Bagels réconfortants au saint-Nectaire

On a tous besoin d’un peu de réconfort en ce moment, et quoi de plus réconfortant que du fromage fondu ? C’est ce que je vous propose aujourd’hui, avec cette petite recette de bagel façon burger avec de bons produits du terroir.

Pour trois bagels
Qu’est-ce qu’il nous faut ?

− 150ml de lait
− 8g de levure sèche
– 25g de sucre
– 1cs de sel
− 250g de farine
− 1 jaune d’œuf
− Des graines de sésame
– 2 tranches de jambon d’Auvergne
− Du saint-Nectaire
− 1 oignon
− 1 cs de moutarde
– 1 cs de miel

Comment on fait ?
− Dans un bol, mélanger la farine, la levure, le sel, le sucre, l’huile et le lait, et pétrir quelques minutes jusqu’à obtenir une pâte élastique. Si elle est collante, ajuster avec la farine.
− Laisser reposer la pâte pendant 20 minutes. Préchauffer le four à 180°.
− Former 3 pâtons, passer le doigt au centre de chaque pâton et le faire tourner sur le doigt pour obtenir un trou d’au moins 3 cm. Badigeonner chaque bagel de jaune d’œuf, et saupoudrer de graines de sésame.
− Pendant ce temps, émincer l’oignon, le faire revenir puis caraméliser avec le mélange moutarde/miel.
– Sortir les bagels du four, les couper en deux et répartir l’oignon sur chaque moitié. A ce stade vous pouvez aussi ajouter quelques feuilles de jeunes pousses.
− Déposer 1 tranche de saint-Nectaire, une tranche de jambon, une nouvelle tranche de saint-Nectaire et refermer.
− Remettre au four quelques minutes, le temps que le fromage fonde.

Et voilà !

Franchement, j’ai trouvé ça très bon, les saveurs se marient très bien et de manière originale, et on pet tout à fait accompagner d’un petit mesclun ! Et l’avantage avec les bagels, c’est qu’on peut en faire ce qu’on veut !

Chez Syl

Tartiflette

Je me suis rendu compte l’autre jour que j’avais donné une version remastérisée à l’auvergnate de la tartiflette, mais jamais la version classique. Qui n’a d’ailleurs rien de vraiment classique, car contrairement à ce qu’on croit parfois, il ne s’agit pas du tout d’une recette traditionnelle savoyarde, mais d’une variante d’un plat qui s’appelle péla des Aravis et que je tenterais bien un jour mais qui est plus long : la tartiflette (avec des lardons, qu’il n’y a pas dans la recette d’origine) est une version simplifiée pour les stations de skis. En tout cas, réconfortante et chaleureuse, très simple, c’est une recette que j’aime faire…

Pour quatre personnes
Qu’est-ce qu’il nous faut ?

− 800g de pommes de terre à peu près calibrées
− 1/2 Reblochon
– 200g de lardons
− 1 gousse d’ail

Comment on fait ?
− Laver et brosser les pommes de terre, les faire cuire dans l’eau bouillante environ 35min ; lorsqu’elles sont cuites, vider l’eau, faire couler de l’eau froide dessus et et les peler
− Faire légèrement revenir les lardons (pas obligatoire)
– Couper le fromage en lamelles, sans retirer la croûte
– Dans un plat à gratin frotté d’ail, disposer la moitié des pommes de terres coupées en tranches avec la moitié des lardons puis la moitié du fromage, et faire une deuxième couche avec l’autre moitié des ingrédients.
− Mettre au four préchauffé à 200° environ 15-20min pour faire gratiner le fromage.

Tartiflette

Cela donne un plat généreux, convivial, et franchement, en ce mois de janvier qui n’en finit pas, qu’est-ce qu’il a fait du bien au moral !

Chez Syl

J’ai testé pour vous : le Moleskine Smart Writing set

Attention : contrairement à ce qu’on pourrait croire, cet article n’est absolument pas sponsorisé par la marque. Je suis réellement folle de ce nouveau gadget.

Donc : j’avais mis dans ma liste à Santa de cette année cette petite invention que j’avais découverte récemment, et comme il est sympa, il me l’a effectivement apportée. Pour l’histoire : cela faisait un moment que j’avais envie d’un outil d’écriture intelligent, à savoir un outil qui me permette de prendre des notes manuscrites et que par magie ça se transforme en texte ordinateur. Pour une bonne raison : je ne sais pas taper à l’ordinateur (je tape avec deux doigts et j’ai essayé d’apprendre mais comme je l’ai déjà dit, j’ai des problèmes de coordination et c’est donc mission impossible pour moi ; or si taper avec deux doigts n’est pas gênant pour écrire, ça l’est pour prendre des notes). Bref donc je voulais un truc qui me permette de prendre des notes normalement, sans devoir après me taper la retranscription. Mais rien ne me convainquait plus que ça.

Et puis, je suis tombée « par hasard » sur ce kit proposé par Moleskine (et qui existe depuis un petit moment…) : un vrai carnet avec du papier et des vraies pages (il est légèrement différent des autres, mais ça reste un carnet Moleskine, donc le carnet dont je fais un usage immodéré) et un vrai stylo (il se recharge avec des recharges normales de différentes marques) MAIS intelligent.

Moleskine smart kit

En résumé : on prend ses notes tout à fait normalement sur le carnet (on peut faire aussi des dessins, des graphiques, des mindmaps…). Ce qu’on écrit se charge au fur et à mesure dans l’application (et ça fait même un petit film avec les mots qui s’écrivent par magie, c’est merveilleux, j’ai plein d’idées poétiques avec ça).

Moleskine smart kit

Ensuite, on peut bidouiller des trucs avec l’application, mais on peut aussi télécharger l’image de la page, et surtout transformer l’écriture manuscrite en document word ou pdf. Avec une marge d’erreur très petite, comme vous pouvez le constater sur l’image :

Moleskine smart kitMoleskine smart kit

Bref : je suis absolument dingue de ce nouveau jouet pour écrivain, et je ne pouvais pas ne pas vous en parler !

Encore une histoire de bureau

Je l’ai déjà dit : mon bureau, c’est la pièce la plus importante pour moi, celle dont je rêvais depuis toujours, et pourtant celle que j’ai le plus de mal à m’approprier pleinement. Et celle qui a une vilaine tendance à se transformer, à mon grand désespoir, en « pièce à bordel ». Le fait est que j’y manque de rangements, et que malheureusement mon travail alimentaire prend aussi beaucoup de place.

Au mois de mai, j’avais déjà faits quelques changements très positifs. Et je suis toujours parfaitement satisfaite de cette organisation. Qui a d’ailleurs très légèrement évolué. Reste que ça ne réglait pas mon problème de rangements.

J’avais donc un buffet blanc (un buffet de salle à manger, que dans mon précédent j’avais mis dans la cuisine avec un plan de travail dessus), mais largement insuffisant. Et depuis toujours j’avais cette idée d’acheter un meuble haut, pour faire un étage supplémentaire, mais pour une raison que j’ignore je ne le faisais jamais. Mais l’autre jour, j’ai fait une story sur cette histoire de bureau suite à un challenge, et je me suis dit que quand même, c’était simple comme transformation. Sitôt dit, sitôt fait : j’ai commandé une Kallax, qui m’a été livrée samedi.

C’est peu de dire que je suis ravie : j’ai de la place pour les livres (j’ai depuis la photo remplacé les livres de mode par les livres sur la créativité, qui sont ceux dont je me sers le plus souvent) et j’ai de la place pour la décoration ! Ma machine à écrire, et surtout certaines de mes aquarelles que j’avais envie de davantage mettre en valeur.

Et j’ai eu une nouvelle idée pour avoir des rangements supplémentaires : sur le même mur que le buffet, il y a un espace, qui se trouve en partie derrière la porte, et qui est un amoncellement de cartons. C’est horrible, ça me stresse mais je n’avais pas encore eu l’idée et en fait, je vais mettre une autre Kallax, avec des modules de rangement divers, et ça sera parfait. Et mon bureau sera fini (et je pourrai déménager…).

En fait, je trouve cela hyper symbolique de m’approprier pleinement mon bureau, trouver des solutions, concrétiser les idées que j’avais eues, au moment où je suis aussi en train de concrétiser mes projets professionnels (qui vont nécessiter que je passe encore plus de temps dans mon bureau).

Œufs brouillés à la truffe noire

Il y a quelque temps, on m’a donné deux petites truffes, et j’ai beaucoup hésité sur ma manière de les employer : j’adore la truffe (qui n’aime pas ?), j’achète régulièrement des produits à la truffe, mais je n’en avais encore jamais cuisiné. Bon, j’ai décidé de faire simple, avec des œufs brouillés : parfait pour un brunch luxueux de fêtes !

Pour deux personnes
Qu’est-ce qu’il nous faut ?

– 4 oeufs
– 1 petite truffe (environ 5g) ou des brisures de truffe
– 2 cs de crème fraîche
– 1 noisette de beurre
– Sel, poivre
– Un peu de ciboulette

Comment on fait ?
– Couper la truffe en deux. Faire de très fines lamelles avec la première moitié, et râper l’autre.
– Casser les œufs dans un bol, les battre en omelette, incorporer la truffe râpée et ajouter la crème fraîche. Laisser infuser 10 min au frais.
– Faire chauffer la noisette de beurre dans une casserole, salez et poivrez les œufs, puis les verser dans la casserole et faire cuire doucement en remuant avec une spatule. Retirer du feu quand les œufs sont encore légèrement baveux.
– Servir en ajoutant un peu de ciboulette ciselée et le reste de truffe.

Œufs brouillés à la truffe noire

Evidemment, c’est un délice, et d’autant plus agréable que ce n’est pas le genre de choses qu’on va manger tous les jours !

Gourmandises21
Chez Syl

En attendant Noël – Les décorations

On continue notre série de Noël, avec aujourd’hui, le reste des décorations puisque je vous ai déjà montré la couronne !

Commençons par l’élément central, le sapin. Pas de gros changements : je l’ai mis à la même place que l’an dernier, simplement je l’ai installé sur un meuble plus haut. Sinon toujours autant de lumière, une dominante doré/rose et cette année plus de touches de rouge (les photographies ne lui rendent pas du tout justice). Au pied j’ai installé dans un panier les petites pochettes de mon calendrier de l’Avent :

Cette année, j’ai davantage investi les autres pièces, qu’habituellement je ne décore pas. J’ai racheté deux petites maisons en céramique blanche pour l’entrée (ça ce sont des décorations qui restent toute l’année). L’an dernier après les fêtes j’avais aussi trouvé un casse-noisette, j’en voulais un depuis longtemps et je l’ai installé dans le bureau mais comme je suis en train de faire quelques aménagements dans cette pièce, il ne va peut-être pas rester sur le bureau. Enfin, en octobre, j’avais craqué sur des petits sapins pliables en papier, trouvant ça hyper original (tu m’étonnes, on en a vu partout) et n’ayant pu choisir entre le vert et le rouge, j’ai pris les deux, et je les ai mis dans la chambre. J’ai aussi utilisé les branches de baies rouges qui me restaient après la fabrication de ma couronne : j’en ai mis dans un bouquet, avec le reste de l’eucalyptus, dans la cuisine et j’ai planté les brins qui restaient dans mes plantes !

Et voilà pour la saison des lumières ! Vous aussi vous avez installé vos décorations, ou vous attendez un peu ?

En attendant Noël – DIY : une couronne naturelle

Il y a deux ans, à cette époque, j’étais en arrêt de travail pour un épisode de burn-out. Incapable de faire grand chose et en tout cas pas tellement d’écrire, je m’étais mise en tête de bricoler un peu et de fabriquer une couronne de l’Avent ! Mais comme la simple idée de sortir me provoquait une crise d’angoisse, j’avais fait avec les moyens du bord, et ça donnait un truc pas moche mais enfin pas génial. L’an dernier, je n’ai pas assez anticipé et je me suis laissé avoir par le confinement. Donc cette année je m’y suis prise en avance pour ma couronne ! Et je dois dire que je ne suis pas peu fière du résultat : je crois que c’est la première fois que je fabrique un truc qui correspond exactement à ce que j’avais en tête ! Du coup, petit Do it Yourself !

Qu’est-ce qu’il nous faut ?
– Un cadre de couronne en métal
– Beaucoup de brindilles
– Un peu de fil de laiton
– Du feuillage (j’ai pris de l’eucalyptus artificiel, que j’avais : j’aurais bien mis du sapin mais la couronne n’est pas dehors et j’avais peur que ce soit salissant)
– Des baies rouges (pour la même raison, j’ai pris de l’artificiel)
– Des décorations : je voulais du naturel, donc j’ai pris des pommes de pin, de l’écorce, des oranges et clémentines séchées au four, de la cannelle…
– Un pistolet à colle (j’en ai acheté un petit pour l’occasion et franchement je me demande pourquoi je n’en avais pas..)

Comment on fait ?
– Installer les brindilles dans le cadre de couronne. Personnellement, j’aime bien que ça dépasse, que ça fasse un peu « sauvage ». Fixer avec du fil de laiton pour que ça tienne bien.
– Passer le feuillage sur un des côtés (ou sur tout le tour si vous le souhaitez), puis les baies rouges un peu partout. Ajouter un peu de fil de laiton si ça ne veut pas tenir.
– Avec le pistolet à colle, coller les décorations où votre inspiration vous le demande (en priorité sur les points d’attache pour les cacher) !

En attendant Noël - DIY : une couronne naturelle

Et voilà ! Encore une fois, j’ai vraiment insisté sur le côté naturel et cela donne une couronne d’hiver plus que strictement de Noël ! Je l’ai accrochée sur ma porte d’entrée (je trouve ça agréable quand on rentre…) mais on peut aussi s’en servir de centre de table !