Adieu 2015…

A l’heure de dire adieu à 2015, j’ai envie de dire « ouf ». Parce que, question année de m***, elle se pose là. Non que 2014 et 2013 aient été particulièrement joyeuses, mais enfin, tout de même, on a atteint des sommets. Alors certes, il y a eu de belles choses, aussi, mais globalement le bilan du conseil de classe est mauvais : avertissement comportement pour 2015, exclusion définitive sans sursis…

Enfin, regardons de plus près dans le rétroviseur…

Janvier…

Ça avait pourtant bien commencé : du champagne rosé, des rires, des voeux… et puis, la tragédie…

Février…

On essaie de mettre un peu de baume sur les plaies, de réapprendre la joie et l’insouciance, mais à nouveau la fatalité nous frappe en plein coeur…

Mars…

C’est le salon du livre, c’est mon anniversaire, c’est Paris… je ne veux retenir que ça !

Avril…

Le printemps enfin, l’espoir d’une renaissance… s’accrocher aux jolies choses, à ce qui met de la poésie dans le quotidien !

Mai…

Du champagne, une jolie fête, mon premier (et à ce jour unique, mais passons) (enfin non d’ailleurs, à strictement parler ce n’est pas le premier, mais l’autre c’était pour un ouvrage scientifique collectif) contrat d’édition…

Juin…

Des tomates qui poussent bien, du soleil, la rentrée littéraire qui s’annonce fort belle, des fleurs…

Juillet…

Des soirées chaudes à refaire le monde, des lumières, et un magnifique voyage en Belgique…

Août…

Retrouver mon cher Cap-Ferret, manger des huîtres, retomber éternellement amoureuse de Paris…

Septembre…

Retrouver la pesanteur du quotidien laborieux, se promener sur les bords de Loire, avoir l’ego flatté…

Octobre…

L’automne. La nature qui se pare de mille couleurs. L’endormissement malgré les jolies choses. Paris, je t’aime.

Novembre…

La stupeur, la sidération, les larmes. Besoin de chaleur, de réconfort. Dire aux gens qu’on aime qu’on les aime. Plus que jamais besoin de littérature et de culture. Au milieu de tout ça les prix littéraire, comme une petite lumière…

Décembre…

Les lumières, la chaleur, la magie, Paris, le champagne, le réconfort, malgré la peste brune qui rampe…

Alors voilà 2015, tu as apporté de jolies choses, que j’ai essayé de mettre en avant autant que j’ai pu, mais quand même, toutes ces horreurs, c’est impardonnable… Adieu !

En 2015, je voudrais…

2015

Comme je l’ai dit, à l’heure des bilans, 2014 n’a pas été une très belle année (non que 2012 ou 2013 aient été formidables, notez, mais enfin). Mais si j’en retiens les quelques éléments positifs, cela me donne quelques pistes pour améliorer les choses et donner une bonne direction à 2015 :

– Les voyages, parce qu’à l’étranger je me sens stimulée et énergique. J’ai aimé Prague et j’espère y revenir un jour, j’aime Londres d’amour et je sais que j’y reviendrai dès que possible. Je commence à réfléchir à ma destination du mois de juillet, puisqu’une de mes résolutions, c’est de faire au moins un voyage à l’étranger par an (je penche vers Barcelone mais rien n’est encore signé).

– L’écriture : j’ai beaucoup écrit en 2014, sur tous les supports et dans tous les genres, du journal intime à la fanfiction en passant par le théâtre, la nouvelle et le roman, plus ou moins érotico-pornographiques (plutôt plus que moins ces derniers temps, d’ailleurs). Cependant je suis toujours au milieu du gué en ce qui concerne l’étape suivante : comme une de mes grandes angoisses dans la vie c’est d’être rejetée j’ai du mal à accepter l’idée que l’on me dise que ce que j’écris est nul et sans intérêt. Je sais bien qu’un jour il faudra que je prenne le taureau par les cornes, et j’espère le faire en 2015. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que je continuerai à écrire, même juste pour moi, parce que c’est devenu un véritable besoin, comme une drogue. Ces derniers temps, c’est même carrément un travail à temps plein.

Paris. Je continuerai à y aller aussi souvent que possible, voir des expositions ou juste me promener, sentir le poul de la ville battre à l’unisson avec le mien. Parce que Paris me nourrit, que dans certains quartiers je me sens tellement chez moi que je n’ai presque plus besoin de mon application de géolocalisation (genre à Saint Germain…). Parce que Paris, je t’aime.

– La photo : grâce aux voyages j’ai fait pas mal de photos, et je trouve, sans vouloir me jeter de fleurs, que je m’améliore… alors j’aimerais continuer et progresser encore. Et puis peut-être me mettre sérieusement à la video : je me suis beaucoup amusée à faire mes expérimentations sur Prague et Londres, mais je suis frustrée par le format dégueulasse des video de l’i.phone…

– Les livres évidemment, j’aurais pu le mettre en premier mais cela tombe tellement sous le sens. Continuer à découvrir de nouveaux auteur, de nouvelles oeuvres. Et puis les rencontres, le salon du livre de Paris. Là où je suis dans mon élément.

– Le Blog. Il m’a attiré des ennuis, mais corollairement il m’a aussi apporté nombre d’opportunités, et je l’aime plus que tout. Il aura cinq ans en avril, et je suis fière de lui, parce qu’il me ressemble, et j’ai l’intention de continuer encore et encore, parce que c’est mon espace à moi. Donc sur ce plan, pas de changements en 2015 !

Alors, j’envisage 2015 comme une année créative et poétique, pour poursuivre ce que j’ai aimé en 2014. Et puis j’aimerais, en vrac : me remettre au yoga (j’en ai vraiment besoin mentalement), aller plus au théâtre voire refaire du théâtre, sortir plus, rencontrer des gens. Et toujours, bien sûr, ce problème qui devient crucial maintenant : trouver une issue à ma vie professionnelle. Je la sens, elle est là, mais je n’arrive pas à la concrétiser.

Alors, bienvenue, 2015 : comme tu le vois, j’attends beaucoup de toi ! Ne me déçois pas…