(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire, de Stéphanie Pélerin

StephieIvana n’avait pas conscience d’être une jolie femme. Elle possédait pourtant de nombreux atouts : elle était grande, avait une abondante chevelure frisée et une jolie paire de seins généreux. Persuadée d’avoir un visage ingrat, elle avait toujours pensé ne devoir son succès avec les hommes qu’à son appétissante poitrine. A l’adolescence, ses photos de classe en témoignaient, elle avait manqué de goût pour s’habiller, se maquiller et se coiffer. Il suffisait de comparer son look à celui de ses copines pour comprendre à quel point elle avait pu être en décalage. Quand les hommes avaient commencé à la séduire, quelques années plus tard, elle en avait tout simplement conclu que c’était parce qu’elle n’était pas farouche et avait saisi l’aubaine de ne plus être seule. La jeune femme avait toujours vu comme une chance que l’on puisse s’intéresser à elle.

Quand ma copine Stephie sort son premier roman, dont j’ai suivi de loin en loin l’aventure éditoriale, forcément, je lis. Vous auriez fait quoi, à ma place ? D’autant que la couverture représente un cocktail, parfaitement assorti à mon vernis à ongles qui plus est !

Après 8 ans passés avec Baptiste, Ivana se retrouve célibataire du jour au lendemain ; l’homme a, en effet, peut-être « rencontré quelqu’un ». Classique. Mais se remettre sur le marché quand on a dépassé la trentaine, qu’on a quelques kilos en trop et qu’on manque cruellement de confiance en soi, ce n’est pas si simple…

Voilà un roman absolument parfait pour l’été : c’est léger comme une petite bulle de champagne et tout aussi pétillant, et c’est drôle : Ivana est tout de même un sacré numéro, à la fois totalement décomplexée dans la manière dont elle assume ses désirs, et touchante dans son manque de confiance en elle. On prend plaisir à la voir évoluer, se reprendre en main, commettre des erreurs, se poser des questions. On s’amuse de la belle brochette de spécimens de  foire tous plus pathétiques les uns que les autres qu’elle rencontre. Et puis on fond, parce que le roman est au final, bien sûr, très optimiste, et réaliste, parce que celui qu’elle rencontre et qui fait battre son coeur, c’est un homme normal, tel qu’on en croise partout (enfin moi non, mais ce n’est pas le sujet).

Bref : ne partez pas en vacances sans ce roman !

(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire
Stéphanie PÉLERIN
Mazarine, 2016

Lu par Jérôme, Antigone

Dress code et petits secrets 2, l’aventure américaine de Marianne Levy

Dress codeAprès avoir été anorexiques pratiquantes, ayatollahs du bio, fanatiques des pattes de moutons puis de celles d’éléphants, les New-Yorkaises s’étaient toutes mis en tête de devenir Parisiennes. Le chic ultime consistant, bien sûr, à y parvenir sans y consacrer plus de la moitié de la journée. Preuve irréfutable qu’en 2014, les Américaines sont toujours optimistes puisque même pour nous, Françaises, être Parisiennes, c’est l’équivalent de trois jobs à temps plein. 

C’est l’effet fêtes de Noël : en ce moment j’ai envie de trucs légers, girly, drôles. Pas que, mais enfin, le fait est que ça fait un bien fou. Et cela tombe bien, puisque le tome 2 de Dress code et petits secrets vient de sortir, et qu’il se passe à la période de Noël.

Dans ce deuxième volume, nous retrouvons donc Capucine et ses copines qui, fortes du succès de leur blog de mode, Chic.com, se lancent à l’assaut du marché américain avec un livre de conseils. Capucine se retrouve donc en éclaireuse à New-York, s’apprête à faire sa première télé et donner sa première conférence de presse sous la houlette de la papesse des relation publique (une vieille harpie insupportable), mais tombe par hasard sur Gédéon, son crush écrivain. Pour l’impressionner, elle se met en tête d’écrire un roman en hommage à James McCoy, le grand écrivain américain et idole de Gédéon.

Ne boudons pas notre plaisir : ce deuxième tome, beaucoup plus abouti que le premier, est un vrai concentré de fraîcheur et d’humour à la Sex and the City. Les péripéties s’enchaînent grâce à la maladresse assez pathologique de Capucine, qui a quand même un don pour se fourrer dans des situations impensables, d’autant qu’ici elle se pique de devenir écrivain pour séduire un homme, ce qui est très mignon. Des copines, des fringues et du shopping, des hommes graourr, ça me convient parfaitement comme programme de Noël !

Dress code et petits secrets 2, l’aventure américaine
Marianne LEVY
(et en prime, vous pouvez télécharger gratuitement le guide de survie avant noël…)

L’homme idéal (en mieux), d’Angela Morelli

1521764_789471707745091_352952093_nYa que toi pour trouver une nana dans une librairie. En même temps, le ratio joue en ta faveur, non ? Combien de mecs fréquentent les librairies ?

