Elle lit de la philosophie

L’Amour de Platon à Comte-Sponville, de Catherine Merrien : penser le sentiment amoureux

L'Amour de Platon à Comte-Sponville, de Catherine Merrien : penser le sentiment amoureux

Il n’y a pas d’amour (eros) heureux, ni de bonheur sans amour (philia, agapè). Cela indique à peu près le chemin : du désir comme manque au désir comme puissance, de l’amour qui prend à l’amour qui donne, de l’amour-passion à l’amour-action, de la frustration au plaisir, du deuil à la gratitude, de l’amour rêvé à l’amour vécu, de l’illusion (la cristallisation de Stendhal) à la vérité, de l’imaginaire au réel, de la passion dévorante des amoureux à la joie continuée des amants… Par quoi le couple, lorsqu’il est heureux, est le lieu d’une aventure spirituelle — parce qu’il est le creuset où la joie et la vérité se rencontrent, y compris physiquement (faire l’amour, lorsqu’on aime, c’est aussi une façon, non la moindre, de connaître l’autre, et de le reconnaître comme autre : de jouir de sa vérité, de sa réalité, de son altérité). Il ne s’agit que d’apprendre à aimer, pour autant que nous en sommes capables, à aimer vraiment. (Préface d’André Comte-Sponville)

Comme l’amour est mon sujet (d’écriture) (c’est aussi ma mission de vie et je trouve ça très beau, comme mission de vie) je ne me lasse pas des livres qui en parlent aussi, et il y a quelque temps j’étais tombée par hasard sur ce petit reader philosophique dont rien que la couverture m’a fait craquer. Et qui s’est révélé parfaitement passionnant !

L’idée est que la philosophie est ce qui nous apprend à penser, et que pour penser par soi-même il faut s’appuyer sur la pensée des autres afin de forger sa propre philosophie de l’amour. L’objectif de cet ouvrage est donc de passer en revue la pensée sur l’amour de onze grands philosophes, classés par ordre chronologique : Platon, Lucrèce et l’épicurisme, Saint Augustin, Montaigne, Descartes, Rousseau, Kant, Schopenhauer, Nietzsche et Comte-Sponville, qui rédige une magnifique préface !

Un ouvrage particulièrement stimulant intellectuellement, car il permet de faire le tour (ou à peu près) des points de vue sur le sujet et de construire sa propre pensée du sentiment amoureux : depuis le temps que j’écris sur le sujet (je suis née avec ce sujet, en fait mais c’est normal dans mon cas), j’en apprends encore, je la précise, même si elle est tout de même déjà pas mal assise. Alors évidemment ici elle se construit surtout en opposition avec cette bande de bonhommes mal embouchés (oui, ça manque évidemment de femmes) et je me suis souvent disputée avec eux, surtout lorsqu’ils croient parler d’amour et qu’il parlent en fait de tout à fait autre chose car la grâce de l’amour ne les a visiblement jamais touchés : ils ont un problème avec la sexualité (en gros, l’histoire de la philosophie de l’amour c’est opposer l’amour physique et l’amour spirituel), avec les femmes, et ils sont tout de même abominablement pessimistes.

Je caricature ? Un peu. Mais pas tant que ça : si je me suis trouvé de curieuses (et inattendues) affinités avec Descartes, les autres philosophes « classiques » m’ont donné des envies de violence. Leur système de pensée est souvent intéressant, et d’ailleurs le livre dépasse parfois son sujet et permet de refaire un point sur les courants philosophiques dans lesquels l’amour est un sujet parmi d’autres. Et c’est bien le problème, d’ailleurs : il doit être le principe de tout, sinon ça boîte. Mais surtout : comment ces esprits brillants (quand même) ont-ils pu ne pas voir que tant que l’un des deux sexes serait déconsidéré et écrasé (comme ils le font) non seulement il ne pourrait pas y avoir d’amour libre, généreux et heureux, mais (et ça en est la conséquence) le monde lui-même irait à sa perte et ne connaîtrait pas la sagesse (pistis sofia). En revanche, Comte-Sponville, qui incarne l’époque actuelle, propose une pensée lumineuse, une vraie éthique de l’amour comme but de toute une vie. Et je pense que je me repencherai sur son cas un jour ou l’autre.

Bref, un ouvrage passionnant, clair et pédagogique, qui permet de forger sa propre pensée ! Bien sûr certains choix peuvent paraître sujets à débat et il aurait pu faire mille pages, mais qu’est-ce qu’il est enrichissant !

L’Amour de Platon à Comte-Sponville
Catherine MERRIEN
Eyrolles, 2010

3 comments on “L’Amour de Platon à Comte-Sponville, de Catherine Merrien : penser le sentiment amoureux

  1. Hello ! Merci pour ce partage et pour cette petite revue, ça me donne envie de découvrir les pensées de ces philosophes, et d’avoir le lire entre mes mains.

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup la philosophie, moins Platon mais j’adore Comte Sponville. J’ai lu des beaux livres sur le sentiment amoureux. « Le consentement amoureux de Claude Habib, le phénomène érotique de Jean-Luc Marion, et le livre d’Anne Dufourmantelle, philosophe et psychanalyste, elle a écrit « En cas d’amour, Psychopathologie de la vie amoureuse. »Du coup j’y ajouterait bien le tien.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :