Sujet inconnu, de Loulou Robert : les maux et les mots

Sujet inconnu, de Loulou Robert : les maux et les mots

Je ne te vois plus mais j’écris. Je t’attends mais j’écris. Je me réveille, je te cherche mais j’écris. Je bois de plus en plus mais j’écris. Je vais mal mais j’écris. Chaque heure, minute, seconde ; j’écris. Tout est supportable puisque j’écris. Toujours au même café. Je ne sais pas vraiment de quoi je […]

Read More…

Qu’avons-nous fait de nos rêves d’enfant ?

L’autre jour, pour le Truc (qui décidément m’entraîne dans des réflexions existentielles sans fin) je réfléchissais à mes rêves d’enfants et à ce que j’en avais fait (je pense qu’on a là un des effets de la crise de la quarantaine, ne nous leurrons-pas). La question centrale, évidemment, était de savoir ce que la petite […]

Read More…
La fin des idoles, de Nicolas Gaudemet

La fin des idoles, de Nicolas Gaudemet

Je ferai prendre conscience aux candidats que courir après la célébrité les empêche d’être heureux. Je leur apprendrai à apaiser leur désir, à développer d’autres buts. Le jeudi après chaque prime, j’animerai un débat sur la société médiatique, avec des psychologues.  Peut-on guérir les humains du désir, et notamment du désir de célébrité, et mettre […]

Read More…
Professeur de désir de Philip Roth

Professeur de désir, de Philip Roth

Un dicton attribué à un égotiste des plus célèbres, Lord Byron, m’impressionne avec sa mellifluente sagesse et résoud en six simples mots ce qui commençait à m’apparaître comme un dilemme moral insurmontable. Avec une certaine audace stratégique, je me risque à le citer à haute voix à mes condisciples de l’autre sexe qui me résistent […]

Read More…
Les filles au lion, de Jessie Burton

Les filles au lion, de Jessie Burton

On ne connaît pas forcément le sort qu’on mérite. Les moments qui changent une vie — une conversation avec un inconnu à bord d’un bateau par exemple — doivent tout au hasard. Et pourtant, personne ne vous écrit une lettre, ou ne vous choisit comme ami, sans une bonne raison. C’est ça qu’elle m’a appris : vous […]

Read More…
Parties communes d'Anne Vassivière

Parties communes, d’Anne Vassivière

Et gâteau sous la cerise, son pot à miel ressemble à l’Origine du Monde de Courbet. Saisissant. Mme Duderval EST l’Origine du Monde. Elle est le chef-d’oeuvre inégalable de ma collection de tableaux érotiques vivants. Titien, Véronèse et même Raphaël n’ont jamais rien fait de plus beau. L’homme et la femme se rencontrent à l’intérieur […]

Read More…
Leonard Cohen le livre du désir

Le livre du désir, de Leonard Cohen

Maintenant que j’agonise Je ne regrette pas Un seul pas Lorsque Bob Dylan a eu le prix Nobel, j’ai dit : j’aurais préféré Leonard Cohen. L’Obs l’a dit aussi. Et plein de monde. J’ai toujours préféré les textes de Cohen à ceux de Dylan. Ils me touchent d’avantage. Et puis, Hallelujah est la plus belle […]

Read More…

L’Art d’aimer, d’Emmanuel Mouret

Le désir pousse en nous comme les feuilles à un arbre… Encore une découverte que je dois à la fonction « genius » de l’Apple Store, dont l’algorithme est tellement perfectionné qu’il me propose souvent des films dont je n’ai strictement jamais entendu parler, mais qui correspondent parfaitement et à mes goûts, et à mes envies. Quand […]

Read More…

Les Corps de Lola, de Julie Gouazé

Avoir les yeux bandés, c’est pouvoir rentrer à l’intérieur de soi-même et s’évader. Avoir les mains attachées, c’est s’envoler et voguer. Avoir un port d’attache et pouvoir y revenir toujours. Sans port, ce n’est pas la liberté, c’est l’errance. Tu l’enchaînes parce qu’elle est libre et qu’elle te permet de l’attacher. Par sa soumission, elle […]

Read More…

21 nuits avec Pattie, de Arnaud et Jean-Marie Larrieu

La vierge du 15 août arrange tout ou dérange tout… Un film que je voulais voir depuis sa sortie, à cause du casting (Isabelle Carré que je trouve toujours extraordinaire tout comme Karin Viard, et André Dussolier qui est tout de même un de mes chouchous) et aussi, j’avoue, des extraits avec Pattie racontant sans aucune […]

Read More…

Celle que vous croyez, de Camille Laurens

Je suppose que tu vas me trouver folle, mais souvent j’ai fait l’amour pour pouvoir écrire, enfin je faisais l’amour pour faire l’amour, mais il n’y a jamais eu de grande différence pour moi entre le désir et le désir d’écrire — c’est le même élan vital, le même besoin d’éprouver la matérialité de la vie. […]

Read More…

Les vies multiples d’Amory Clay, de William Boyd

Qui pourrait se targuer de percer à jour les passions humaines ? Une lubie me poussa à me demander si l’attrait sexuel que j’exerçais sur Charbonneau avait subtilement changé le comportement que j’adoptais en présence de Cleve. C’était la saison des amours, et il y avait un autre mâle dominant dans le voisinage. Je crois […]

Read More…

L’Amour à trois, d’Olivier Poivre d’Arvor

Nul doute que j’avais gâché l’année du plus aîné des amants d’Hélène en suivant son enseignement dans le grand amphithéâtre des sciences humaines. D’autant plus que j’allais lui devoir, bien malgré lui, la découverte du fameux désir mimétique. Ainsi cette phrase de René Girard que Mettel avait opportunément placée en exergue de son cours : […]

Read More…
Peindre ou faire l'amour

Peindre ou faire l’amour, d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Je me demande si la vie n’est pas faite de rares moments isolés d’une extrême importance et d’intervalles beaucoup plus nombreux dans lesquels ce n’est plus que l’ombre de ces moments qui plane autour de nous. C’est évidemment son titre poétique qui a attiré mon attention sur ce film qui avait totalement échappé à mon […]

Read More…

Closer, de Mike Nichols

We are happy. Are we ? J’ai été très surprise l’autre jour, en faisant un peu de rangement dans mes DVD, de tomber sur ce film, que j’avais vu en salle mais que je ne me souviens absolument pas avoir acheté (ni revu d’ailleurs) ensuite. Mais enfin, la vie a ses mystères insolubles, ne cherchons […]

Read More…

Some like it very hot…

Aujourd’hui, je vous propose une petite sélection de films chauds. Pas pornographiques, attention (je trouve les films pornographiques extrêmement ennuyeux et pas du tout excitants). Non. Des films suggestifs, qui font monter la température et donnent envie d’aller faire un peu d’exercice physique sous la couette (ou ailleurs). Des films, surtout, qui explorent particulièrement bien, […]

Read More…

80 notes ambrées, de Vina Jackson

C’était risqué, dangereux et follement excitant, et cela a alimenté chez moi l’idée que j’étais un être sexuel éthéré, à moitié humaine seulement, le reste n’étant qu’un mélange de phéromones et de désir, vivant réceptacle de la luxure. Vous savez combien j’aime cette série, même si, de fait, j’ai loupé le troisième tome, mais comme […]

Read More…

Risibles amours, de Milan Kundera

Nous traversons le présent les yeux bandés. Tout au plus pouvons-nous pressentir et deviner ce que nous sommes en train de vivre. Plus tard seulement, quand est dénoué le bandeau et que nous examinons le passé, nous nous rendons compte de ce que nous avons vécu et nous en comprenons le sens. La préparation de […]

Read More…

Un soir de décembre, de Delphine de Vigan

Ce soir je me suis assise à une table, j’ai posé devant moi ce bloc à petits carreaux et ce stylo plume que j’ai depuis l’âge de onze ans, qui traîne toujours au fond de mon sac. C’est sans doute la seule chose que je n’ai pas réussi à perdre. Ce soir, j’ai commandé une bière et j’ai […]

Read More…

Les Perroquets de la place d’Arezzo, d’Eric-Emmanuel Schmitt

Beaucoup de gens se protègent de l’amour. Ils vivent mieux sans. La plupart du temps, s’ils acceptent d’en recevoir, ils ne tiennent pas à en donner. C’est déstabilisant, l’amour, une percée contre l’égoïsme, la chute d’une citadelle, la mort d’un règne : un être compte plus que soi ! Quelle catastrophe… En plus, par cette […]

Read More…

Désirs et volupté à l’époque victorienne, au musée Jacquemart-André

Je n’étais jamais allée au musée Jacquemart-André. Ce n’est pas faute, pourtant, d’arpenter souvent le boulevard Haussmann. Mais, on pouvait s’en douter, cette exposition m’a irrémédiablement attirée, nonobstant le prix franchement excessif de l’entrée (11€, ce qui comprend aussi la visite de l’hôtel particulier, mais j’ai pris la détestable habitude de ne plus payer pour […]

Read More…

Appelez-moi par mon prénom

J’avais besoin de sentir battre la vie en moi, et ce battement passait par le corps de P. ou par l’idée que je m’en faisais. Ce roman est à nouveau une découverte que je dois à Lili, qui décidément me connaît bien et qui, se doutant que ce livre me plairait, me l’a offert. Et […]

Read More…