Quoi de mieux, en cette période de noël, qu’une petite comédie romantique qui se passe justement vers Noël, à la couverture délicieusement girly, et où l’on fait la connaissance d’un homme tel que j’aurais bien aimé en trouver un exemplaire dans mes escarpins Jimmy Choo hier matin ?

C’est l’histoire d’Emilie. Prof de lettres, elle est séparée de Diego depuis dix-huit mois, et les loyers parisiens étant ce qu’ils sont, elle s’est installée avec sa fille Elizabeth en collocation chez son amie Clara, qui tient une librairie. Et c’est justement dans cette librairie qu’elle croise Samuel, le père d’un de ses anciens élèves…

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman qui me donne autant la pêche. Ici, tout est délicieux, à commencer par le personnage d’Emilie, en laquelle je pense nombre d’entre nous se reconnaîtront. Adorablement maladroite, elle sème gants et écharpes comme le petit poucet ses cailloux, classe les livres de sa bibliothèque par ordre autobiographique et profère à longueur de journées des jurons d’une totale inventivité poétique, allant de « jarnidieu » à « par le marteau de Thor », en passant par « par la tête de saint Jean-Baptiste », ce qui, vous en conviendrez, est beaucoup plus original que le « putain » dont nous nous contentons souvent. Emilie et ses trois copines forment une bande qui n’est pas sans rappeler Sex and the city : totalement décomplexées, elles parlent des hommes en buvant des cocktails, possèdent une échelle Hugh Jackman de la bogossitude, donnent des prénoms à leurs sex toys et matent régulièrement Love Actually ; on a envie de les adopter. Quant à Samuel, il est tout simplement parfait, beau comme Bradley Cooper, intelligent et cultivé, gentil et attentionné, bref, l’homme idéal, rien de moins. L’histoire entre eux est mignonne comme tout, c’est plein de références littéraires (ou pas très littéraires), il y a bien sûr quelques scènes croustillantes à souhait et bien écrites, et je vote pour que ce roman soit adapté au cinéma. Voilà.

L’Homme idéal (en mieux)
Angela MORELLI
Harlequin, 2013 (pour l’instant uniquement en numérique, mais si ça marche il y aura une version papier).

Du même auteur je vous conseille également Sous le gui, à télécharger gratuitement jusqu’au 3 janvier !

Lu par Cuné, Cath Ulu, Karine, Stephie, Leiloona

Dress code et petits secrets, de Marianne Levy

9056294077_a186037fed_o

Dans le guide Savoir reconnaître un signe, j’avais découvert l’importance capitale de croire en soi. C’est-à-dire à tout ce qui nous venait à l’esprit de manière persistante. Si je pensais trois semaines de suite à la chouette petite robe noire fondamentalement différente des onze autres que comptait déjà mon dressing, c’est qu’elle était faite pour moi. Gédéon revenait souvent dans mes pensées. Chaque fois que j’apercevait un costume noir, j’avais envie de courir à la librairie du Big Store dans l’espoir de le croiser. Moi qui détestait courir, je passais désormais le plus clair de mon temps sans talons. C’était bien un signe, non ?

Capucine, la trentaine, vit avec son riche mari dans un immeuble cossu de Saint Germain des prés. Adepte du shopping, elle passe le plus clair de son temps au Big Store. C’est là qu’elle rencontre le beau Gédéon, écrivain, et Karine, qui devient rapidement sa meilleure amie et avec qui elle décide de créer Chic, blogueuse qui devient vite une star et une icône du style parisien. Lorsque Chic est invitée à participer à un nouveau show télévisé intitulé Blog Story, tout se complique…

C’est (bientôt) l’été, et donc la saison des lectures légères comme le sable qui s’envole dans la brise (oui, je suis poète). Et cette petite lecture est parfaite lorsqu’on a des envies de comédies romantiques sans prise de tête : c’est très très drôle, émaillé de très bonnes trouvailles comme les conseils parfois farfelus des livres de développement personnel dont Capucine est adepte, c’est très fifille, et assez bien vu concernant d’une part la blogosphère mode avec la starisation de certaines filles, et d’autre part sur la télévision, avec le producteur odieux et se prenant pour le maître du monde, les coups bas et les poignards dans le dos. Marianne Levy est journaliste télé, ceci expliquant évidemment cela. Je me suis beaucoup attachée à Capucine, dans laquelle je me suis beaucoup reconnue. Après, c’est un premier roman, qui manque un peu de développement, certains épisodes étant à mon goût trop rapidement traités, notamment la fin. Peut-être aussi aurait-on aimé que soient intégrés quelques articles du fameux blog. Mais l’ensemble tient la route, c’est une agréable comédie romantique comme je les aime, qui permet de passer un bon moment.

Dress code et petits secrets
Marianne LEVY
ebook disponible sur Amazon, iBookstore, Kobo et Smashwords