Marie-Madeleine, un amour infini

Je suis la femme de Magdala. Donnée à tous car je suis belle comme la vie, irrésistible comme la jouissance et le malheur. Ils ont mangé mon corps, mordu mes épaules et mes cuisses, bu à mon ventre. Je les ai bercés, griffés et consolés, méprisés et flattés. Je me suis traînée à leurs pieds.Poursuivre la lecture de « Marie-Madeleine, un amour infini »

Le baiser

Dans ce déferlement de sentiments contrastés figure aussi la face d’ombre du baiser : brutal, possessif, vampirique. Cette violence ne fait aucune distinction entre les sexes et voit l’un des deux partenaires dominer l’autre jusqu’à s’en rendre maître, le subjuguer psychologiquement et physiquement. Mais peut-être que, en fin de compte, entre le baiser mortel dePoursuivre la lecture de « Le baiser »

L’amour est une île

Une vie humaine se résume à quatre petites choses, l’amour, la trahison, le désir et la mort. Nuit rouge creuse dans tout cela. C’est le titre de ce roman qui m’a d’abord interpellée, et j’étais curieuse de découvrir ce qui se cachait derrière une formulation à la fois poétique et mystérieuse. En quoi l’amour peut-ilPoursuivre la lecture de « L’amour est une île »

Soufi, mon amour

Parce que l’amour est l’essence même, le but de la vie. Comme Rûmi nous le rappelle, il frappe tout le monde, y compris ceux qui utilisent le mot « romantique » pour marquer leur réprobation. Autant le dire d’entrée de jeu : ce roman m’a littéralement cueillie. Très intéressée en ce moment par tout ce qui touchePoursuivre la lecture de « Soufi, mon amour »

Le jeudi, c’est citation…

Aujourd’hui, je vous laisse méditer sur un passage de la célèbre tirade de Perdican dans On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset, que presque tout le monde connaît mais qui mérite qu’on la relise, de temps en temps :   Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisablesPoursuivre la lecture de « Le jeudi, c’est citation… »

Les expressions de nos grands-mères

On m’a offert ce petit livre il y a quelques temps, probablement parce que j’ai le don de toujours utiliser des expressions imagées qui souvent laissent mon entourage fort perplexe. Alors, j’aurais pu être vexée : en effet, j’ai eu le regret d’apprendre, en lisant cet ouvrage, que malgré les apparences (mais les apparences sontPoursuivre la lecture de « Les expressions de nos grands-mères »