Le plaisir de fabriquer des objets

Longtemps, j’ai été une créative purement intellectuelle, mentale : écrire, je le faisais tout le temps, depuis que j’étais enfant. C’est bien, écrire : ça ne demande pas de matériel, on peut le faire partout, ce n’est pas salissant, et quand on écrit, et bien on est tout de même pas mal dans sa tête et non dans son corps. J’ai toujours eu un problème avec mon corps, il m’embarrasse : maladroite (un ex trouvait cette maladresse touchante, jusqu’au jour où il s’est rendu compte que je n’étais pas seulement maladroite avec les objets mais aussi avec les émotions des autres, mais ce n’est pas le sujet), empotée même selon certains. Non, vraiment, le mental, c’est très bien : après tout, j’ai ma Lune en Gémeaux. Alors fabriquer des trucs, non merci. J’étais assez nulle en sport (sauf en natation, évidemment, je suis Poissons) et en arts plastiques.

Et puis, ses dernières années, j’ai éprouvé l’envie de développer une créativité plus manuelle : dessin, peinture, collage, assez maladroits mais comme je l’ai déjà dit, c’est vraiment pour ouvrir de nouveaux canaux. Même pour un écrivain, je pense qu’il est essentiel de ne pas être toujours dans sa tête mais aussi dans son corps, dans ses émotions. Et les arts plastiques permettent ça, beaucoup mieux selon moi que la méditation telle qu’elle est pratiquée souvent : sinon domestiquer le mental (je crois que dans mon cas, c’est mission impossible) du moins le court-circuiter un peu. Mais cela restait des activités artistiques. Sur du papier.

Et le bricolage, alors ? Regardez plus haut : je suis empotée. Mais de moins en moins : en vivant seule, j’ai bien été obligée parfois de me débrouiller. Monter un meuble, en insultant toute la famille du rédacteur de la notice sur plusieurs générations. Planter un clou pour accrocher un cadre. Déboucher mon évier. La base, l’essentiel de survie au quotidien. Mais fabriquer avec mes petites mains quelque chose que j’aurais pu acheter tout fait ? Pourquoi donc ?

Mais bien sûr, il ne faut jamais dire jamais. Et je me suis prise de passion pour les couronnes. Celle de Noël, l’an dernier, après deux essais peu concluants. Celle d’automne, à l’automne. Et l’autre jour, j’ai fabriqué celle-ci que je ne sais pas trop comment qualifier, question saison. Hiver, peut-être. Saisons intérieures. En réalité, j’avais acheté la base pour ma couronne d’automne, mais je n’avais pas su par quel bout la prendre. Et puis l’autre soir ça m’a prise comme ça : j’ai pris la couronne, le pistolet à colle et j’ai collé un peu tout ce qui m’est tombé sous la main, pommes de pin diverses, petites boules en laine, glands naturels et en bois, fleurs de coton, machins non identifiés… un vrai moment de lâcher-prise, en fait : je n’avais, contrairement à d’habitude, nullement conceptualisé le résultat. J’ai laissé faire mes mains, plutôt que mon cerveau.

Et je suis absolument ravie du résultat, en plus d’avoir apprécié le processus. Non seulement je la trouve, objectivement, jolie, mais surtout, c’est moi qui l’ai faite : je voulais une couronne (bon, il y a sans doute un truc avec les couronnes), et au lieu d’en acheter une toute faite par quelqu’un de plus doué que moi, j’ai fait ce dont j’avais non pas besoin, il ne faut pas exagérer, mais envie. Elle est imparfaite (je n’arrive pas à me débarrasser des filaments de colle, et certains choix de positionnement sont critiquables) mais c’est la mienne. Je vais donc, sur cette lancée, réessayer de fabriquer des petites décorations de Noël en pâte autodurcissante : j’avais essayé, c’était loupé, mais désormais que mes mains ont l’air d’accepter de faire autre chose que de taper des touches sur un clavier, on va voir. De toute façon, il faut vraiment que je sorte de mon mental.

Et vous, vous aimez fabriquer des choses ?

Instantané : activité poétique d’automne

A l’automne, j’adore aller dans la nature ramasser tout plein de petites choses qui serviront à ma décoration : branchages et brindilles, glands et marrons, et évidemment des feuilles de toutes les nuances. Mais les feuilles sont fragiles, et dans la décoration elles s’abîment vite, donc je leur réserve également un autre usage : après les avoir mises à sécher dans un gros livre (cette année c’est mon Gaffiot qui a été réquisitionné pour cet usage) pour qu’elles soient bien plates, j’en fait des petits tableaux : soit je les colle pour faire une sorte d’herbier, soit je les plastifie pour faire des petites cartes. Je trouve que c’est une activité très apaisante de se consacrer à ces petites feuilles : harmoniser les couleurs et les tailles, les arranger pour que ce soit joli. Et c’est une activité parfaite avec les enfants !

Cela ne sert strictement à rien, limite même ça encombre, mais comme dirait notre Petit Prince : c’est véritablement utile, puisque c’est joli !

Instantané : activité poétique de printemps

Cette semaine, j’ai eu un gros coup de mou. A la fois moral, suite à une nouvelle triste, et physique : je n’avais de l’énergie pour rien, à part regarder des conférences sur la psychologie de l’imaginaire (ce qui ne sera pas inutile pour plus tard) et bricoler des petits trucs. Donc j’ai bricolé des petits trucs, et notamment ces cartes avec les fleurs séchées, et dont je suis pas mal fière : il y a encore quelques progrès à faire au niveau de l’installation des fleurs pour le séchage, mais l’idée est là !

En attendant Noël – DIY : une couronne naturelle

Il y a deux ans, à cette époque, j’étais en arrêt de travail pour un épisode de burn-out. Incapable de faire grand chose et en tout cas pas tellement d’écrire, je m’étais mise en tête de bricoler un peu et de fabriquer une couronne de l’Avent ! Mais comme la simple idée de sortir me provoquait une crise d’angoisse, j’avais fait avec les moyens du bord, et ça donnait un truc pas moche mais enfin pas génial. L’an dernier, je n’ai pas assez anticipé et je me suis laissé avoir par le confinement. Donc cette année je m’y suis prise en avance pour ma couronne ! Et je dois dire que je ne suis pas peu fière du résultat : je crois que c’est la première fois que je fabrique un truc qui correspond exactement à ce que j’avais en tête ! Du coup, petit Do it Yourself !

Qu’est-ce qu’il nous faut ?
– Un cadre de couronne en métal
– Beaucoup de brindilles
– Un peu de fil de laiton
– Du feuillage (j’ai pris de l’eucalyptus artificiel, que j’avais : j’aurais bien mis du sapin mais la couronne n’est pas dehors et j’avais peur que ce soit salissant)
– Des baies rouges (pour la même raison, j’ai pris de l’artificiel)
– Des décorations : je voulais du naturel, donc j’ai pris des pommes de pin, de l’écorce, des oranges et clémentines séchées au four, de la cannelle…
– Un pistolet à colle (j’en ai acheté un petit pour l’occasion et franchement je me demande pourquoi je n’en avais pas..)

Comment on fait ?
– Installer les brindilles dans le cadre de couronne. Personnellement, j’aime bien que ça dépasse, que ça fasse un peu « sauvage ». Fixer avec du fil de laiton pour que ça tienne bien.
– Passer le feuillage sur un des côtés (ou sur tout le tour si vous le souhaitez), puis les baies rouges un peu partout. Ajouter un peu de fil de laiton si ça ne veut pas tenir.
– Avec le pistolet à colle, coller les décorations où votre inspiration vous le demande (en priorité sur les points d’attache pour les cacher) !

En attendant Noël - DIY : une couronne naturelle

Et voilà ! Encore une fois, j’ai vraiment insisté sur le côté naturel et cela donne une couronne d’hiver plus que strictement de Noël ! Je l’ai accrochée sur ma porte d’entrée (je trouve ça agréable quand on rentre…) mais on peut aussi s’en servir de centre de table !

Instantané #125 (cartes d’intention)

J’ai dit : 2021 sera une année où je prendrai les choses en main et où j’avancerai dans ma vie, où j’incarnerai mes projets dans la matière. Et vous avez pu constater que pour le moment, je mets toutes les chances de mon côté niveau organisation intentions et visualisation. C’est à cette dernière catégorie qu’appartient ce dernier projet créatif, qui peut d’ailleurs se faire n’importe quand mais j’aime bien le symbolique : des cartes de visualisation ou d’intention. Tout simplement, ce sont des cartes types tarot sur lesquelles on va venir inscrire et coller, dessiner, ce que l’on veut réaliser ou simplement ce qui est essentiel (il en faut une par domaine) (moi c’est l’amour et la création, donc, qui sont les piliers de ma vie). C’est un peu le même principe que le vision board, mais en plus concentré. Et transportable. Sur chaque carte j’ai recopié une citation de Clarissa Pinkola-Estes parce que ce livre m’inspire toujours autant et que je retravaille dessus en ce moment, et collé des images qui m’inspirent concernant le domaine. Et je les ai affichées au-dessus de mon bureau pour les avoir toujours sous les yeux comme une sorte d’étoile du berger pour me guider là où je veux aller ! Bon, d’un point de vue purement esthétique et technique ce n’est pas ma plus grande réussite, mais ce n’est pas le plus important !

En attendant Noël : décoration

C’est désormais la tradition : le 1er décembre, je fais mon sapin de Noël. Cette année c’était un dimanche donc ça tombait plutôt bien, et il faisait un temps tout moche (comme d’habitude) : tous ces trucs qui brillent étaient vraiment bienvenus. J’ai, encore plus que d’habitude, insisté sur le doré et les symboles solaires (je rappelle : Sol Invictus). J’en ai vraiment besoin : je suis au bout du bout question épuisement physique, nerveux, émotionnel, existentiel (je crois même que je tire trop sur la corde) et j’ai vraiment besoin de douceur et de lumière et de chaleur à défaut de pouvoir aller crapahuter dans les bois.

Je n’ai rien acheté de nouveau contrairement aux autres années. Le sapin en est à son quinzième Noël. Comme nouvelle décoration j’avais une jolie boule artisanale marquée à mon prénom que ma tante a achetée au marché de Noël de Strasbourg et qu’elle m’a offerte à Noël dernier, elle n’avait donc pas eu l’occasion de servir (et le miracle : elle est parfaitement assortie à l’ensemble). Et, toute à mes activités créatives du moment, j’en ai fabriqué : une petite guirlande avec des battons de cannelle et des tranches d’orange séchées ; j’ai essayé de faire des petites choses en pâte à sel, mais là ce n’était pas réussi ; par contre, j’ai tenté la pâte autodurcissante faite maison, et je suis totalement convaincue, c’est facile et ça permet de fabriquer des choses originales pas seulement pour Noël. Je referai. Et j’ai ajouté quelques feuilles de Ginkgo, ce n’était pas prévu mais l’idée m’est venue subitement en les voyant sur la table.

J’ai cette année choisi de faire trôner le sapin complètement au milieu des bibliothèques (d’année en année, je le décale), et sur une console plus haute que d’habitude. A côté il y avait un sombre bordel de livres à trier que je ne voulais pas mettre ailleurs, je l’ai donc camouflé sous du voile d’hivernage qui me restait, ça fait effet neige et constitue un vallonnement pour poser le joli calendrier de l’avent Gallison et quelques papillotes. Sur les bibliothèques : quelques guirlandes lumineuses dans des pots, des petites maisons et ours en peluche tout mignons. Il ne manque plus que les cadeaux (et cette année comme il y a les enfants (pas les miens hein, vous n’avez pas loupé de grande nouvelle) il va y en avoir beaucoup et ce sera joyeux, et vu ce que nous avons subi cette année ça ne sera pas de trop).

J’ai parfaitement conscience que l’ensemble fait parfaitement bordélique avec les bibliothèques en désordre derrière, mais en même temps c’est moi !

De plus près :

Et puis cette année j’ai innové aussi niveau calendrier de l’Avent, et je m’en suis offert un très joli chez mon chocolatier artisanal préféré, Sébastien Papion !

En attendant Noël : décoration
Calendrier de l’Avent

Dernière innovation : j’ai fabriqué une couronne pour mettre sur ma porte d’entrée. L’idée m’est venue subitement, et là encore j’ai tout fait moi-même, et je n’ai strictement rien acheté. Cet été j’avais fabriqué un cercle en bambou dans l’idée de faire un attrape-rêves, mais au final je n’étais pas satisfaite car ce n’était pas du tout rond et beaucoup trop irrégulier, j’avais donc renoncé mais gardé le cercle. Je l’ai donc repris, recouvert le haut de trois fausses branches d’eucalyptus que j’avais gardées d’un bouquet artificiel qui ne me plaisait plus et en bas, j’ai d’abord mis un ruban mais ça ne suffisait pas donc j’ai pensé à ces fagots de brindilles que j’avais conservés de bouquets de fleurs et mis dans mon « panier nature », je les ai défaits et enroulé avec le fil de fer qui les tenait, j’ai ajouté une guirlande en plumes que je mets d’habitude dans le sapin, quelques pommes de pin, des boules, et voilà ! La photo ne lui rend pas trop justice mais je suis contente de moi, c’est l’essentiel !

Couronne de Noël
Couronne de Noël

Et vous, Noël, ça se prépare ?