Instantané : mon jeu de tarot

La semaine dernière, je vous avais promis de vous présenter mon tarot dès que je l’aurais reçu. Chose promise, chose due : le voici. J’en suis totalement amoureuse tant il est beau, tant il vibre fort.

En fait, il me faisait envie depuis qu’il est sorti. Il a été créé par Cocorrina, dont j’avais acheté le journal des rêves, et vraiment, ce qu’elle fait est tellement beau, tellement à la fois esthétique, puissant et élégant que j’ai directement eu le coup de foudre pour ce tarot basé sur le féminin divin. J’avais même failli le précommander, mais je m’étais raisonnée à l’époque en me disant que je n’y connaissais rien en tarot et que je le voulais juste parce que les cartes sont de véritables œuvres d’art. Bon, avec le recul, je me dis que c’est probablement plutôt que je commençais à avoir envie d’apprendre le Tarot.

Et puis, dès le début de mon apprentissage, je me suis dit qu’il me fallait un jeu complet, et pas seulement les arcanes majeures. Et évidemment, c’est celui-là que je voulais, mais j’ai résisté un peu, parce qu’il n’est franchement pas donné. J’ai essayé de trouver quelque chose qui me plaisait, qui m’appelait, mais à un prix plus raisonnable, même si dans les faits c’est aussi un investissement, car j’ai un projet avec le tarot. Et puis j’ai fini par craquer, parce que c’était celui-là et aucun autre.

Et vraiment je ne le regrette pas : il est vraiment magnifique. J’ai choisi la version nocturne, noire et dorée. Les cartes sont de très belle qualité, rigides, fabriquées en Europe, les dessins sont d’une créatrice indépendante, tout le monde ne l’aura pas. Et le livret qui accompagne le jeu est un vrai petit livre, à la fois complet et clair, donc je suis ravie de cette beauté !

Le journal des rêves

Les rêves et moi, c’est une histoire longue comme ma vie. Je suis hyperonirique (c’est-à-dire que je rêve dans toutes les phases de mon sommeil, du moment où je m’endors à celui où je me réveille), ils sont souvent assez clairs au niveau du sens, et je m’en souviens plutôt bien la plupart du temps. Certains m’ont même tellement marquée que des années après, je m’en rappelle aussi parfaitement que d’événements vécus. Je vous ai déjà parlé de celui que j’avais fait, adolescente, dans lequel je découvrais que j’étais une extra-terrestre et que je partais pour rejoindre ma planète en traversant une forêt de symboles. Par contre je ne crois pas (mais c’est possible que si) vous avoir raconté celui que j’ai fait il y a deux ans, la veille d’un événement totalement inattendu vu les circonstances et qui a bouleversé toute ma vie, en tout cas intérieurement : j’achetais une grande maison, et je cassais tout à l’intérieur pour tout refaire (ceux qui s’y connaissent en interprétation des rêves, à lire ça, on sans doute esquissé un petit sourire). En ce moment, je rêve souvent de bébés (qui parfois représentent mon enfant intérieur, d’autres fois mes projets).

Quand j’étais adolescente, je faisais aussi beaucoup de rêves prémonitoires, mais à part le rêve de la maison raconté ci-dessus, je n’en fais plus. Il faut dire que ce n’était pas très utile, vu que j’étais simplement avertie de ce qui allait se passer mais ne pouvais rien y changer.

Cette année, j’ai décidé de travailler encore davantage avec mes rêves, avec un carnet spécial (je ne suis plus à un carnet près). J’avais déjà essayé, de noter mes rêves et de les analyser, notamment après la lecture de L’Art de rêver de Nicole Gratton. J’ai d’ailleurs toujours ce carnet. Mais là j’ai décidé d’être encore plus efficace : je me suis offert un beau carnet spécial qui me tentait depuis des semaines : The Dream Journal de Cocorrina.

Cocorrina est une illustratrice dont j’ai découvert par hasard le travail sur Instagram (elle fait de sublimes gifs) et qui m’enchante tant son univers me correspond parfaitement. Donc j’ai commandé ce journal des rêves, qui non seulement est absolument sublime, mais parfaitement adapté à la lecture des rêves.

 

 

Le journal des rêves
Le journal des rêves

Chaque double page s’organise de manière à tirer le meilleur parti des rêves. D’abord la date, les heures de sommeil et le titre du rêve (c’est très important de donner un titre, car le titre qui va « venir » est déjà un début d’interprétation. Ensuite la phase de la Lune (je compléterai par le signe dans lequel elle est, et à quoi ça correspond en me servant des Gardiennes de la Lune de Stéphanie Lafranque) et les émotions ressenties. Enfin, concernant le rêve proprement dit : les symboles et sentiments importants, et le récit/interprétation (à ce sujet, je déconseille fortement les clés des rêves : je trouve au final le Dictionnaire des symboles de Chevalier et Gheerbrant chez Bouquin, de toute façon un outil indispensable, beaucoup plus éclairant). Enfin on coche pour indiquer s’il s’agit d’un rêve récurrent et/ou lucide.

Voilà, je suis ravie de mon outil qui va peut-être me permettre de mieux comprendre certaines choses, et qui en plus sera joli sur ma table de nuit !

Et vous, vous avez quelle relation avec vos rêves ?