Favoris de Novembre

On l’a dit, novembre est un mois compliqué pour tout le monde, et en particulier pour moi. Mais, tout de même, certaines petites choses sont venues lui apporter un peu de lumière et de douceur :

1. Les fermoirs de superposition : peut-être que vous connaissez cet objet depuis mille ans, mais pour ma part je viens de le découvrir. C’est un petit accessoire tout simple, qui ne coûte rien, et qui change littéralement ma vie en me permettant de porter mes colliers préférés. C’est un fermoir aimanté, auquel on accroche ses colliers, ce qui permet d’en porter plusieurs sans qu’ils s’emmêlent, ce qui est déjà merveilleux. Mais l’avantage, pour moi, est le système aimanté : accrocher un coller le matin quand on part, c’est vraiment l’opération qui me met les nerfs en pelote, car je n’y arrive que très difficilement, et la plupart du temps je finis par renoncer, ce qui est très frustrant. Là, grâce à l’aimant, c’est attaché en 2 secondes, et comme ça rallonge un petit peu les colliers, cela me permet de porter celui de mon arrière grand-mère, qui était un peu court et que je ne parvenais absolument pas à mettre. Et l’aimant tient bien, donc pas de risque de perdre les bijoux.

2. La bougie Yankee Candle à la cannelle : en général, je n’aime pas beaucoup cette marque, je trouve que ça ne sent pas grand chose. Sauf celle-ci, qui sent Noël, les épices, et qui est un ravissement olfactif : c’est vraiment une de mes préférées des saisons intérieures.

3. Le chocolat Merveilles du Monde : c’est la meilleure nouvelle de cette fin d’année, le retour de ce chocolat mythique de notre enfance, avec ses images à collectionner. Il revient grâce à une marque indépendante et éthique, probablement en mars, et il est probable que ça fasse un carton tant depuis des années il manquait à tout le monde. J’ai hâte de croquer à nouveau dans un lion (tous les carrés de chocolat avaient le même goût, et pourtant on avait tous notre préféré : quel était le vôtre, tiens ?) et de voir quels souvenirs reviennent…

4. L’Ecole du Bien et du Mal (Netflix) : un petit film dont je n’attendais pas grand chose mais qui m’a permis de passer une bonne soirée. Les costumes sont somptueux, et j’ai trouvé le propos assez intéressant concernant l’amour, l’amitié et l’origine du Mal. C’est plutôt orienté ados, mais les adultes s’y retrouvent aussi, je pense.

5. Et enfin deux séries, toujours sur Netflix :
– La saison 5 de The Crown que j’attendais avec une impatience teintée d’appréhension : Imelda Staunton pour moi c’est l’abominable Dolores Ombrage, et j’avais un peu peur de ne pas parvenir à passer outre. Et bien, pas du tout : elle est absolument parfaite dans le rôle d’une reine vieillissante, et fragilisée par tous les événements douloureux qui émaillent le début des années 90. Ce n’est pas la meilleure saison, mais j’ai tout de même passé plusieurs excellentes soirées à la regarder : le scénario est un peu faible par moments, mais en revanche les acteurs sont extraordinaires, et j’ai vraiment beaucoup aimé le personnage du Prince Philip, joué par Jonathan Pryce, qui se révèle ici très touchant et humain. J’ai juste un bémol concernant Dominic West en Prince Charles : il est excellent, ce n’est pas le problème, mais il est trop beau…
Wednesday : la série de Tim Burton consacrée à Mercredi Addams. J’ai adoré l’univers proposé, et surtout, j’ai adoré l’évolution du personnage, qui s’ouvre petit à petit aux émotions, apprend à être avec les autres et à accepter d’avoir besoin d’eux. Beaucoup de synchronicités avec mes expériences actuelles, on va dire…

Voilà. Et vous, qu’avez-vous aimé en ce mois de novembre ?

Favoris d’octobre

Je ne sais pas vous, mais moi j’aime bien cette petite liste de favoris mensuels, qui me permet non seulement de revenir sur des découvertes sympathiques, mais aussi de vous parler de trucs que je n’aurais pas su où caser sinon.

1. Je commence par le truc qui est en train d’améliorer clairement mon quotidien : les loop earplugs experience. Comme vous le savez peut-être, qui dit hypersensibilité (émotionnelle) dit aussi hyperexcitabilité sensorielle. Tous les stimuli sont amplifiés, un peu comme dans cette série que vous connaissez peut-être et que j’adorais, The Sentinel. Cela se traduit au niveau de la lumière, des odeurs (surtout les mauvaises…), et donc du bruit, et j’avoue que les bruits ambiants ont tendance à me rendre toquée. On pourrait croire que ça irait en s’améliorant avec l’âge, mais j’ai plutôt l’impression que c’est le contraire. Et comme la vie est compliquée, je ne supporte pas non plus les boules quies ou les casques antibruit, qui m’isolent trop, et si je n’entends rien, je me sens en danger (oui, même confortablement installée dans mon bureau). Et là, je suis tombée sur ce dispositif qui fait exactement l’inverse des dispositifs pour malentendants qui amplifient les bruits : il les atténue. Vous entendez la personne qui vous parle, vous entendez le bruit de fond, mais comme si vous aviez, avec une télécommande, baissé le son. Cela fait comme un petit bouchon, que vous adaptez à la taille de votre oreille (l’objet est livré avec plusieurs tailles) (oui parce qu’en plus j’ai des oreilles petites, et les écouteurs ne tiennent pas et me font mal), et à l’extérieur cela fait un petit anneau assez décoratif. J’ai choisi la version Experience, plutôt pour la journée (certains dorment avec, j’ai essayé un soir de musique trop forte chez les voisins, en effet je n’étais plus gênée par le bruit mais l’anneau, rigide sur cette version, me faisait mal), mais je vais aussi investir dans la version nuit. Ceci n’est ni sponsorisé ni rien, je les ai achetés moi-même, je précise.

2. Une boisson dont j’ai complètement oublié de vous parler dans mes favoris de l’été : Gimber. Je ne sais pas vous mais moi, le soir, j’aime beaucoup m’accorder un petit plaisir gustatif, soit pour écrire, soit juste comme ça. Un truc bon, genre apéritif, mais on est d’accord qu’on ne peut pas boire l’apéritif tous les jours. Je me suis donc lancée dans la recherche d’apéritifs sans alcool, dont le marché est en train d’exploser, et je suis tombée, dans mon magasin bio, sur cette marque qui propose donc une boisson au concentré de gingembre, à allonger avec de l’eau gazeuse où, comme je préfère, avec de la limonade. C’est délicieux, vraiment rafraîchissant (alors évidemment, j’en ai surtout bu en été), le goût est très curieux mais j’aime beaucoup. Ceci n’est pas sponsorisé non plus.

3. L’autre jour, je me suis offert un plaisir absolu : je me suis racheté une Bougie Diptyque Pomander. Je ne vais pas m’étaler parce que j’en ai déjà parlé, mais vraiment, c’est l’une de mes bougies préférées de tous les temps (et les bougies parfumées, c’est quelque chose d’essentiel pour moi : j’ai besoin que ça sente bon), l’odeur est émerveillante, elle dure longtemps et se diffuse parfaitement. Malheureusement, je ne suis pas non plus sponsorisée par Diptyque mais j’aimerais beaucoup (je dis ça au cas où…)

4. Un film maintenant, qui commence à dater un peu mais que je n’avais jamais vu : Colette de Wash Westmoreland. Parce que je suis toujours dans ma période Colette et vraiment, j’ai passé un moment merveilleux avec ce film, Keira Knightley fait une Gabrielle extraordinaire, j’ai adoré cette plongée dans l’entrée en écriture de l’autrice. Et les costumes sont d’une beauté rare.

5. Et enfin, deux séries, toutes deux sur Netflix :
L’Impératrice, qui nous raconte l’histoire de Sissi mais sans meringue et sur un ton plus réaliste. J’ai eu un peu de mal à suivre au niveau de la chronologie, le temps n’est pas très bien marqué, mais j’ai beaucoup beaucoup aimé cette jeune impératrice et sa soif de liberté, son histoire d’amour avec François-Joseph, les difficultés de leur couple. Et ses costumes. La robe de mariée, mais vraiment, elle est à tomber.
Les tribulations culinaires de Phil, dont je vous parlais le mois dernier et dont la saison 6 vient de sortir : je suis toujours aussi fan de la joie et de la gourmandise qui se dégage qui se dégage de cette série documentaire, avec une touche d’émotion puisque dans le dernier épisode il rend hommage à ses parents tous deux décédés au cours des saisons précédentes, et auxquels on s’était attachés. J’ai versé ma petite larme.

Et je ne vous parle pas bien sûr de tout ce qui m’a mise en joie niveau promenade et cuisine, avec le grand retour des plats à base de fromage fondu ! Et vous, qu’avez-vous aimé ce mois-ci ?

Instantané #121 (bougie polysensorielle)

Cela faisait quelque temps que j’avais envie d’une bougie dans un pot en verre ambré, parce qu’il se trouve que je trouve ça très joli, et qu’en ce moment je mets du verre ambré partout dans ma salle de bain, où ira le pot lorsque la bougie sera terminée. A la faveur d’une publicité sponsorisée, mon cœur a fait boum pour cette jolie marque, wabi-sabi : des bougies fabriquées artisanalement en Bretagne, en cire de soja végétale, et avec une mèche en bois. Et à un prix pas du tout délirant. Restait l’odeur : toquée de bougies parfumées comme je suis, j’avais il y a quelques années fait un test comparatif sur le sujet et je sais bien que là se trouve souvent le souci (ça ne sent pas). J’ai choisi l’odeur n°6, « voyage à Séville », certains vont dire que je suis un peu masochiste (Séville était la destination que j’avais prévue cette année pour mon excursion estivale) mais j’ai surtout choisi le mélange orange/cannelle qui pour moi est une parfaite odeur de Noël.

Bilan: la bougie est très jolie, et satisfait donc pleinement ma vue même si les pots (munis d’un couvercle : ça sera donc vraiment parfait pour la salle de bain) sont un peu petits dans la contenance 90g, la prochaine fois je prendrai la 150g). L’odeur est merveilleuse, prononcée, mon âme voyage sur ce parfum. La mèche est en bois, ça crépite un peu, j’aime beaucoup. Et même si c’est petit, une bougie, ça réchauffe l’atmosphère.

Je suis donc ravie de cet achat qui stimule tous mes sens et on sait combien c’est important pour moi, et que j’en ai besoin en ce moment.

Les bougies parfumées

Les bougies parfumées et moi, c’est une grande histoire d’amour : si, en été, je n’en utilise pas trop, dès que viennent les vilains jours tout moches tout gris tout déprimants, je ne peux plus m’en passer, à la fois pour l’odeur qui parfume la maison, et pour la flamme qui danse et qui apporte chaleur et lumière (pour ceux qui n’ont pas de cheminée). Mais quand même, surtout pour l’odeur : je suis un être olfactif, je suis très sensible aux parfums, et j’ai un besoin viscéral que ça sente bon (par contre je n’aime pas l’encens).

Mais je trouve qu’il est difficile de s’y retrouver, tant des bougies parfumées, il y en a de toutes les sortes et à tous les prix. Aussi, après des mois de test (non sponsorisés), je vous propose une petite revue de ce que j’ai essayé, et aimé (ou non) :

On commence par ma grosse déception, Yankee Candle : j’en avais entendu tellement de bien, j’avais vu tellement de fans ultimes, que j’avais très envie d’essayer, alléchée par le prix plus que raisonnable. Alors effectivement, elles ne sont pas chères, mais j’ai trouvé que cela ne sentait strictement rien du tout, donc je ne vois pas bien l’intérêt (et je ne comprends pas bien, du coup, l’addiction de certaines, mais passons)…

C’est mon seul échec, les autres sont de bonnes, voire très bonnes surprises :

Les bougies Les Lumières du temps, je les ai découvertes totalement par hasard dans une petite boutique de décoration que j’adore au Cap-Ferret, et j’ai été séduite à la fois par le prix raisonnable (13,90€/180g) et l’originalité des parfums proposés. Elles passent parfaitement le test : l’odeur est assez présente, elles durent longtemps, donc très bon rapport qualité-prix !
lumières du temps

La Manufacture des senteurs, c’est la gamme de parfums d’ambiance de la Chaise Longue. Là encore, un bon rapport qualité/prix (22€/180g) : le parfum est agréable et assez puissant sans être envahissant, elle dure longtemps, bon produit !
manufacture des senteurs

Illume : je n’ai testé qu’une fois, par hasard puisqu’elle était dans mon calendrier de l’Avent Exploratology l’an dernier, et j’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé. Par contre, j’ai l’impression que c’est un peu compliqué à trouver (et la photo est dégueulasse, je sais)…

Et maintenant, attention, on entre dans le un peu plus haut de gamme, plus cher donc (encore que, pas tant que ça pour la première). Et d’abord, mon dernier coup de coeur en date, et vous allez comprendre très vite pourquoi c’est un coup de coeur : Rewined. Ce sont des bougies entièrement artisanales, coulées dans des bouteilles de vin recyclées que l’on a coupées, cachetées et datées avec les initiales de la personne qui l’a fabriquée (à Charleston : j’aime bien l’idée que quelqu’un aux USA a fabriqué cette bougie juste pour moi). Elles portent des noms de vin : Pinot noir, Cabernet, Merlot et bien sûr, Champagne. Evidemment, elles ne sentent pas le vin, et j’ai envie de dire heureusement : celle au Champagne par exemple sent plutôt le raisin blanc, le miel, le pain chaud, avec de légères notes d’agrumes. Même éteinte, elle embaume délicatement. Et elles durent longtemps : j’ai la mienne depuis plusieurs semaines, et elle dure encore. Une fois qu’elle sera terminée, le contenant fera un joli petit vase, ou un vide poche ! Bref : coup de coeur !
Rewined

Et puis la dernière, le must, celle vers laquelle je reviens toujours malgré le prix un peu élevé parce que la qualité est là et aussi qu’à force de les utiliser (Pomander et Tubéreuse) et bien c’est devenu l’odeur de chez moi : je veux parler bien sûr de Diptyque. D’ailleurs, le premier objet que j’avais acheté pour mon nouvel appartement, c’était le photophore en verre. L’odeur est divine (et elle embaume même éteinte), la qualité excellente, donc elle vaut son prix (46€/190g), en tout cas selon moi !

