Pommes de terre auvergnates

Bon, là nous sommes d’accord que nous ne sommes que peu dans un plat de saison, nous sommes plutôt dans du terroir bien roboratif et plutôt automnal hivernal. A part que j’ai fait cuire les saucisses à la plancha et que la plancha c’est plutôt un truc d’été. Et les tomates. Donc ne faites pas comme moi et choisissez plutôt un jour au temps mitigé et non un jour de grosse chaleur pour essayer mais sinon foncez, c’est très bon, généreux, gourmand (de toute façon on l’aura compris : j’aime la cuisine généreuse) !

Pour deux personnes
Qu’est-ce qu’il nous faut ?
Pommes de terre auvergnates
– 2 belles pommes de terre
– 120g de bleu d’Auvergne (ou autre bleu)
− quelques petites tomates cerises (ou 1 tomate)
– deux grosses cuillères à soupe de fromage à la crème ou de crème fraîche
– du gruyère râpé
– Quelques brins de ciboulette (ou autre)

Comment on fait ?

– Laver les pommes de terre et les mettre une quinzaine de minutes dans une casserole d’eau bouillante.
– Pendant qu’elles cuisent, laver et couper les tomates en petits dés, laver et ciseler la ciboulette, couper le bleu et morceaux, et mélanger le tout avec le fromage.
− Égoutter les pommes de terre, leur faire un petit chapeau, les évider et garnir avec la préparation au fromage. Parsemer de gruyère râpé puis mettre le tout dans un plat à gratin, avec un peu d’eau.
– Mettre au four préchauffé à 180° pendant une dizaine de minutes. En profiter pour cuire les saucisses, si vous accompagnez avec des saucisses (de mon côté des saucisses au vin blanc de mon artisan boucher). C’est pas hyper photogénique parce que ça s’écrase tout, mais c’est divin !

Pommes de terre auvergnates

Chez Syl

Saint-Félicien rôti aux noix

Une recette qui m’a été inspirée par le livre dont je vous parlais l’autre jour, Au coin du feuComme on l’aura remarqué, ce que j’apprécie en hiver, c’est la cuisine conviviale et réconfortante, et notamment tout ce qui est à base de fromage fondu : je me suis donc inspirée d’une recette présente dans le livre, mais je l’ai totalement adaptée. Et c’est on ne peut plus simple !

Pour deux personnes 

Qu’est-ce qu’il nous faut ?

− un saint-félicien ou un saint-marcelin fait mais pas trop
− quelques noix
– 5cl d’alcool (pour ma part, j’ai mis de l’eau de vie de prune artisanale)

Comment on fait ?

− Mettre le fromage dans une cassolette un petit peu plus large que lui
– Le piquer de noix
− Verser l’alcool sur les bords et laisser un peu s’imprégner

Saint-Félicien rôti aux noix
– Enfourner 15 min à 200°
– Déguster comme le Mont d’Or, pour ma part avec du bon pain (que l’on peut faire griller si on veut) !

Saint-Félicien rôti aux noix

Je ne vous avais pas dit que c’était simple ? Gras, incontestablement une faillite nutritionnelle, mais simple, bon et réconfortant !

By Syl

La truffade

L’autre soir il faisait froid, j’avais de la tome fraîche au frigo, donc je me suis dit que j’allais faire de la truffade. Un mot sur la tome fraîche : c’est une galère a trouver, les fromagers n’en ont que rarement, mais on en trouve a priori à Carrefour. J’en ai toujours au congélateur, car elle ne sert pas seulement pour la truffade et l’aligot, mais on peut aussi la mettre sur une pizza ou pourquoi pas avec une raclette. Bref : un produit que j’ai découvert récemment, et dont je suis devenue adepte. Quant à la truffade, il ne s’agit pas du tout d’un plat à base de truffes : son nom vient des appellations de la pomme de terre en occitan auvergnat, trufa ou trufla. Très simple, la truffade était le plat unique que l’on servait le jour de la batteuse dans le Cantal, parce qu’il tient bien au corps, réchauffe, et utilise des ingrédients qu’on trouvait facilement. Et puis, c’est convivial.

Pour quatre personnes à peu près

Qu’est-ce qu’il nous faut ?

Truffade− 1kg de pommes de terre
− 500g de tome fraîche de l’Aubrac
– du lard, de la graisse de canard, ou si vous n’avez pas, de l’huile neutre
– sel, poivre
– apparemment on peut mettre de l’ail sans que ce soit considéré comme un crime, moi je n’en mets pas car ça dénature le goût du fromage ; par contre mettre des lardons est passible d’un procès, vous serez prévenus
– en accompagnement : du jambon, de la saucisse, de la salade

Comment on fait ?

− Eplucher les pommes de terre, les couper en dés de 2cm environ
– Dans une cocotte en fonte (à défaut, une poêle, mais enfin c’est plus traditionnel dans une cocotte en fonte) faire fondre la matière grasse et faire revenir les pommes de terre pendant une vingtaine de minutes en les remuant régulièrement. Saler et poivrer
− Couper la tome en tranches fines
– Sans cesser de remuer, introduire le fromage. Et c’est là que ça se corse même si le plat est auvergnat : votre feu ne doit pas être trop fort car le fromage ne doit pas seulement fondre, mais « filer » (normalement sur plus d’un mètre).

Truffade

– Pour servir, plusieurs solutions : soit vous posez la cocotte sur la table, soit vous mettez les portions de truffades dans des petites cocottes (c’est un peu moins rustique) ; en accompagnement : jambon sec, salade, saucisses ou ce que vous voulez !

TruffadeComme je suis assez satisfaite de ma truffade, la prochaine fois (très vite) je me lance dans le un peu plus technique aligot !

By Syl