Elle se réfléchit dans le miroir

Journaux poétiques, lignes de suite

Journal poétique

Il y a près d’un an, je vous avais présenté ma pratique de ce que j’appelle « journaux poétiques » ou davantage comme tout le monde « journaux artistiques » ou « art journals » (mais journaux poétiques c’est vraiment moi, en fait). Et j’en avais reparlé en septembre, expliquant que cela me permettait d’ouvrir d’autres canaux et d’accéder plus facilement à certaines choses et à mieux écrire.

Le fait est que ces deux derniers mois, ma pratique a encore évolué et qu’elle tend de plus en plus à devenir une fin en soi, et non plus un moyen en vue d’une fin. Il y avait déjà eu un grand changement pendant le confinement, et j’avais peu à peu totalement laissé de côté la dimension « thérapeutique » telle que l’entend Anne-Marie Jobin. Alors je pense que ça a tout de même une dimension thérapeutique quelque part, ça en a toujours, mais ce n’est pas l’objet. Mais entre la fin du carnet n°4 et le n°5 qui est en cours, j’ai fini par trouver après bien des tâtonnements ce que je voulais faire. Une sorte de « déclic ».

J’ai acheté beaucoup de matériel, pour ne pas être prise au dépourvu. J’ai des boîtes entières de trucs de récupération (parce que tout peut servir). J’ai regardé des heures de vidéos sur le collage, le mixed-media, les techniques pour apprendre de nouvelles pratiques et avoir des idées. Je me suis abonnée à des newsletters. J’ai suivi des live. A force de pratiquer quotidiennement, j’ai progressé techniquement même s’il y a encore du boulot sur certains points (découper droit, coller proprement…) y compris en peinture et en dessin (même si le dessin et la peinture à proprement parler c’est dans un autre carnet).

Et je me suis mise à découper des livres, ce qui a tout changé, ou presque, car je me suis rendu compte que depuis le début c’est ce qui manquait dans cette histoire : l’écriture, le texte, la poésie au sens strict. J’illustrais déjà par-ci par-là des citations, mais ce n’était pas la base de tout. ça l’est devenu. Ou quasi.

Alors je ne suis pas contente de toutes les pages (on ne l’est jamais) mais il y a de moins en moins de pages que j’estime totalement loupées. Mes pages sont plus complexes voire plus « conceptuelles », plus variées, plus texturées. L’écriture reste évidemment mon mode d’expression premier, nécessaire et vital, mais j’ai envie de continuer à développer mon journal poétique (qui physiquement commence à devenir encombrant), et d’ailleurs cela fait partie de mes projets.

4 comments on “Journaux poétiques, lignes de suite

  1. c’est superbe, très inspirant !
    A l’occasion (si tu en as envie), ce serait intéressant de connaitre les sites, livres, vidéos qui ‘(ont le plus inspirée…..

    J'aime

  2. Bonjour Caroline,
    Je te suis via Facebook (oui c’est encore possible en 2020).
    Je suis moi aussi passionnée d’art journal (journal d’artiste me colle mieux à la peau ^^on a chacune sa préférence).
    J’adore que tu aies renommée ton journal, le journal poétique. Ca prend beaucoup de sens.
    Très beau travail en tous cas. Et je suis vraiment fan de ton blog (le seul que je lis encore d’ailleurs).
    Belle semaine créative à toi !
    PS : sans vouloir faire ma pub, j’ai horreur de ça, mais sur FB, j’ai un groupe privé où on partag nos pratique de journal, si le coeur t’en dit 😉

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :