Am Stram Gram, d’Anne-Véronique Herter

Am Stram Gram, d'Anne-Véronique HerterJe ne suis pas très adepte de la lecture numérique, sauf lorsqu’elle apporte une véritable plus-valus et qu’il ne s’agit pas tout simplement de lire un fichier : c’est justement le principe de Readiktion, une application qui propose des romans interactifs, de différents formats et dans tous les genres. Pour découvrir ce que ça donne, j’ai choisi de me plonger dans l’histoire de ma copine Anne-Véronique, un thriller sauce romance (ou l’inverse).

Un cadavre est retrouvé dans un appartement new-yorkais, celui d’un jeune architecte qui connaissait des difficultés aussi bien pour trouver du travail que dans son couple… Que s’est-il passé ?

A partir de ce premier chapitre, plusieurs scénarios sont possibles selon les choix que fera, à la fin de chaque chapitre, le lecteur, qui navigue de point de vue en point de vue et reconstitue petit à petit le puzzle, à partir d’ingrédients addictifs, passion, adultère, jalousie, ambition… Il s’agit d’une histoire assez courte, mais bien faite et prenante, qui peut se lire hors connexion et donc parfaite pour les trajets. A la fin, une fois arrivé au bout du scénario qu’il a suivi, le lecteur a la possibilité d’explorer d’autres possibilités, et le faire permet de se rendre compte du travail que demande un tel projet (j’ai bien envie d’essayer !).

Bref, une excellente idée, n’hésitez pas à tenter l’expérience !

Am Stram Gram
Anne-Véronique HERTER
Readiktion, 2017

Phallaina, de Marietta Ren

PhallainaAutant je suis globalement rétive à la lecture sur support numérique des livres, autant je suis très intéressée par les expérimentations que permet ce support : livres enrichis, nouvelles manières d’écrire… C’est comme cela que je suis tombée sur Phallaina, une « bande défilée » de Marietta Ren, qui a le mérite d’utiliser pleinement les potentialités offertes par la tablette…

Audrey, traductrice, souffre depuis toujours de crises hallucinatoires durant lesquelles elle voit le monde envahi par des baleines. Après avoir consulté nombre de médecins qui ne comprennent pas ce qu’elle a, elle est prise en charge à Nereis, un centre d’expérimentation, où on découvre qu’elle est porteuse d’un physeter, anomalie du cerveau dont tous ceux qui en sont atteints développent une attitude extraordinaire à la plongée en apnée. Et si tout cela était en lien avec un très vieux mythe ?

Absolument extraordinaire, et je pèse mes mots, ce roman graphique, qui défile sous nos yeux comme la longue fresque des Phallainas à l’institut nous propose une véritable immersion, presque en apnée, dans un univers à la fois mythologique, scientifique, et totalement poétique. Le graphisme est absolument magnifique : les dessins sont beaux, les superpositions dans certaines scènes donnent une impression de 3D, et les moments d’hallucination sont animés, ce qui donne le sentiment de vivre l’expérience hallucinatoire d’Audrey avec elle. Si on ajoute le son, ni invasif ni juste décoratif, et l’histoire elle-même, parfaitement passionnante, cela donne : une pépite, tout simplement.

Et en plus, cette pépite est gratuite. Aucune raison donc de ne pas s’immerger pendant environ 1h30 dans le monde de Phallaina, de préférence sur tablette (mais fonctionne aussi sur smartphone), avec ses écouteurs !

Phallaina
Marietta REN
France Télévision, 2016
Disponible sur l’Apple Store et Google Play

L’initiation de Claire – tome 2 : Douter, de Valéry K. Baran

DouterPeut-être n’aurait-elle pas dû en éprouver un tel effroi, après avoir goûté à ce vers quoi ses pulsions les plus sombres la poussaient ? Elle n’en avait pas été convaincue. Ce que lui avait fait vivre Mathieu était resté extrême, autant dans les pratiques en elles-mêmes que dans l’introduction brutale dans son univers. Il ne lui avait pas mis une gentille fessée avant de lui faire l’amour tendrement ; il l’avait poussée dans ses retranchements, avait abattu ses barrières l’une après l’autre, l’avait emmenée à la jouissance sous ses coups… Et il lui demandait déjà, désormais, d’être impliquée dans un rituel qui, du début à la fin, l’affolait.

C’est avec le premier volet de L’Initiation de Claire que j’ai découvert Valéry K. Baran, auteure dont depuis j’aime beaucoup lire les textes, qui correspondent parfaitement à mes goûts et à mon univers. J’attendais donc avec impatience le second volet de l’histoire de cette jeune femme qui fait l’apprentissage du BDSM…

Au lendemain de sa nuit d’initiation avec Mathieu, Claire ne sait plus trop où elle en est, et s’interroge sur ses désirs profonds : la découverte qu’elle vient de faire de son côté sombre l’inquiète, et elle n’est pas très sûre de vouloir continuer. Pourtant, Mathieu l’attire irrémédiablement.

Ce qui est appréciable avec Valéry K. Baran, outre évidemment les scènes de sexe excellemment écrites et très excitantes, c’est son talent pour explorer les tréfonds de l’âme de ses personnages : les choses ne vont jamais de soi, et les doutes du personnage sur ses véritables désirs sont au coeur de ce second tome, qui constitue en quelque sorte une parenthèse dans l’initiation à l’univers BDSM. Quelques liens, des souvenirs de la nuit précédente puisque ce second volet prend directement la suite du premier, mais ni paddle ni cravache ni fouet. Pour autant, on sait que cela va venir : Claire doute, mais il est très rapidement évident qu’elle a envie de continuer sur la voie de la connaissance d’elle-même et de ses désirs les plus sombres. Pour notre plus grand plaisir, évidemment !

L’initiation de Claire – tome 2 : Douter
Valéry K. BARAN
HQN, 2016

Mardi-c-est-permisBy Stephie

Amabilia – Tome 2 : Dans la peau d’Iris, de Héloïse et Thomas Raven

AmabiliaCet été, je vous avais parlé du premier tome de cette série, Nue sous le masquealors en auto-édition. Depuis, les auteurs, Eloïse et Thomas Raven, ont signé avec La Musardine et sont désormais édités dans leur collection numérique (avant, je l’espère, une version papier). C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé leur univers feutré et élégant…

Trois mois sont passés depuis qu’Iris a passé la nuit avec Simon. Pourtant, ce qui n’était qu’une aventure d’un soir ne cesse de la hanter…

Dans ce second tome, nous découvrons le quotidien d’Iris, et apprenons à connaître ce personnage si mystérieux dans le tome 1 : son métier, ses aspirations, mais aussi son mari, qui ne parvient pas à effacer le goût de Simon. Peu de paroles, l’essentiel passe par les images, comme une succession de tableaux délicieusement troublants. Du noir et du blanc, sur lequel éclatent des touches de couleur : du rouge, du rose, ceux des lèvres et des ongles d’Iris, ses sous-vêtements. C’est chic, élégant, émoustillant. Les scènes de sexe sont crues, dessinées sans aucune fausse pudeur, et pourtant ce n’est jamais vulgaire. Un vrai plaisir d’esthète !

Encore une fois, j’ai été bouleversée par la sensualité extrême qui se dégage de cet univers tellement raffiné et élégant et en même temps puissamment érotique ! Du très beau travail, vraiment (j’adorerais un jour travailler avec eux !)

Amabilia – Tome 2 : Dans la peau d’Iris
Eloïse et Thomas RAVEN
Dynamite/La Musardine, 2016
(et si vraiment vous voulez du papier, c’est possible en autoédition sur le site de Thomas et Eloïse)

Mardi-c-est-permisBy Stephie

Dress code et petits secrets 2, l’aventure américaine de Marianne Levy

Dress codeAprès avoir été anorexiques pratiquantes, ayatollahs du bio, fanatiques des pattes de moutons puis de celles d’éléphants, les New-Yorkaises s’étaient toutes mis en tête de devenir Parisiennes. Le chic ultime consistant, bien sûr, à y parvenir sans y consacrer plus de la moitié de la journée. Preuve irréfutable qu’en 2014, les Américaines sont toujours optimistes puisque même pour nous, Françaises, être Parisiennes, c’est l’équivalent de trois jobs à temps plein. 

C’est l’effet fêtes de Noël : en ce moment j’ai envie de trucs légers, girly, drôles. Pas que, mais enfin, le fait est que ça fait un bien fou. Et cela tombe bien, puisque le tome 2 de Dress code et petits secrets vient de sortir, et qu’il se passe à la période de Noël.

Dans ce deuxième volume, nous retrouvons donc Capucine et ses copines qui, fortes du succès de leur blog de mode, Chic.com, se lancent à l’assaut du marché américain avec un livre de conseils. Capucine se retrouve donc en éclaireuse à New-York, s’apprête à faire sa première télé et donner sa première conférence de presse sous la houlette de la papesse des relation publique (une vieille harpie insupportable), mais tombe par hasard sur Gédéon, son crush écrivain. Pour l’impressionner, elle se met en tête d’écrire un roman en hommage à James McCoy, le grand écrivain américain et idole de Gédéon.

Ne boudons pas notre plaisir : ce deuxième tome, beaucoup plus abouti que le premier, est un vrai concentré de fraîcheur et d’humour à la Sex and the City. Les péripéties s’enchaînent grâce à la maladresse assez pathologique de Capucine, qui a quand même un don pour se fourrer dans des situations impensables, d’autant qu’ici elle se pique de devenir écrivain pour séduire un homme, ce qui est très mignon. Des copines, des fringues et du shopping, des hommes graourr, ça me convient parfaitement comme programme de Noël !

Dress code et petits secrets 2, l’aventure américaine
Marianne LEVY
(et en prime, vous pouvez télécharger gratuitement le guide de survie avant noël…)

Alienare, de Chloé Delaume et Franck Dion

AlienareNous avons pris le pont de la Désespérance, passé l’île aux Symptômes, suivi la route de l’Apraxie, évité les marais des Troubles Obsessionnels Compulsifs en prenant par la rive du fleuve Münchhausen.
Il ne reste plus que l’étang de Diagnostication, ensuite ce sera tout droit. Le dernier lieu est illisible, mais il fait face au bâtiment. Cornélius est formel, et Léonard aussi.

Ce n’est pas vraiment un roman que je vous présente aujourd’hui, mais une expérience originale. A dire vrai, cela faisait un moment que j’attendais qu’un auteur s’empare vraiment des potentialités offertes par le numérique, et l’autre jour j’ai donc écouté d’une oreille très attentive Chloé Delaume parler d’Alienare dans Le Temps des Écrivains.  Le principe est celui d’une histoire qui se construit avec du texte mais aussi avec ce qui ressemble à des morceaux de jeux vidéos et des créations sonores. Une oeuvre hybride, synergique, dans laquelle le lecteur est totalement immergé, et que l’on trouve dans le rayon applications et non dans le rayon livre.

En ouvrant l’application, vous vous trouvez propulsé dans le futur, au Ministère du Redressement Productif Mondial, département des archives : au poste de visionnage, vous consultez un dossier classé secret, constitué de rapports personnels et d’enregistrements vidéos. Dans un futur post-apocalyptique où l’humain a appris à s’optimiser comme un ordinateur sur lequel on télécharge de nouveaux programmes, la matrice s’est détraquée. Une équipe mixte est alors envoyée dans une zone blanche pour la détruire.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est extrêmement bien fait : l’impression par moments que la machine se détraque, les images dans lesquelles on est plongé et qui font froid dans le dos, les voix qui résonnent (dont celle très particulière de Chloé Delaume elle-même). L’univers présenté est quant à lui glaçant, mélange d’anticipation, de réflexion sur la société actuelle et de mythes anciens qui donne quelque chose de curieux. L’expérience de la lecture en est bouleversée, c’est une lecture verticale et multisensorielle. Esthétiquement, c’est sublime. Littérairement, j’ai quand même quelques réserves : pas sur l’écriture elle-même, Chloé Delaume a parfaitement su donner une voix, un style à chacun de ses personnages, certains passages sont comme hypnotiques. Non mes réserves vont à l’histoire elle-même : je crois bien que je n’ai pas tout compris, certaines choses m’ont échappé, mais ce n’est pas forcément une référence car je ne suis pas amatrice du genre science-fiction habituellement !

En tout cas, une belle expérience que je conseille à tout ceux qui ont une tablette (ou au pire un smartphone mais à mon avis c’est moins bien) de la marque à la pomme !

Alienare

Alienare
Chloé DELAUME et Franck DION
Création sonore Sophie COURONNE
Seuil, 2015

Sexy Rugby

Décidément, les éditeurs d’HQN ont toujours de bonnes idées : à l’occasion de la coupe du monde de Rugby, ils ont demandé à leurs auteurs d’écrire des nouvelles autour du ballon ovale — et surtout de leurs joueurs, dont on connaissait déjà la sexytude grâce au calendrier des Dieux du stade.

Neuf nouvelles ont ainsi été écrites et publiées, et dont on a parlé un peu partout tant l’idée a amusé les journalistes tant sportifs que littéraires, jusqu’à Augustin himself. Parmi ces nouvelles plus tentantes les unes que les autres,  j’en ai choisies deux, celles de mes chouchoutes : Angéla Morelli et Valéry K. Baran.

Dans Mêlée à deux, Angéla Morelli nous invite dans une maison d’hôtes près de Montauban, tenue par Eugénie, une geekette aux cheveux roses fan de fantasy, et sa tante Mila. Suite à un petit incident, elles doivent loger sous leur toit la moitié d’une équipe de rugby en stage dans la région. C’est comme cela qu’Eugénie fait la connaissance de Rodrigue, une armoire à glace exsudant la testostérone par tous les pores de sa peau mais aussi un peu Bad Boy. C’est mignon, c’est drôle, c’est sexy, les personnages sont très attachants, et on en redemande pour le dessert, d’autant que comme à son habitude, Angéla Morelli laisse dans son texte une place de choix aux livres et à la littérature !

Ambiance totalement différente dans A un stade du plaisir : Valéry K. Baran nous invite dans les vestiaires d’un centre de formation, et dans la tête de Josh, un jeune joueur troublé par un de ses coéquipiers. C’est de la romance M/M, donc pas forcément pour tout le monde, mais moi ça me plaît : l’histoire est sensuelle, troublante, et très bien construite, insistant non seulement sur l’aspect charnel mais aussi sur la dimension psychologique — comment accepter son homosexualité lorsqu’on évolue dans un milieu qui la rejette ? C’est parfois violent, mais aussi, bien sûr, très émoustillant !

Deux belles nouvelles donc, totalement différentes mais très plaisantes à lire, très bien écrites, qui donnent presque envie de s’intéresser de plus près à la coupe du monde !

Mêlée à deux
Angéla MORELLI

A un stade du plaisir
Valéry K. BARAN

HQN, 2015

Mardi-c-est-permisBy Stephie