Les Neuf vies de Rose Napolitano, de Donna Freitas : être ou ne pas être mère

Les Neuf vies de Rose Napolitano, de Donna Freitas : être ou ne pas être mère

Je ne sais plus combien de fois j’ai pensé à la dispute à propos des vitamines, combien de fois j’ai rejoué dans ma tête le film des événements, chaque fois avec de légères variations et donc un résultat un peu différent. Dans la plupart des cas, Luke demeure sous notre toit. Mais quand il reste, c’est, dans la quasi-totalité des scénarios, parce que je finis par capituler. Je lui dis que je regrette, que je vais prendre les vitamines, que j’aurai le bébé dont il rêve.

L’autre jour, nous parlions (enfin, moi, surtout) des vies non vécues. Et de la manière dont un choix différent à un moment donné aurait pu donner une existence totalement différente. Nombre de romans explorent ces infinis possibilités, et c’est justement le cas de celui-ci, autour d’un choix de vie essentiel : avoir ou non un enfant.

Lorsque Rose et Luke ses sont mariés, ils étaient d’accord : ils ne voulaient pas d’enfant. Mais Luke a changé d’avis. Pas Rose. Alors, une dispute autour de vitamines prénatales qu’elles n’a pas prises, de légères variations, 9 vies possibles.

Si la technique narrative n’est pas originale de prime abord, j’ai beaucoup apprécié la manière dont Donna Freitas tirait les fils, et notamment comment certains événements se font écho d’une vie à l’autre, et comment certaines vies se rejoignent. Pourtant il n’y a pas de fatalité même si certaines rencontres semblent incontournables, et cela m’a un peu rappelé le film Quatre moitiés. Cela permet d’aborder le sujet de manière approfondie, sous toutes ses coutures.

Bien sûr, ce roman, vu son sujet, m’a plongé dans des abîmes de questionnements métaphysiques, d’autant que je me suis beaucoup retrouvée en Rose : les choix de vie, la maternité, l’amour et le couple, la pression sociale. Questions accompagnées de leur cortège de synchronicités, dont l’une qui m’a fait pleurer parce qu’elle portait exactement sur quelque chose qui assombrissait déjà mon humeur ce jour-là. Mais ça m’a fait avancer, et c’est beaucoup !

Bref, un roman que je conseille vraiment, très intéressant et agréable à lire en plus de poser des questions essentielles !

Les Neuf vies de Rose Napolitano
Donna FREITAS
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné
Nil, 2022

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.