu son radeau, là où était sa place. J’ai caressé le tissu en fermant les yeux. En remerciant la fatalité qui éloignait Gaspard de chez nous […]

Read More…
Leonard Cohen le livre du désir

Le livre du désir, de Leonard Cohen

Maintenant que j’agonise Je ne regrette pas Un seul pas Lorsque Bob Dylan a eu le prix Nobel, j’ai dit : j’aurais préféré Leonard Cohen. L’Obs l’a dit aussi. Et plein de monde. J’ai toujours préféré les textes de Cohen à ceux de Dylan. Ils me touchent d’avantage. Et puis, Hallelujah est la plus belle […]

Read More…

Les Enfants de l’aube (Moia Bieda), de Patrick Poivre d’Arvor

Le lendemain, nos visages étaient lumineux comme des lampes survoltées, éclairés de l’intérieur. Nous avons refait l’amour dans l’ancienne salle de gymnastique. J’essayais cette fois de compenser mon inexpérience par une grande attention à elle, ce qui n’était pas dans ma nature. Je n’éprouvais qu’un plaisir rapide à l’éjaculation, mais j’aimais la pénétration et les […]

Read More…

Le roman d’Esther, de Pauline Flepp

Lorsque mon éditeur est venu me voir en prison et m’a glissé subrepticement : « As-tu pensé à écrire votre histoire, je veux dire, à Esther et à toi ? », je me suis dit que l’humanité était décidément plus laide encore que je ne le pensais. Mais je n’ai rien laissé paraître, et j’ai répondu quelque […]

Read More…

A cœurs pervers, d’Octavie Delvaux

Ils le savent, le manque, c’est le sort de tous les couples illégitimes. Ils ne sont ni les premiers ni les derniers à le vivre. Mais, comme tous les amants, ils ont l’illusion que leur histoire est la plus forte, qu’elle n’est comparable à nulle autre. Leur passion résistera-t-elle à ce nouvel obstacle ? S’accommodera-t-elle […]

Read More…

Celle que vous croyez, de Camille Laurens

Je suppose que tu vas me trouver folle, mais souvent j’ai fait l’amour pour pouvoir écrire, enfin je faisais l’amour pour faire l’amour, mais il n’y a jamais eu de grande différence pour moi entre le désir et le désir d’écrire — c’est le même élan vital, le même besoin d’éprouver la matérialité de la vie. […]

Read More…