Le jeudi, c’est citation…

Aujourd’hui, je vous propose de méditer sur une citation du poète Rainer-Maria Rilke, évidemment et comme tous les jeudi sur le thème de l’amour… Ai-je besoin de préciser que cette citation figure en bonne place dans mon Livre de l’amour ? Il est bon d’aimer : car l’amour est difficile. L’amour d’un être humain pourPoursuivre la lecture de « Le jeudi, c’est citation… »

Dom Juan, de Molière

Quoi qu’il en soit, je ne puis refuser mon coeur à tout ce que je vois d’aimable, et dès qu’un beau visage me le demande, si j’en avais dix mille, je les donnerais tous. Les inclinations naissantes, après tout, on des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l’amour est dans le changement. […] IlPoursuivre la lecture de « Dom Juan, de Molière »

Chants mystiques du tantrisme cachemirien

Patience, je dois endurer éclairs et tempêtes Et affronter avec courage l’opacité de mes ténèbres. Broyée comme grain entre les meules. Si j’ai la force d’endurer ces tourments, Je sais que la joie m’attend. J’imagine aisément votre expression à la découverte du titre de ma chronique du jour, ainsi que la pensée qui l’accompagne :Poursuivre la lecture de « Chants mystiques du tantrisme cachemirien »

L’allure des femmes

A comme amour, art, âme… Allure, splendide abstraction : six lettres qui n’expliquent rien. Un mot qui dit tout. Bien qu’il échappe à sa définition. La meilleure façon de marcher ? De se comporter ? De paraître ? Conduite adroite, comportement constant, effet garanti… Comme vous le savez, une de mes grandes passions dans laPoursuivre la lecture de « L’allure des femmes »

De la bibliomanie

Il y a les bibliophiles, ceux qui « aiment » les livres, et notamment les belles éditions originales ou en série limitée. Et puis, lorsque cet amour devient limite pathologique, on parle de bibliomanie. De fait, je crois malheureusement que j’en suis atteinte. D’ailleurs, certains me prévoient une mort atroce, ensevelie sous une avalanche de livres aprèsPoursuivre la lecture de « De la bibliomanie »

Le métier de lire, de Bernard Pivot

Pour chaque émission je pars de ce postulat : le public ne sait rien, moi non plus, et les intellectuels et écrivains savent beaucoup de choses. Mais, ayant lu leurs livres, j’en sais assez pour être le médiateur entre l’ignorance des uns – qui ne demandent qu’à apprendre – et la connaissance des autres –Poursuivre la lecture de « Le métier de lire, de Bernard Pivot »

C’est une chose étrange à la fin que le monde

Il n’y a jamais eu qu’un roman : c’est le roman de l’univers. Et il n’y a qu’un seul romancier : c’est moi [Dieu]. Les autres, ceux qui écrivent des livres, qui obtiennent des distinctions et qui ramassent des lecteurs, qui deviennent célèbres et dont les noms flottent sur les lèvres des hommes, se contententPoursuivre la lecture de « C’est une chose étrange à la fin que le monde »