Après il y a d’autres marques évidemment : chères comme Astier de Villate (je n’ai pas trouvé de senteur qui me plaisait vraiment) ou Trudon (j’achète toujours les bougies en boutique au moins la première fois parce qu’il faut vraiment que je sniffe d’abord et je ne suis jamais tombée dessus) ; pour Durance, j’ai eu peur que ça fasse pschitt comme Yankee Candle. Il y a aussi l’Artisan Parfumeur :  avant de découvrir Diptyque je faisais un usage considérable de leur senteur Mûre sauvage, mais ça me perturbe car elle ressemble beaucoup à leur parfum Mûre et Musc qu’il m’arrive de porter ; sans compter que je ne les trouve pas facilement.

Et vous, vous aimez les bougies parfumées ?

Coffee table : une table basse chaleureuse et accueillante

Table basse

Je ne sais pas vous, mais je trouve que la table basse est un élément particulièrement important dans la décoration d’un salon, car elle participe à l’aspect accueillant et chaleureux du lieu. Elle sert d’ailleurs à beaucoup de choses : prendre le café (les anglo-saxons l’appellent d’ailleurs coffee table) le thé ou l’apéritif, manger (je prends mes repas du soir sur ma table basse) mais tout simplement, aussi, faire joli. Les gens y apportent beaucoup de soin, comme on peut le constater sur Pinterest, même si je trouve que certaines manquent un peu de vie.

Le but ? Une table basse accueillante et chaleureuse, qui donne envie de s’installer autour pour passer un moment.

Je ne me souviens plus d’où vient la mienne. Ce dont je me souviens, en revanche, c’est d’avoir eu du mal à trouver quelque chose qui me convienne parfaitement : je la voulais en bois sombre (je déteste le bois clair), assez moderne, et j’ai opté pour une tablette en verre, ce que je regrette d’ailleurs car c’est extrêmement salissant. Sur la tablette inférieure, je mets quelques beaux livres que j’aime avoir à portée de main. Pour le reste, je suis assez exigeante sur la disposition et les objets :

Pas forcément dans l’ordre :

– Des bougies parfumées Diptyque, j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises. C’est un luxe et j’aimerais bien qu’ils me sponsorisent, mais malheureusement ce n’est pas le cas. Pour moi, il est très important que ça sente bon, et du coup, j’ai presque toujours une bougie parfumée qui brûle, senteur Pomander en hiver et Tubéreuse le reste du temps. L’autre bougie vient de Maisons du monde, elle est surtout là pour la décoration car j’aime son côté « rétro ».

– De la nature : j’essaie d’avoir toujours des fleurs fraîches et j’ai une véritable passion pour les fleurs blanches (notamment les renoncules, mais c’est vraiment un luxe). En ce moment, j’ai aussi cette panière avec des bulbes qui essaient de pousser, mais ce n’est pas une réussite totale.

– Deux coeurs rouges, que j’aime énormément, ils apportent une touche de couleur et me servent souvent pour les photos. Ils viennent de Maisons du monde (aussi).

– Mon i.Pad : ce n’est pas un élément de décoration, mais de fait il est à peu près toujours à cet endroit, ou pas loin. Parfois il y a aussi mon netbook. Dans le même ordre d’idée mais de l’autre côté de la table : des livres (évidemment), une pile de magazines, mon cahier de coloriages et des petits carnets pour noter ce qui me passe par la tête (j’en sème partout).

– Un vide-poches qui vient de la manufacture de Gien (ancien modèle Paris.Paris), sur la photo je n’ai laissé qu’un galet parfumé Acqua di Parma (parce que je ne peux pas toujours laisser les bougies allumées) mais souvent on y trouve aussi un briquet pour les bougies, mon baume à lèvre et parfois une télécommande.

– Pour les besoins de la photo : un plateau avec le café. Le service vient de chez Genevieve Lethu, modèle « Mathilde », et je l’aime d’amour (je l’ai depuis dix ans et je ne m’en lasse pas).

– A l’arrière plan : le canapé et son élevage de coussins !

L’intérêt est d’avoir quelque chose qui nous ressemble, qui reflète notre univers, d’où chez moi tout de même beaucoup de livres et de papiers. De quoi lire, de quoi écrire, de quoi rêver aussi.

Et vous, qu’y a-t-il sur votre table basse ?