Elle lit des récits et chroniques

Le 21e homme. Enquête en territoire masculin, d’Aurélie Lévy : le continent noir de la virilité

Le 21e homme. Enquête en territoire masculin, d'Aurélie Lévy : le continent noir de la virilité

Les hommes et les femmes. Depuis toujours, ils captivent, ils se cherchent. Et, jusqu’à nouvel ordre, ils cohabitent. Mais depuis quelque temps, c’est le sujet des femmes qui semble, en Occident, susciter l’intérêt général — et celui des médias. Les femmes, leur place, leur rôle, leur importance, leurs besoins, leur sexualité, les inégalités dont elles sont victimes, leurs souffrances, leur épanouissement, leur complexité. Elles sont au cœur de tous les débats. Et les hommes, que veulent-ils aujourd’hui ? Qui sont-ils ? 

Pour beaucoup, cette enquête va probablement sembler un peu provocatrice : « les hommes » ont confisqué la parole depuis des millénaires, on ne veut plus les entendre, surtout,  si c’est pour se plaindre, disent certaines. Heureusement, tout le monde ne confond pas tout : mon hypothèse depuis toujours (et pas que la mienne), c’est que le patriarcat est un système d’oppression toxique pour tout le monde, y compris les hommes, qu’il a coupé d’eux-mêmes et de leurs besoins essentiels. Et si certaines féministes prônent le séparatisme, moi je préfère mourir que vivre séparée d’eux. Et pour vivre avec eux (et je crois vraiment que le temps de la réconciliation réelle est venue) il faut les comprendre, et pour les comprendre… il faut les écouter.

C’est ce qu’a fait Aurélie Lévy : elle a interrogé 21 hommes sur l’amour, le sexe, les relations, le désir, la paternité, l’argent, la vie en commun, le foyer, leur père, leur mère leur femme… pour savoir comment ils voient le fait d’être un homme.

On sent chez tous ces hommes, quelles que soient leurs paroles, leur milieu, leur âge, beaucoup de sincérité, d’authenticité, de vulnérabilité, et une sorte de soulagement aussi d’être autorisés à dire ce qu’ils ressentent, à dire leurs états d’âme, ce qui leur est finalement interdit aussi bien par le patriarcat que par certaines féministes. Or l’idée que « les hommes » n’aiment pas se confier apparaît ici comme un cliché, en tout cas c’est en train de changer, mais bien sûr il faut que cette parole soit accueillie et non rejetée d’emblée (ce qui n’est pas toujours facile face à une femme, et tout cela m’a rappelé Homo Erectus de Tonino Benacquista). Et ce qu’on constate, c’est qu’ils évoluent en miroir des femmes : ils sont parfois emprisonnés dans leurs contradictions, pris en étaux entre ce qu’ils veulent, ce que la société veut, ce que veulent les femmes, parfois étouffés par les rôles qu’on leur assigne et le modèle de virilité en lequel ils ne se reconnaissent plus toujours. Ils ont besoin de se redéfinir, redéfinir l’identité masculine, et réinventer le lien avec les femmes — et même : le réparer. Chez beaucoup, il y a une vraie vision du couple comme essentiel à l’équilibre. Le témoignage de Samuel notamment m’a profondément émue, parce qu’il dit sur le couple des choses magnifiques : [Le couple m’apporte] un ancrage extraordinaire. […] Quand tu es dans une tribu, c’est merveilleux qu’il y ait du feu en permanence. Le feu est nourri, on ne le laisse pas s’éteindre. Le feu au sens « foyer ». J’ai un feu. Ce feu, je dois en permanence l’entretenir : rapporter du bois, ôter les cendres, retirer ce qui peux provoquer des fumées indésirables. Je dois maintenir ce foyer qui est au cœur de ma vie. Qui est la chose la plus intime. Le feu repousse les bêtes sauvages, les enfants peuvent grandir au chaud, autour de ce foyer et de ce rayonnement. C’est une bulle de sécurité, un endroit où on échappe à la dureté du monde, à la violence, à l’arbitraire. C’est un endroit où règne un certain niveau d’empathie, de compréhension, d’acceptation, de reconnaissance et d’exigence aussi. […] Pour moi le couple incarne la liberté. Parce que je suis tellement nourri, dans mon rapport au monde j’ai un esprit de jeu, de légèreté.

Je crois cet ouvrage absolument salutaire pour refonder le lien mis à mal entre les hommes et les femmes. Aimer, c’est accueillir l’autre dans sa vulnérabilité, et ici, les hommes ont eu le courage de se montrer vulnérable et de parler à cœur ouvert. Et même si certaines paroles peuvent être un peu crispantes parfois, l’idée est tout de même de les laisser libres…

Le 21e homme. Enquête en territoire masculin
Aurélie LÉVY
Editions Anne Carrière, 2020

2 comments on “Le 21e homme. Enquête en territoire masculin, d’Aurélie Lévy : le continent noir de la virilité

  1. Monique Lemoine

    S’il existe un territoire masculin c’est bien le problème ! Il existe un monde habité par des femmes 52 % de la population et des hommes! Ce qu’il serait bon d’étudier c’est comment les hommes qui reconnaissent la domination masculine envisagent comment trouver une vie à égalité et comment les femmes qui acceptent la domination masculine pourraient envisager une vie à égalité. On peut lire Aurélie Lévy pour mettre son oreille à la parole des hommes ! Merci pour ces chroniques Caroline

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :