Instantané : rouge comme une tomate

Il y a toujours beaucoup de joie, et de fierté, lorsque la première tomate cerise de l’année est enfin mûre, rouge et brillante. La cueillir, et la manger comme ça, toute chaude et gorgée de soleil : un goût inimitable, celui de ce que l’on a fait pousser soi-même. Chaque année, je suis ravie parPoursuivre la lecture de « Instantané : rouge comme une tomate »

En mots et en images : juin 2022

Les Mots… Les derniers jours // Excitée comme une puce sous amphétamines // Le temps retrouvé // Je suis écrivain // Les plaisirs de l’été // Tant de choses à découvrir // Trailer // Une fenêtre qui s’ouvre enfin // Pleinement dans mon alignement // Que ma joie demeure // Faire ce pour quoi jePoursuivre la lecture de « En mots et en images : juin 2022 »

Autrice indépendante : la suite !

Aujourd’hui, j’avais prévu de vous parler de mon carton d’exemplaires auteur, des dédicaces, de l’envoi des SP. Sauf qu’encore une fois, les choses ne se sont pas passées comme je l’avais prévu. Et là, cela ne vient pas du tout d’une erreur de ma part (puisque depuis j’ai compris comment fixer une date de sortiePoursuivre la lecture de « Autrice indépendante : la suite ! »

Les Nuits prodigieuses, d’Eva Dézulier : le monde a soif d’amour

Vous êtes-vous demandé pourquoi la bonté passait pour l’apanage des idiots ? C’est encore et toujours cette haine ! Cette haine qui nous prend, nous soulève contre l’amour absolu ! Nous ne pouvons le tolérer ! Il nous semble parfois une imposture. L’affection de ce chien, dit-on, n’est pas de l’affection. C’est un instinct irraisonnéPoursuivre la lecture de « Les Nuits prodigieuses, d’Eva Dézulier : le monde a soif d’amour »

Instantané : coup de foudre

Longtemps, j’ai été terrifiée par l’orage, le tonnerre, les éclairs. Terrifiée et fascinée en même temps par ce déferlement de violence, et cette énergie puissante que je ne peux pas m’empêcher d’assimiler à celle de l’orgasme. Dans le Tarot, la carte de la Tour représente d’ailleurs un éclair frappant la dite tour, pour représenter unPoursuivre la lecture de « Instantané : coup de foudre »

Au bonheur des filles, d’Elizabeth Gilbert : New York est une fête

A l’été 1940, alors que je n’étais qu’une jeune écervelée de dix-neuf ans, mes parents m’envoyèrent vivre à New York, chez ma tante Peg, qui possédait une compagnie théâtrale. J’avais très envie de continuer à découvrir les romans d’Elizabeth Gilbert, mon mentor (j’ai sa photo et celle de certains de ses livres sur mon tableauPoursuivre la lecture de « Au bonheur des filles, d’Elizabeth Gilbert : New York est une fête »

Autrice indépendante : une histoire de lâcher-prise

Poursuivons notre petite série. Nous en sommes arrivés au stade où le roman est sorti, où vous pouvez l’acheter, ce que d’ailleurs vous faites, et je vous en remercie. Sauf que les choses ne se sont pas déroulées comme je l’espérais ni le croyais. J’avais publié le roman la veille du jour J, pour êtrePoursuivre la lecture de « Autrice indépendante : une histoire de lâcher-prise »