Les Reines noires

Aimer c’est échanger un secret. Je suis venue pour vous parler de mon royaume des sables, pour parcourir votre palais ; je suis venue en Reine et en amante devant qui vous ploierez le genou. Je ne suis pas la femme interdite mais la Connaissance secrète, et jamais ne redirez mes paroles, jamais ne pourrezPoursuivre la lecture de « Les Reines noires »

Les demoiselles de Rochefort

Ce film est un pur moment de bonheur, un vrai remède anti-morosité que j’ai revu hier soir avec le plus vif plaisir. J’aime tout : j’aime la ville de Rochefort même si elle a pas mal changé depuis le tournage du film, j’aime les costumes, j’aime la musique et les chansons, j’aime l’histoire. Ce filmPoursuivre la lecture de « Les demoiselles de Rochefort »

Les femmes du braconnier, de Claude Pujade-Renaud

Oui, elle l’obsédait l’étrangère au regard étincelant : dans ses yeux d’ambre brillait la joie de celle qui venait de toucher au port après une navigation houleuse, enfin elle avait trouvé l’objet de sa quête, l’objet à jamais disparu, elle éprouvait une telle peur de le perdre qu’elle l’avait agrippé, férocement. Ainsi avait-il ressenti lePoursuivre la lecture de « Les femmes du braconnier, de Claude Pujade-Renaud »

Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote (et le film de Blake Edwards)

Ce que j’ai trouvé de mieux c’était de prendre un taxi et d’aller chez Tiffany. Ça  ça me calme immédiatement. La sérénité, l’air de supériorité. On a le sentiment que rien de très mauvais ne pourrait vous atteindre là, avec tous ces vendeurs aimables et si bien habillés. Et cette merveilleuse odeur d’argenterie et de sacsPoursuivre la lecture de « Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote (et le film de Blake Edwards) »

L’évangile selon Pilate

Comme les devins, les femmes ont tendance à mettre de la pensée partout, à lire l’univers comme un parchemin. Elles ne regardent pas, elles déchiffrent. Tout a toujours un sens. Si le message n’est pas apparent, il est provisoirement caché. Il n’y a jamais de faille, jamais d’insignifiance. Le monde est définitivement touffu. Cela faitPoursuivre la lecture de « L’évangile selon Pilate »

Sépulcre, de Kate Mosse

L’amour, le véritable amour, est une chose infiniment précieuse, Léonie, continua Isolde. Il est douloureux, inconfortable, il nous fait faire des folies, mais c’est lui qui donne couleur et sens à l’existence. Oui, l’amour est la seule chose qui puisse nous tirer de notre morne condition pour nous amener à une dimension plus haute, plusPoursuivre la lecture de « Sépulcre, de Kate Mosse »

Histoire de l’adultère

Lorsqu’on parle d’amour, il faut aussi envisager son corollaire  la trahison. Aussi me suis-je replongée avec délices dans ce magnifique ouvrage, que j’avais reçu lorsque j’étais membre du jury du Grand Prix des lectrices de ELLE, en 2000. J’étais totalement tombée sous le charme de ce livre et de sa grande richesse, à tous points dePoursuivre la lecture de « Histoire de l’adultère »