Fleurir

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. C’est fou comme le temps passe vite, quand on vieillit. Surtout ces dernières années. J’ai passé mes deux derniers anniversaire confinée ou à peu près, et cette année, on ne peut pas dire que la situation se soit vraiment améliorée. Ni au plan mondial, ni vraiment au plan personnel, puisque j’ai tout de même l’impression de stagner : depuis l’an dernier, j’ai beaucoup avancé, certes, mais je suis toujours dans la salle d’embarquement de l’aéroport. La différences, c’est que maintenant, je sais quelle est ma destination, ce qui est déjà pas mal. Ce que je veux faire de ma vie. Presque au milieu de la quarantaine, il serait temps, mais enfin, j’ai fini par comprendre que comme certaines fleurs, j’étais d’une variété à floraison tardive. Alors je vais continuer à avancer, à déployer mes pétales, et bientôt, je serai en fleurs !

Un an de plus…

Et voilà… un an de plus est passé. Et malheureusement ce sera à nouveau un anniversaire sans soirée festive ni bisous : j’avais inauguré le truc l’an dernier la veille du confinement et bis repetita cette année, merci bien hein.

Bref : ce fut une drôle d’année, on ne peut pas dire. Mais enrichissante sur bien des points : j’en ai déjà parlé dans mon bilan 2020, j’ai beaucoup appris et progressé sur plein de sujets, et depuis janvier c’est encore plus net, malgré le contexte : j’avance, parfois je me sens au bord du saut quantique, certaines choses se mettent en place, mes projets prennent forment et… une autre chose aussi.

J’ai bon espoir que l’an prochain à la même date, je serai là où je dois être, à faire ce que je dois faire. Et que l’an prochain, il y aura paillettes, champagne, amis et bisous tout plein.