Instantané : fleurir tardivement

La saison des arbres en fleurs commence déjà à passer, certains ne sont d’ailleurs plus du tout en fleurs. Et pourtant, jusqu’à lundi, ce cerisier n’était encore qu’en boutons : régulièrement, je passais à côté de lui, m’en étonnant. Et puis, lundi, il a enfin fleuri, bien après ses petits copains, mais finalement, qu’importe ? Il a suivi son rythme et ses fleurs sont magnifiques.

Et c’est comme dans la vie : certains sont plus lents, et fleurissent, s’épanouissent plus tard. L’essentiel est d’aller à sa propre vitesse…

Instantané : Printemps

Le printemps est là (pas tout à fait si vous me lisez avant 10h37, heure de l’équinoxe) et avec lui cette envie de renaître et de fleurir, comme la nature. Bon, vu comme c’est parti on ne va pas tellement pouvoir en profiter, et je n’ai même pas fait ma traditionnelle promenade des arbres en fleurs (avec le masque, je n’ai pas envie…) : je me contente de m’en émerveiller sur mon trajet en voiture. Et j’en ai trouvé un sur mon chemin, un bébé arbre tout mignon.

Alors, malgré tout : vive le printemps ! Vive Ostara !

Instantané #124 (fleurir lorsque tout meurt)

Bizarre destin que celui du néflier du Japon, dont les fleurs s’épanouissent à l’automne et au début de l’hiver, et dont les fruits sont mûrs en début de printemps, lorsque les autres arbres fruitiers commencent à fleurir. Le néflier du Japon n’est donc pas comme les autres : il est à contre-temps, différent des autres. Je connais ça, ne jamais être sur le même tempo que tout le monde. En décalage perpétuel.

Et pourtant : le monde en a besoin, de ces décalés qui fleurissent au milieu de l’hiver, lorsque tout le reste est mort. De ces rebelles qui ne font rien comme les autres. Parce qu’ils sont, aussi, une lueur dans la nuit, du printemps dans les saisons intérieures. L’espoir que de meilleurs jours viendront et qu’il ne faut pas craindre les rigueurs des saisons froides : elles n’empêchent pas de fleurir.

Et je pense à Camus : Au beau milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi, un invincible été.

Instantané #72 (explosion poétique d’arbres en fleurs)

C’est un de mes moments préférés de l’année : aller me promener et prendre en photo les arbres en fleurs. J’aime à la folie cette explosion de vie de la nature après les longs mois d’hiver. C’est apaisant, poétique, et soi-même on se sent revivre, surtout lorsqu’un coup de vent inopiné nous couvre d’une pluie de fleurs. On prend réellement conscience que le printemps est enfin là, que l’on avance vers les beaux jours, et qu’à l’image de la nature, les fleurs et les fruits que nous portons en nous vont pouvoir s’épanouir.

Les japonais, qui décidément ont un nom pour tout, appellent le fait de regarder les fleurs hanami, et c’est même une cérémonie nationale rituelle pour célébrer la floraison des cerisiers roses : ils organisent des déjeuners sur l’herbe, dans les parcs, guettant les pétales tombant dans leurs verres ; c’est un signe de chance.

Magie éphémère : la floraison ne dure que peu. Mais quel bonheur de profiter de cette poésie que nous offre la nature !

Instantané #54 (Actually, blossom)

La semaine dernière je me lamentais (un peu) d’avoir loupé la floraison. Mais en fait, les arbres en fleurs m’attendaient à la campagne : cerisiers, pommiers, pruniers et même un cognassier, sous le ciel bleu. La magie, quoi !

Blossoms…

Aujourd’hui, pour les Chrétiens c’est Pâques et pour les Juifs c’est Pessah, et pour moi qui ne suis rien de cela et qui suis plutôt païenne c’est la fête du Printemps (en tout cas, j’ai décidé que : en réalité, nous sommes entre Ostara et Beltane, donc ce n’est pas un jour particulier, mais bon, ce n’est pas très grave, de toute façon je ne suis pas réellement païenne) fête au cours de laquelle on célèbre le retour de la nature à la vie, et j’ai profité d’une conjonction astrale favorable pour aller photographier l’un des spectacles que je chéris le plus au monde : les arbres en fleurs, que j’appelle de leur nom anglais « blossoms » car encore une fois je trouve que la langue anglaise est plus imagée et plus poétique.

Je trouve le spectacle de ces arbres en fleurs que nous offre la nature parfaitement magique, et lorsqu’il y a du vent et que vous recevez une pluie de pétales, c’est une joie pure, quelque chose de beau et d’harmonieux. J’ai donc fait une longue promenade à la recherche de fleurs variées qui incarnent pour moi la beauté de la vie. Même s’il faisait un peu froid à cause du vent et que le soleil était intermittent (ce qui compliquait à la fois les réglages et les prises de vues car je tenais à un fond bleu), j’ai passé un merveilleux moment de communion avec le monde. Et, preuve que le monde était en communion avec moi : je ne savais pas où trouver des cerisiers roses, et puis, à un moment, mon intuition/instinct/petite voix intérieure m’a murmuré de prendre une venelle que je ne connaissais pas du tout et qui m’a entraînée dans une rue où je n’avais jamais mis les pieds. Et il était là, à m’attendre. Je vous laisse imaginer mon émerveillement !

Alors je vous souhaite une très belle fête d’aujourd’hui, quel que soit le nom que vous lui donnez, et je vous offre ces quelques fleurs…

Instantané #15 (blossom)

13558305525_099910ac64_oPeu de choses me ravissent autant que les arbres en fleurs (à part les macarons, le champagne et les chaussures). Un des bonheurs du printemps, que je ne me lasse pas de photographier !