Elle lit des romans

Liv Maria, de Julia Kerninon : le goût de la liberté

Liv Maria, de Julia Kerninon : le goût de la liberté

Elle avait découvert ce dont elle n’avait jamais eu la moindre idée ni la moindre intuition. Ce qu’on pouvait faire avec un corps — avec deux corps. Les frottant l’un contre l’autre comme des silex, longtemps, patiemment, jusqu’à faire jaillir des étincelles, puis le feu, le feu ravageant tout. Elle n’avait jamais deviné, jamais soupçonné la transformation qui s’opérait lorsque deux corps se touchaient — comment les peaux cessaient d’être peaux, les muscles d’être muscles, comment tout cela semblait se redresser et se mettre à chanter. C’était l’odeur de la pluie sur la route, sur la terre, dans les herbes.

Fin de la pause estivale, et ouverture du bal de la rentrée littéraire, avec le nouveau roman d’une autrice que je suis depuis le début et que je prends toujours un grand plaisir à lire (et dont le premier roman, Buvard, avait été un véritable coup de coeur) : Julia Kerninon.

Elle nous raconte l’histoire de Liv Maria : née des amours étonnantes d’un marin suédois et d’une femme un peu sauvage, elle est élevée en liberté sur une petite île. Elle grandit, tombe amoureuse, voyage, s’exile, retombe amoureuse, revient, vit. Mais une coïncidence fâcheuse l’oblige à construire son existence sur un mensonge…

C’est encore une fois une très belle réussite que ce magnifique roman vibrant, lumineux et sauvage, à l’ambiance un peu étrange, et à l’héroïne absolument bouleversante : Liv Maria, femme sauvage éprise de liberté s’il en est, m’a beaucoup beaucoup touchée. Et comme dans tous les romans de Julia Kerninon, il est bien sûr question des livres, de la langue, de la matérialité des mots, et certains passages, comme celui que j’ai mis en exergue, sont d’une grande poésie.

Bref : un coup de cœur, sur lequel je ne m’étendrai pas trop parce qu’il est un peu difficile d’en parler sans trop en dire sur la fameuse coïncidence fatale. Mais faites-moi confiance : c’est un petit bijou de la rentrée !

Liv Maria
Julia KERNINON
L’Iconoclaste, 2020

10 comments on “Liv Maria, de Julia Kerninon : le goût de la liberté

  1. Philisine Cave

    Ce roman est très remarqué par les critiques professionnels et les copines blogueuses qui l’ont lu. Tu es enthousiaste en tout cas sur cette œuvre. Je trouve que l’extrait que tu as relevé de ce roman manque de simplicité dans l’écriture. C’est bien écrit mais il y a un petit côté forcé, too much, qui me plaît moins. Je ne sais pas si le reste est du même acabit.

    J'aime

  2. On en parle beaucoup, alors je me méfiais. Mais je me fie à ton avis.

    J'aime

  3. Et troisième blog qui en parle, il sort aujourd’hui ! Les trois sont enthousiastes, je vais attendre et voir.

    J'aime

  4. Ping : L’arrachée belle, de Lou Darsan : femme qui danse sous la montagne – Cultur'elle

  5. Les avis sont très enthousiastes sur ce livre. Tu en dévoiles peu, ça attise encore plus ma curiosité. Noté !

    J'aime

  6. Je pense que ce titre ci pourrait me plaire ! Je note !

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :