Les vies non vécues

jour de pluie

La semaine dernière, je suis tombée sur un article parlant du saut quantique, mais dans un sens différent de celui où j’utilise d’habitude cette expression : pour moi, le saut quantique, c’est lorsque des événements prévus arrivent plus vite qu’on ne le pensait. Ici, il s’agit de la possibilité, grâce à la méditation, de « sauter » dans d’autres dimensions, où notre vie serait autre. Et parfaite, idéale, selon ce que disent certains.

Alors bien sûr, le truc est perché, et repose sur la croyance que tout est possible et que nous pouvons devenir ce que nous désirons, il suffit d’ouvrir la bonne porte (on passera sur la possibilité pure et simple d’ouvrir ces portes, ce n’est pas le sujet). Je veux bien croire qu’il soit possible que l’humanité ait pris un tout autre chemin de développement et qu’il existe des réalités totalement différentes de celle que nous connaissons, par contre je vois mal comment il pourrait exister des réalités alternatives où on peut voler. Puisque les réalités alternatives naissent de nos choix. Et je crois aussi qu’ils sont dans la projection et construction d’une vie idéale, et non dans l’exploration de ce qui aurait pu être. Et ce n’est pas la même chose.

Il n’empêche que cet article m’a, une nouvelle fois, plongée dans des abîmes de perplexité métaphysique et existentielle sur ce sujet, qui est un de mes intérêts constants : quelles sont ces vies non vécues mais que j’aurais potentiellement pu vivre ? Qu’est-ce que j’y fais ? Comment je me sens ?

Mais surtout : est-ce que ça serait toujours moi ? Et là, la réponse est probablement non. Puisque si j’avais fait d’autres choix, il y a des expériences que je n’aurais pas vécues, d’autres que j’aurais vécues, et nos expériences façonnent la personne que nous sommes. Peut-être qu’à cet instant, dans ces autres vies, je m’interroge sur le même sujet, à partir d’autres données, parce qu’il y a, tout de même un noyau dur, qui reste. Et je ne crois pas qu’il existe un moi, quelque part, qui n’écrit pas.

Par curiosité, j’irais bien explorer tout ça, toutes ces vies non vécues mais qui auraient pu être. Et vous ?

15 commentaires

  1. Pas tentée par ces vies non vécues…

    Aimé par 1 personne

    1. Tant mieux, j’ai envie de dire 😉

      J’aime

  2. lizagrece dit :

    le mot quantum ne devrait pas se traduire puisqu’il s’agit d’un mot latin .. Certes il y a un rapport avec la physique quantique puisque c’est la relation entre la lumière et la matière… Par contre je n’arrive pas à comprendre l’utilisation du terme quantique que l’on emploie maintenant à toutes les sauces …

    J’aime

    1. oulà, ce serait long ^^

      J’aime

  3. Harry dit :

    Il y a un roman dont la trame est le sujet dont tu parles. Il s’agit de « l’ironie du sort » de Paul Guimard. Ce sont les destins possibles de trois résistants selon la décision que prendra l’un d’eux pour en sauver un autre au péril de sa vie.
    J’ai souvent pensé à cela également. Mais davantage dans le fait que j’aurais également aimé vivre plusieurs vies.
    Il y a aussi une école universitaire d’histoire qui échafaude des hypothèses si tel événement n’avait pas eu lieu. Cela s’appelle l’uchronie.
    Mais je préfère la magie des histoires qu’on se raconte ou qu’on lit.

    J’aime

    1. Oui, c’est un thème littéraire par excellence !

      J’aime

  4. Ho ben ça va, il n’y a qu’une semaine que je cherche un commentaire intelligent à ce billet et tu en apprécieras la spontanéité à défaut de la pertinence.
    Commençons par le désagréable. Je pense qu’il faut beaucoup, mais alors très beaucoup se méfier des liens entre psychologie et physique quantique. Les physiciens eux mêmes reconnaissent ne rien comprendre au côté scientifique de la chose et je crains que l’exploitation douteuse qu’en font certains charlatans pour profiter de la détresse des gens est abjecte.
    Toutefois ton billet a éveillé le côté mystique qui sommeille en moi. Dans une autre vie, je n’ai pas rencontré cette fille dont je suis toujours amoureux. Je suis capitaine de la marine nationale. J’ai rencontré ma femme au bal des débutantes et comme un clin d’œil à ton billet du jour, elle m’a été fidèle pendant mes temps de mer. J’ai obtenu la retraite à quarante cinq ans.
    Dans l’espace temps que je nomme par convention et par peur des messieurs en blouse blanche, réalité, je fus capitaine de yacht, j’ai vécu dans la prohibition j’ai rencontré mes femmes au bar et obtenu la retraite à quarante cinq ans.
    Nous avons largement assez d’emmerdes et de plaisirs avec ce que nous propose l’espace tangible dans lequel nous évoluons pour s’en créer d’autres dans la science fiction.
    Maintenant, si c’est pour écrire un livre alors merci de ne pas lire ce qui précède.

    J’aime

    1. Justement, c’est l’aspect fictionnel/littéraire qui m’intéresse : évidemment, pour la physique quantique, je n’en sais rien ! Mais je trouve que c’est un exercice d’introspection intéressant !

      J’aime

      1. C’est un point de vue qui se défend et je ne manquerai pas de m’y exercer à l’occasion. D’ailleurs je me demande souvent : « et si j’avais dit ci ou si j’avais fais ça ». Disons que nos deux démarches sont, comme pour me contredire moi-même, une intrication quantique. C’est à dire deux phénomènes radicalement opposés et qui pourtant se rejoignent dans le plaisir de la création. Et pour expliquer ma façon d’écrire je vais faire appel à ma meilleur avocate. Bien entendu tu n’es pas obligée d’écouter mais je te recommande son Olympia.

        Aimé par 1 personne

    1. Ha bah ça marche pas le lien, je suis vraiment une truffe.

      J’aime

    1. L’article mélange beaucoup de choses aussi ^^

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.