Quelques grains de sable

Un amateur, étymologiquement, c’est quelqu’un « qui aime ».

Et je me demande comment on en est passé de ce verbe aimer à ce « je fais ça en amateur » sous-entendant « je ne gagne pas ma vie avec ». Je n’aime pas ce sous-entendu qui implique d’un côté que toute activité qui rapporte de l’argent est purement alimentaire (c’est mon cas actuellement mais j’espère qu’il est possible de gagner sa vie en faisant quelque chose qu’on aime) et de l’autre que ce qu’on aime ne doit pas nous rapporter de l’argent : on doit le faire gratuitement, pour le bonheur de le faire.

Cette idée est tellement ancrée dans la société (évidemment je parle ici du domaine artistique en général et des écrivains en particulier) que cela explique sans doute pourquoi la plupart des artistes sont si mal payés. On considère qu’ils font ce qu’ils aiment, ils ne voudraient pas en plus qu’on leur donne de l’argent pour le faire (ou du moins, trop d’argent). Bien sûr, la plupart des écrivains continueraient à écrire même s’ils n’étaient pas payés pour le faire (comme moi : je continue de travailler mes manuscrits même si je ne gagne pas un centime et que même ça m’en coûte). Ce qui ne veut pas dire qu’on ne doit pas, quand même, les payer pour le faire.

Au fond, je crois qu’on définit mal les termes, ou plutôt qu’on les a mal définis et qu’il faudrait enlever à « amateur » cette connotation de travail gratuit, bénévole (et parfois mal fait), et d’illégitimité (oui, souvent il y a une certaine condescendance quand on dit de quelqu’un qu’il est amateur). Que l’on cesse donc d’opposer les amateurs et les professionnels. D’abord parce que la valeur d’un artiste ne se mesure pas au fait qu’il gagne de l’argent avec son art et surtout… nous sommes tous, devrions tous être des amateurs, au sens beau et noble du terme : qui aime ce qu’il fait !

4 comments on “En amateur…

  1. Bien d’accord. Quelque chose qu’on fait en amateur n’est pas forcément moins bien que ce que l’on fait pour payer les factures; une activité qui souvent ne nous passionne pas outre mesure…

    Aimé par 1 personne

  2. Sujet passionnant…dans l’inconscient collectif, le prix fixe la valeur et non l’inverse. Ce qui est gratuit n’a donc pas de valeur perçue. C’est pour cette raison que j’ai toujours fixé un prix d’entrée lorsque nous jouons une pièce avec ma troupe de théâtre amateur. Un prix raisonnable,certes, mais un prix qui affirme la valeur du travail effectué. Du coup cela m’a interrogé sur le contenu d’un blog : faut il publier du contenu (nouvelles, poésie) gratuitement ? Merci d’avoir partagé votre réflexion.

    J'aime

Répondre à Caroline Doudet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :