Elle lit de la poésie

Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant

Voir des coeurs

Un peu de poésie aujourd’hui (ça faisait longtemps) et j’avais envie de partager avec vous ce poème qui est pour moi un des plus beaux du monde et qui m’a à un moment inspiré un des titres de roman n°1 (si quelqu’un demande des nouvelles : j’en suis à la 43e couche de corrections et il n’a plus grand chose à voir avec ce qu’il était au départ) où il est question de bois dormant et de cœur (et de belle aussi, enfin ça a varié et désormais c’est une autre métaphore mais qui veut dire la même chose). Donc : Aragon, « Que serais-je sans toi » (rien).

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j’ai vu désormais le monde à ta façon
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu’il fait jour à midi qu’un ciel peut être bleu
Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne
Tu m’as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l’homme ne sait plus ce que c’est qu’être deux
Tu m’as pris par la main comme un amant heureux.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N’est-ce pas un sanglot de la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues
Terre terre voici ses rades inconnues.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

Louis ARAGON, Le Roman inachevé

Et bien sûr, Jean Ferrat :

9 comments on “Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant

  1. Merci Caroline, j’adore ce poème d’Aragon et si bien interprété par Jean Ferrat. Je l’écoute souvent. Bonne journée et bonne continuation de ton roman.

    J'aime

  2. Ça me tire les larmes à chaque fois.

    J'aime

  3. C’est beau ! Rien à ajouter.

    J'aime

  4. Hello,
    Je partage l’enthousiasme que cette belle poésie nous inspire grâce à le belle voix de Jean Ferrat.

    J'aime

  5. Un texte classique, si simple, tel que chanté par Ferrat, bien entendu, mais je lui préfère de beaucoup l’interprétation de Ogeret… si douce, un baume pour le coeur et l’âme.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :