De l'amitié aujourd'hui, de Michel Serres et Michel Polacco

De l’amitié aujourd’hui, de Michel Serres et Michel Polacco

Je voudrais partir de la chimie. Depuis des siècles, les chimistes s’étonnent qu’il existe des corps qui interagissent et d’autres qui font comme s’ils étaient complètement indifférents. Or, beaucoup de philosophes ou de littérateurs ont essayé d’appliquer aux passions humaines les résultats des sciences. Les socialistes utopistes du XIXe siècle on voulu, par exemple, utiliser […]

Read More…
Lisbonne, de Fernando Pessoa

Lisbonne, de Fernando Pessoa

Nous allons à présent prier le touriste de nous suivre. Nous lui servirons de cicérone et sillonnerons la capitale en sa compagnie, veillant à lui signaler les monuments, les jardins publics, les édifices les plus remarquables, les musées, bref, tout ce qui vaut la peine d’être vu dans cette cité merveilleuse qu’est Lisbonne. Ça se […]

Read More…
30 ans (dix ans de thérapie) de Nora Hamzaoui

30 ans (dix ans de thérapie), de Nora Hamzaoui

Ne pensez pas que je n’ai jamais vomi de papillons ou que j’ai aujourd’hui la sagesse et la distance nécessaires pour reconnaître les connards. Non, c’est juste que j’aime beaucoup m’écouter donner des conseils et jouer la fille mesurée, alors qu’en réalité, dès qu’il s’agit d’appliquer un peu de patience ou de sagesse à mon […]

Read More…
Matinées au café Rostand

Matinées au café Rostand, d’Ismail Kadaré

Le désir de Paris était de ceux dont l’expression, sans justification aucune, pouvait sonner comme une fringale de mondanités à peu de frais, surtout lorsqu’un « Ah » les ponctuait : Ah, si seulement je pouvais aller une fois à Paris, advienne ensuite que pourra ! Assorti du mot « rêve », ce désir, chez certain, suscitait l’impression que […]

Read More…
Chroniques Françoise Sagan

Chroniques 1954-2003, de Françoise Sagan

Dans l’ordre des souvenirs, l’amour de la littérature a une grande supériorité sur l’amour tout court, l’amour humain. C’est que si l’on ne se rappelle pas forcément où et quand on a rencontré « l’autre », si on ne sait pas forcément quel effet « il » vous fit ce jour-là — et si on a même plutôt tendance à […]

Read More…

Ecrire, de Marguerite Duras

C’est curieux un écrivain. C’est une contradiction et aussi un non sens. Ecrire c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit. C’est reposant un écrivain, souvent, ça écoute beaucoup. Ça ne parle pas beaucoup parce que c’est impossible de parler à quelqu’un d’un livre qu’on a écrit et surtout d’un livre qu’on […]

Read More…

La Voix de Papageno, de Brahim Metiba

Tamino est là. Papageno est tétanisé par tant de beauté. Ce Dieu est son frère. Tamino est sûr de lui, fier et confiant dans l’avenir. Tamino se tient un long moment sans bouger ni parler, son corps et son visage éclairés par une lumière jaune moyennement intense, personne n’ose parler, personne n’ose crier, Papageno fait […]

Read More…

Une activité respectable, De Julia Kerninon

Aussi risible que ce soit, il y a vingt-cinq ans que j’écris, que j’essaye d’écrire des livres. Depuis qu’ils sont publiés, les gens estiment, légitimement, que tout va bien — mais je crois qu’ils ont oublié comment c’était avant, quand j’écrivais dans le vide, quand je sacrifiais à l’aveugle des choses immenses simplement pour pouvoir être […]

Read More…

People Bazaar, de Jean-Pierre de Lucovitch

Parfois, les idées folles de Jean Castel rejoignent, sans qu’il s’en doute, le meilleur de Dada et du surréalisme. « Je supprimerais la Tour Eiffel que je trouve très ringarde. A la place, je mettrais un gigantesque monument aux vivants sur lequel on inscrirait les noms de tous les Parisiens vivants. A leur mort, on rayerait […]

Read More…

Comme une respiration, de Jean Teulé

Sur la même terre, tant de laideur et de beauté à la fois. Ça m’en fout les larmes aux yeux lorsque je tourne autour d’elle et puis ça m’apaise. Combien de printemps encore l’entendrai-je chanter ? Elle, bâtie sous Henri IV — assassiné pour cause de religion —, continuera sans doute pendant des siècles mais moi, combien de […]

Read More…

Deux ou trois leçons de snobisme, d’Eric Neuhoff

Somme toute, le snobisme constitue un rempart assez solide contre la barbarie. Il y a des choses que certains ne pourront jamais comprendre. Allez leur expliquer le goût inimitable d’un gin tonique quand le soir tombe sur la Mediterranée, le délice que c’est d’être à l’arrière d’un taxi parisien qui remonte les rues de la […]

Read More…

Le Souffle, de Denis Strulevitch Marrisson

Trente ans ont passé et l’on n’a rien vécu. Pourtant, quelquefois, à lire un livre, à regarder un dessin, on reconnaît un écho de sa vie profonde. Mais des hauteurs de cette brusque exaltation, on retombe dans les abîmes de la stérilité. Et l’esprit absolu et total que l’on était devenu, l’instant d’un espace, n’est […]

Read More…
Comment tu parles de ton père

Comment tu parles de ton père, de Joann Sfar

Il paraît que c’est ça, devenir adulte : le père meurt, on n’a plus d’autre ennemi que soi-même. Il paraît que Joann Sfar trouve le temps de dormir et de s’occuper de ses enfants. Je ne sais pas trop comment il fait, vu le nombre d’ouvrages qu’il publie. Rien qu’en cette rentrée littéraire, il nous […]

Read More…

La Nuit avec ma femme, de Samuel Benchetrit

Elle s’appellera Marie. Elle aura quarante et un ans. Sa peau sera blanche comme un linge propre. Ses cheveux noirs et détachés. A certains moments de la nuit, elle portera une fine couronne faite de feuilles d’été et de petites fleurs violettes et bleues. Sa robe sera toujours la même, ample, les manches longues, fabriquée […]

Read More…

Le Patient zéro, de Philippe Besson

En 1985, j’ai 18 ans. Ma vie sexuelle vient à peine de commencer, elle est d’emblée marquée du sceau de l’inquiétude et de la nécessaire précaution. Elle n’est pas gourmande, débridée, comme elle devrait l’être : au contraire, elle est peureuse, frileuse. Je pense à ceux qui m’ont précédé et qui avaient l’air si joyeux. […]

Read More…

Les délices de 36, de Nicolas Rey

Gloire à la sieste ! 1936 ! Ne rien faire ! Ou l’inverse ! Faire des choses, enfin. Vivre. Respirer. Se balader sur la plage ou en haut d’une montagne. Cette année-là, une idée se promène un peu partout : « être payé sans travailler », et puis également « avoir droit au bonheur ». C’était une idée neuve. […]

Read More…

Deux-pièces, d’Eliette Abécassis

Ses bras, ses jambes, presque potelés pour quelqu’un qui a vécu à Paris pendant la guerre, son ventre, ses épaules étaient exhibés aux yeux de tous, dans ces minuscules morceaux de tissus qui recouvraient tout juste ses seins, son sexe et la moitié de ses fesses. Elle s’avança devant le jury du concours de maillots […]

Read More…

Le livre officiel des glorieux losers, de Stephen Pile

La réussite, c’est surfait. On lui court tous après, alors que chaque jour nous avons la preuve que notre génie réside ailleurs. C’est dans l’incompétence que nous sommes doués. C’est bien ce qui nous différencie des animaux, et nous devrions apprendre à admirer cette inaptitude. Les gens brillants sont tous les mêmes : vous savez […]

Read More…

Spiridon superstar, de Philippe Jaenada

Pour participer, il fallait être hellène et libre. Les esclaves, les étrangers et les prisonniers pouvaient toujours courir (autre part). Quant aux femmes, manquerait plus que ça. Elles n’avaient pas non plus le droit de se glisser dans le public, ni même de se cacher derrière un olivier sur une colline pour mater de loin […]

Read More…

L’ancien régime, de François Bégaudeau

Jusqu’ici les mal-parlants s’étaient ignorés tels. A défaut de norme à quoi contrevenir, ils ne se savaient pas contrevenants. Mal parler se peut s’il existe un bien-parler. Pour inventer l’un, il fallait inventer l’autre. Inventer la règle pour inventer l’incorrection. Dès lors il y eut des fautes, et des gens qui pris en faute ne […]

Read More…