Elle lit de la poésie

L’absente de tout bouquet

Voici des roses

Toujours dans mon projet (enfin : un des développements de mon projet, qui commence vaguement à prendre forme, il me manquait l’angle précis et il commence un peu mieux à se dessiner), je me repais de poésie et de poèmes qui parlent à l’âme. J’ai eu envie de faire quelque chose avec Mallarmé, qui est pourtant un auteur avec lequel j’ai beaucoup de mal (sans doute aussi parce qu’à chaque fois que je me suis retrouvée face à un de ses poèmes c’était pour que je l’explique — or je l’ai déjà dit : l’explication de texte est pour moi un des exercices les plus crétins qui soient, un texte n’est pas là pour être autopsié ou décortiqué comme une crevette mais pour résonner dans une âme ; oui, cette conviction complique mon quotidien, mais bref). Et en amoureuse des fleurs, j’ai pensé à ces mots extraits de « crise de vers » :

Je dis: une fleur! et, hors de l’oubli où ma voix relègue aucun contour, en tant que quelque chose d’autre que les calices sus, musicalement se lève, idée même et suave, l’absente de tous bouquets.

Je vous laisse méditer, car c’est bien là la vocation de la poésie…

 

0 comments on “L’absente de tout bouquet

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :