En attendant Noël : le plus beau cadeau

En cette veille de Noël, j’avais envie de partager avec vous ce poème d’un auteur que je ne connaissais absolument pas, Raymond Richard. Un poème de Noël, donc, pour les enfants on va dire, mais dont le message m’a touchée !

Le plus beau cadeau

Noël ! Que nous apportes-tu
Dans tes bras si fragiles ? 
Un cheval ? Une automobile ? 
Un Pierrot au chapeau pointu ? 

Noël, que nous apportes-tu ? 
Nous apportes-tu dans ta hotte 
Des oranges, du chocolat, 
du pain d’épices, des nougats 
Des pralines, des papillotes ?
 

Qu’y a-t-il au fond de ta hotte ?
Des joujoux, bien sûr, c’est parfait 
Et c’est si bon les friandises ! 
Mais, dans tes menottes exquises 
Trouverons-nous d’autres bienfaits ? 
Noël, apporte-nous la Paix ! 

Raymond RICHARD

Je vous souhaites donc un réveillon de Noël aussi beau que possible dans les circonstances actuelles. Que Noël, Sol Invictus, nous apporte la lumière, la paix, et l’amour !

En mots et en images : Décembre 2018

Les mots…

Décembre… le mythe de Sisyphe // Hibernation // Rallumer les étoiles et installer les lumières de Noël pour mettre un peu de douceur et de chaleur dans le morne quotidien // Attendre la renaissance du soleil et de la lumière // Chaos, et pour une fois pas que dans mon âme // Je déclare officiellement ouvert le marathon des films doudou de Noël //  Blocage, et pour une fois pas que dans ma vie. Du coup je fais comme on me dit et reste au chaud chez moi // Les convulsions du monde // Lire près du sapin // Quelques courses de Noël (mais il manque des choses) // Le compte à rebours // Rituel de Nouvelle Lune // Du réconfortant // La coccinelle qui a élu domicile dans mon bureau et qui vient se poser à côté de moi quand je suis un peu triste (coccinelle : porteuse d’un message de chance et de bonheur, de métamorphose et d’amour) // Courses de Noël, acte I // Garder le cap, se concentrer sur la ligne d’arrivée, le sommet de la montagne, même si j’ai parfois l’impression qu’elle s’éloigne à mesure que j’avance // Courses de Noël, acte II // Ratisser large // Un pendentif en quartz rose // Secret Santa et paquets cadeaux acte I // Un sursaut d’énergie // Courses de Noël acte III et paquets cadeaux acte II // Besoin de lumière // Ecrire la fin // Yule ou le solstice d’hiver ou le combat douloureux de la lumière pour terrasser les ombres // Relire les petits papiers du bonheur. Presque tous portent son prénom // Courses de Noël, acte IV et dernier // Pleine Lune pour une fois apaisante // Les paquets sous le sapin // Sur la route // Joyeux Noël // Promenades régénérantes // Terroir // Attendre 2019…

Sur une idée originale de Moka

Les images…

En attendant Noël : le sapin

C’est toujours une activité très importante pour moi, décorer le sapin de Noël. Pas seulement parce que cela apporte un peu de gaîté dans ces jours les plus courts de l’année, où il fait nuit tout le temps surtout quand il pleut, mais aussi parce que ça a quelque chose de très symbolique : comme j’aime à le rappeler, le sapin (contrairement à la crèche) est une tradition païenne, liée à l’antique fête du solstice d’hiver : ces « fêtes de fin d’année », où l’ancienne année meurt pour être remplacée par la nouvelle qui commence alors que le soleil gagne son combat contre l’ombre (les jours commencent à rallonger) s’étendent de Samain/Halloween devenu Toussaint jusqu’à l’Épiphanie voire la Chandeleur (Imbolc). Qu’il s’agisse du paganisme celte, nordique ou latin, c’est bien lui, le soleil, qui est à l’origine de nos traditions : le 25 décembre, c’est le Dies Natalis Solis Invictis (sol invictus pour les intimes), jour de naissance du soleil invaincu (le dieu, qui est mort, renaît du ventre de la déesse). C’est donc bien la lumière la divinité qui est fêtée.

Bref, étant de plus en plus païenne, j’ai insisté particulièrement cette année, pour ma décoration du sapin (que j’ai un peu décalé spatialement pour le mettre davantage en valeur face à la fenêtre) sur les symboles cosmiques : la Lune, les Etoiles et bien sûr moult symboles solaires ronds et dorés (c’est déjà le cas d’habitude mais là c’est complètement assumé). Ce qui est bizarre, c’est que j’ai beau avoir mis les mêmes choses que d’habitude (j’achète une décoration par an) il me semble beaucoup plus consistant que d’habitude… Au sommet, j’ai mis un petit ange que j’ai acheté cet été, qui à la base n’était pas un sommet de sapin mais que j’ai un peu bricolé. Là encore, ça représente pour moi la lumière (et une protection dont j’ai bien besoin).

La bande originale, cette année, était une playlist hétéroclite, dans une odeur d’épices ; les nourritures terrestres : du chocolat chaud à la cannelle, et du Panettone traditionnel.

Joyeux Noël !

joyeux noël

Je vous souhaite un très très joyeux Noël (Dies Natalis Solis Invictis pour les intimes) : de beaux moments auprès de ceux que vous aimez, des souvenirs inoubliables et des rires partagés, de la lumière et de la douceur !

Le Bouquin de Noël

Bouquin de NoëlLa lumière est donc la véritable divinité attendue durant l’Avent et célébrée à Noël. C’est pourquoi on allume partout des bougies, on brûle des bûches dans l’âtre du foyer ; pourquoi on enflamme encore dans certaines régions du nord de l’Europe, des roues auxquelles on fait dévaler les collines ; pourquoi on illumine le sapin ; pourquoi on fête les saints lumineux de l’Avent ; pourquoi on dîne copieusement dans l’abondance retrouvée ; pourquoi on offre des cadeaux, signe précisément de cette abondance assurée par la lumière. « Sol invictus » Soleil invaincu, comme disaient les Romains qui créèrent au IIIe siècle cette nouvelle divinité, ultime tentative d’unification de tous les cultes de l’Empire. 

Comme c’est bientôt Noël (plus que deux dodos), c’est la période pour lire des histoires de Noël, et cette année la collection Bouquins nous aide à faire notre choix avec cette très riche anthologie de textes de Noël.

Mais avant de parler des histoires elles-mêmes, plongeons-nous dans l’introduction, dont la lecture devrait être obligatoire, puisqu’elle s’intéresse non seulement au rôle des célébrations de fin d’année dans l’imaginaire littéraire, mais aussi à leur origine dont elle rappelle le caractère païen, simplement recouvert d’un vernis chrétien qui n’a pas réussi à effacer les symboles profonds, et en particulier celui de la lumière. En réalité, ces « fêtes de fin d’année », où l’ancienne année meurt pour être remplacée par la nouvelle qui commence alors que le soleil gagne son combat contre l’ombre (les jours commencent à rallonger) s’étendent de Samain/Halloween devenu Toussaint jusqu’à l’Épiphanie voire la Chandeleur (Imbolc). Qu’il s’agisse du paganisme celte, nordique ou latin, c’est bien lui qui est à l’origine de nos traditions, notamment le sapin et le nom, Noël, qui vient du latin Natalis, naissance, mais pas naissance d’un bébé dans une étable : le 25 décembre, c’est le Dies Natalis Solis Invictis, dernier jour des Saturnalesjour de naissance du soleil invaincu, sur lequel le christianisme a placé sa propre symbolique pour s’imposer plus facilement. Il est bon de le rappeler, notamment à ceux qui vitupèrent contre la « paganisation » de Noël (ce qui fait bien marrer la païenne que je suis). Bref, je ne fais là que résumer des choses dont j’avais déjà parlé par ailleurs, notamment dans cet article, mais franchement, cette introduction est absolument passionnante et claire.

Suivent près de 1000p (que je n’ai pas toutes lues encore évidemment) de récits, contes, légendes, poèmes, dans lesquels grapiller à l’envi. Il y en a pour tous les goûts, de toutes les époques, de tous les pays et de toutes les sensibilités, des auteurs connus et d’autres moins, certains sont éminemment imprégnés de christianisme, d’autres plus fidèles au paganisme, ils vont du réalisme au fantastique, on y croise parfois esprits et sorcières. Classés en fonction du calendrier des fêtes de fin d’année et en sections thématiques pour les fêtes les plus riches littérairement, les textes permettent un beau voyage dans les différentes sensibilités et manières de célébrer ces cérémonies en fonction du lieu et du temps.

Un très beau livre à avoir dans sa bibliothèque pour avoir toujours une histoire à raconter en cette période propice au rêve et à la magie !

Le Bouquin de Noël
Edition établie et présentée par Jérémie Benoît
Robert Laffont, Bouquins, 2016